N'est pas Steve Jobs qui veut, mais chaque patron peut assurer sa succession

 |   |  446  mots
Steve Jobs avait pris soin de désigner son successeur, Tom Cook. Copyright Reuters
Steve Jobs avait pris soin de désigner son successeur, Tom Cook. Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Quand le patron d'une entreprise abandonne subitement ses fonctions, mieux vaut qu'il ait indiqué la marche à suivre pour éviter à la société de couler. Se sachant malade, Steve Jobs avait délégué la direction d'Apple quelques mois avant son décès, il y a un an. Mais d'autres solutions sont possible pour assurer sa suite.

L'iPhone 5, le mini-iPad ou encore un éventuel téléviseur Apple: la continuité semble aujourd'hui assurée chez la marque à la pomme, un an pile après le décès de son emblématique fondateur, Steve Jobs. Mais lorsque le chef d'entreprise abandonne brutalement ses fonctions, que ce soit pour des raisons médicales, personnelles ou suite à son décès, la pérennité de la société risque de s'en trouver menacée. Des solutions existent pourtant pour pallier l'absence ponctuelle de dirigeant à la tête de l'entreprise.

Ces solutions sont multiples et il appartient au chef d'entreprise de définir lui-même, en amont, celle qui lui semble la plus adaptée à sa société.

? Le mandat à effet posthume
Le chef d'entreprise rédige officiellement et devant un notaire, un document désignant la ou les personnes -physiques ou morales- qui seront en charge de gérer sa succession en cas d'abandon forcé de ses fonctions. La précision de ce document est cruciale, notamment concernant les missions confiées au mandataire et la durée de son mandat.

? L'exécuteur testamentaire
Une personne peut également être désignée pour exécuter les décisions prises par le patron avant son départ. Ayant toute la confiance du patron, elle sera chargée de prendre les bonnes décisions pour assurer la mise en application stricte des principes énoncées dans le testament. Il chapeaute le mandataire posthume, le cas échéant.

? Le management d'intérim
Contrairement aux solutions précédemment exposées, il suppose l'intervention d'un prestataire extérieur à l'entreprise. L'idée est de confier la direction exécutive de l'entreprise à un manager externe, expérimenté mandaté par une agence spécialisée, pour une mission qui s'étend généralement sur six mois. Cette solution peut être proposée par l'assureur de l'entreprise en complément de la souscription d'une "assurance décès homme-clé".

? La continuité des capitaux : le Pacte Dutreil
Côté capitaux, le patron a la possibilité de protéger ses actifs professionnels. Les entreprises ayant une activité industrielle, commerciale, artisanale ou libérale peuvent bénéficier du Pacte Dutreil et sceller un engagement individuel ou collectif de conservation des titres pour deux à quatre années après le départ du fondateur. L'intérêt d'un tel dispositif? Transmettre les propriétés de l'entreprise à moindre coût en bénéficiant d'un abattement fiscal de 75% sur la valeur des titres transmis.

Dans tous les cas, ce qui semble primordial pour assurer la continuité en terme de management comme de capitaux, c'est de prévoir... même ce qui semble a priori improbable!

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :