Jean-Claude Trichet, quel héritage pour la BCE ?

Quatre économistes évaluent pour « La Tribune » l'action de Jean-Claude Trichet et s'interrogent sur le type de banque centrale qu'il laisse en héritage à son successeur, Mario Draghi.

1 mn

Copyright Reuters

Il n'y a pas un Jean-Claude Trichet. Mais au moins deux. Sans avoir à faire appel au fameux « Docteur Jekyll et Mister Hyde » de Stevenson, Éric Heyer, économiste à l'OFCE, fait nettement la différence entre le premier Trichet, le dogmatique d'avant la crise, qui a contribué à freiner la croissance au sein de la zone euro en imposant une politique restrictive, uniquement tournée vers le respect d'un objectif d'une faible inflation, et celui d'après Lehman Brothers, qui a su aller très loin dans l'hétérodoxie, face à la crise. Au point d'incommoder l'opinion allemande, souligne Patrick Artus (Natixis).

La BCE a donc évolué, sous sa présidence. Qu'en sera-t-il désormais, avec Mario Draghi à sa tête ? L'héritage Trichet ne risque-t-il pas d'être hypothéqué ? C'est le point de vue de Nicolas Jabko, professeur de science politique à la Johns Hopkins University. Il craint que Mario Draghi ne puisse aller plus loin dans la mise en oeuvre de mesures « non conventionnelles », alors que la crise l'exigerait. D'autant qu'il risque d'être assimilé à un représentant des pays « non vertueux » (l'Italie), voulant du coup donner des gages de rigueur. Nicolas Jabko estime que la zone euro ne peut se contenter aujourd'hui d'un habile technicien. À lui de s'imposer comme un grand banquier central. Même nos amis britanniques, à l'instar de Douglas McWilliams, le souhaitent...

1 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.