Le Moyen Orient pèse toujours sur le marché parisien

 |   |  507  mots
Copyright Reuters
Toujours en proie aux tensions géopolitiques en Lybie et plus largement au Moyen-Orient, le CAC 40 poursuit son recul mardi. Après la baisse de 1,44 %, l'indice parisien reflue de 1,28 %, dans les premiers échanges.

Sans grande surprise, le marché parisien - comme l'ensemble des marchés financiers européens - reste fébrile ce mardi, toujours en proie aux tensions et à l'instabilité politique en Lybie et plus généralement dans le monde arabe. A 12h45, le CAC 40 reflue de 1,6% à 4.031,75 points.

 

Le constat est le même pour l'ensemble des places européennes. Dans le même temps, l'Euro Stoxx 50 s'inscrit en baisse de 1,2 %, le FTSE à Londres de 1,31 %, l'Ibex à Madrid de 1,75 %, l'AEX à Amsterdam de 1,15 %, l'OMX à Stockholm de 1,02 %. Seul le DAX limie la casse avec une baisse contenue de 0,60 %.

Par ailleurs après sa forte chute de la veille (-3,59 %), la bourse de Milan n'a pas ouvert mardi. L'opérateur de la place financière milanaise a indiqué de façon laconique que l'ensemble des indices du marché italien était suspendu en raison de problèmes techniques. Auparavant, le Nikkei 225 avait conclu sur un repli de 1,78 % tandis qu'en Chine le Hang Seng avait clôturé sur une baisse de 2,11 %.

Comme la veille, la dégradation de la situation en Lybie, important pays producteur de pétrole, ramène au centre de l'attention des investisseurs la flambée des cours de l'or noir. Alors que les cours du WTI s'envolent d'un peu plus de 8 %, ceux du Brent de la mer du Nord sont encore en hausse d'un peu plus de 2 % et s'échangent désormais près des 108 dollars le baril.

Autant dire que les indicateurs et les maigres résultats d'entreprises prévus aujourd'hui ne devraient pas avoir beaucoup d'incidence sur la tendance. Côté macro-économique, sont attendus aujourd'hui les mises en chantier ainsi que les permis de construire en France. Outre-Rhin doit être publié l'indice GSK sur le sentiment des consommateurs.

Côté entreprises, alors que quelques résultats sont publiés hors CAC 40, les investisseurs devraient scruter cette après-midi ceux de Home Depot et de Wal-Mart aux Etats-Unis.

Valeurs en baisse

Les plus fortes baisses reviennent au secteur financier. Société Générale et BNP Paribas décroche de 3,4%, suivi de Crédit Agricole (-3,2%) et de Natixis (-2,6%).

Globalement, le retour des inquiétudes pèse sur les valeurs cycliques. Saint-Gobain lâche 3,3%, Lafarge 2,6% et Alstom 2,2%.

Valeurs en hausse

A l'inverse, le secteur défensif se distingue. Essilor progresse notamment de 0,4%. Il s'agit de la seule progression sur le CAC 40.

EDF limite pour sa part son repli (-0,5 %). Au delà du caractère défensif du titre, l'énergéticien profite du Conseil de politique nucléaire qui s'est tenu hier où le rôle d'EDF en tant que patron de la filière nuéclaire française a été réaffirmé.

Devises et pétrole

Dans ce contexte, la devise européenne s'inscrit en baisse par rapport au billet vert. Un euro s'échange contre 1,3659 dollar.

Du côté du pétrole, les cours sont toujours à la hausse. Ceux du baril de brent de la mer du Nord s'octroie un peu plus de 2 % à 107,76 points tandis que ceux du WTI prennent un peu plus de 8 % à 94,25 dollars.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :