Economie française : réduction du déficit public mais prévision de croissance revue en légère baisse

 |   |  505  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2010. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
En France, Christine Lagarde a déclaré que le déficit public atteindra 5,7% du PIB cette année alors qu'il était prévu à 6%. Pourtant, ce dernier s'est creusé en février. De son côté, la Banque de France réduit de 0,8% à 0,7% sa prévision de croissance au premier trimestre.

Des prévisions de conjoncture économiques françaises mitigées annoncées ce vendredi. Le déficit public de la France atteindra 5,7% du PIB en 2011 alors que les prévisions tablaient jusqu'alors sur 6%, selon Christine Lagarde.

Christine Lagarde a déclaré "On s'était engagés à faire 6% au titre de l'année 2011 et je vais annoncer aux partenaires européens (vendredi) qu'on a recalibré notre objectif à 5,7%", a déclaré la ministre de l'Economie à l'AFP, selon des propos cités par Les Echos. 

Pourtant ce vendredi, le ministère du Budget annonce que le déficit du budget de l'Etat ressort à 28 milliards d'euros fin février contre 21,8 milliards un an plus tôt. L'évolution d'une année sur l'autre du solde à fin février s'explique entre autres par une dégradation du solde des comptes spéciaux (avances et opérations financières) de 7,4 milliards d'euros, "liée principalement au décaissement opéré en janvier 2011 d'une tranche du prêt octroyé à la Grèce", explique le ministère dans un communiqué.

Quant à la Banque de France (BdF), elle a annoncé avoir revu en légère baisse, à 0,7% contre 0,8% auparavant, sa prévision de croissance du produit intérieur brut français au premier trimestre, dans son enquête mensuelle de conjoncture.  Cette enquête sur le climat des affaires fait ressortir un ralentissement de l'activité industrielle en mars, l'indicateur sectoriel restant inchangé à 110. L'indicateur du climat des affaires dans les services a parallèlement progressé d'un point à 103.

Le taux d'utilisation des capacités de production dans l'industrie a poursuivi sa remontée le mois dernier à 80,6%, se rapprochant de sa moyenne de longue période de 82%, sous laquelle il évolue depuis la mi-2008.

Les prévisions des industriels préfigurent une poursuite de la croissance à un rythme modéré pour les mois à venir, explique la BdF. Dans les services, les perspectives d'activité sont favorables à court terme, ajoute-t-elle.

L'Insee a annoncé jeudi soir tabler désormais sur une croissance de 0,6% pour le premier trimestre et sur une décélération à 0,4% au deuxième.

Bercy s'est félicité dans un communiqué de cette prévision "contre +0,3 % lors de sa précédente prévision". Christine Lagarde l'estime "cohérente avec l'orientation des indicateurs de conjoncture publiés ces derniers mois : l'économie française accélère, de même que celle de la plupart de nos partenaires." Elle note que cette "accélération du PIB français est un diagnostic également partagé par la Banque de France - avant la révision de ce vendredi matin, NDLR - et l'OCDE (dont les prévisions de croissance pour le 1er trimestre se situent respectivement à +0,8 et +0,9 %)."

La ministre "se félicite également de la révision à la hausse des prévisions de l'INSEE en matière de création d'emplois. Après un chiffre de 125 000 en 2010, l'INSEE estime que les créations nettes d'emplois atteindront 78 000 au premier semestre 2011." Elle estime que ces éléments confortent sa prévision de croissance du PIB à 2 % pour l'ensemble de l'année 2011.
 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :