Téléchargez
notre application
Ouvrir

Aucun risque de retour durable de l'inflation en zone euro, dit Villeroy

reuters.com  |   |  361  mots
Aucun risque de retour durable de l'inflation en zone euro, dit villeroy[reuters.com]
(Crédits : Yves Herman)

PARIS (Reuters) - Il n'y a aucun risque de retour durable de l'inflation dans la zone euro et la politique monétaire de la Banque centrale européenne (BCE) restera très accommodante pendant longtemps, a déclaré mardi François Villeroy de Galhau.

"Il n'y a aujourd'hui aucun risque de retour durable de l'inflation en zone euro et donc il n'y a aucun doute que la politique monétaire de la BCE restera très accommodante pour longtemps", a dit le gouverneur de la Banque de France, membre du conseil des gouverneurs de la BCE, lors d'une conférence en ligne organisée par Le Cercle des Economistes.

François Villeroy de Galhau a jugé que le débat actuel sur un risque inflationniste lié à une forte reprise de l'activité à la suite de la crise due à la pandémie de COVID-19 agitait essentiellement les Etats-Unis, où la hausse des prix est nettement plus vigoureuse que dans la zone euro.

Interrogé sur une éventuelle importation en Europe de ces tensions sur les prix observées outre-Atlantique, le gouverneur de la Banque de France a répondu: "Non, non. Nous sommes dans une situation différente, y compris (...) sur le cycle économique qui est plus avancé aux Etats-Unis et il y a des tensions temporaires sur certains (...) approvisionnements. L'expérience de toutes les reprises précédentes, c'est que ce sont des phénomènes qui se produisent mais qui se résolvent."

Quelques heures plus tard, Yannis Stournaras, un autre membre du Conseil des gouverneurs de la BCE, a lui aussi appelé à relativiser les risques d'un retour de l'inflation.

"Dans la zone euro, il n'y a pas de danger inflationniste à moyen terme", a dit le gouverneur de la Banque de Grèce dans un discours à l'Université de Chypre. "Nous ne voyons pas l'inflation monter sur la base de nos modèles au delà d'un accès temporaire cette année."

Il ajouté que les taux d'intérêt dans la zone euro devraient se découpler des taux américains.

(Nicolas Delame et Bertrand Boucey, avec George Georgiopoulos et Lefteris Papadimas à Athènes, édité par Blandine Hénault et Marc Angrand)