Jean-Claude Trichet, quel héritage pour la BCE ?

 |   |  224  mots
Copyright Reuters
Quatre économistes évaluent pour « La Tribune » l'action de Jean-Claude Trichet et s'interrogent sur le type de banque centrale qu'il laisse en héritage à son successeur, Mario Draghi.

Il n'y a pas un Jean-Claude Trichet. Mais au moins deux. Sans avoir à faire appel au fameux « Docteur Jekyll et Mister Hyde » de Stevenson, Éric Heyer, économiste à l'OFCE, fait nettement la différence entre le premier Trichet, le dogmatique d'avant la crise, qui a contribué à freiner la croissance au sein de la zone euro en imposant une politique restrictive, uniquement tournée vers le respect d'un objectif d'une faible inflation, et celui d'après Lehman Brothers, qui a su aller très loin dans l'hétérodoxie, face à la crise. Au point d'incommoder l'opinion allemande, souligne Patrick Artus (Natixis).

La BCE a donc évolué, sous sa présidence. Qu'en sera-t-il désormais, avec Mario Draghi à sa tête ? L'héritage Trichet ne risque-t-il pas d'être hypothéqué ? C'est le point de vue de Nicolas Jabko, professeur de science politique à la Johns Hopkins University. Il craint que Mario Draghi ne puisse aller plus loin dans la mise en oeuvre de mesures « non conventionnelles », alors que la crise l'exigerait. D'autant qu'il risque d'être assimilé à un représentant des pays « non vertueux » (l'Italie), voulant du coup donner des gages de rigueur. Nicolas Jabko estime que la zone euro ne peut se contenter aujourd'hui d'un habile technicien. À lui de s'imposer comme un grand banquier central. Même nos amis britanniques, à l'instar de Douglas McWilliams, le souhaitent...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :