Casino va céder les murs de 55 magasins Monoprix, l'action bondit

 |   |  452  mots
Casino entend réduire sa dette nette d'un milliard d'euros en France à 2,7 milliards d'euros d'ici fin 2018.
Casino entend réduire sa dette nette d'un milliard d'euros en France à 2,7 milliards d'euros d'ici fin 2018. (Crédits : Stephane Mahe)
Le groupe de distribution Casino, pressé par les marchés de réduire sa dette, dit avoir signé le 28 septembre une promesse de vente contraignante des murs de 55 magasins Monoprix à un investisseur institutionnel de premier plan, pour 565 millions d'euros.

Le groupe de distribution Casino a annoncé ce lundi 1er octobre avoir signé le 28 septembre dernier une promesse de vente en vue de céder les murs de 55 magasins Monoprix à une investisseur institutionnel de premier plan, pour un produit net de 565 millions d'euros. Avec la cession déjà réalisée de 15% de la foncière Mercialys, les opérations réalisées au titre du plan de désendettement du groupe s'élèvent à 778 millions d'euros, a précisé Casino dans un communiqué.

Après l'annonce de cet accord de cessions d'actifs immobiliers, le titre a gagné 2,71% en Bourse à l'ouverture.

Un groupe en difficulté à cause d'une dette trop élevée

Par ailleurs, Casino a également indiqué qu'il aurait "déjà reçu des offres indicatives additionnelles sur d'autres actifs inclus dans son plan de cession qui pourraient se matérialiser d'ici la fin de l'année."

Pour regagner la confiance des investisseurs et réduire la dette de l'entreprise, le Pdg du groupe, Jean-Charles Naouri, s'est en effet lancé dans un ambitieux programme de cessions d'actifs, à hauteur de 1,5 milliards d'euros (objectif visé). Si en juin dernier, le distributeur n'avait pas précisé quels actifs il allait céder, l'immobilier était clairement un des leviers privilégiés. Dans son plan, Casino a aussi évoqué récemment une "réflexion globale sur une stratégie d'optimisation de son parc d'hypermarchés" après des informations sur une possible cession ou fermeture d'une vingtaine de ses hypermarchés.

Le groupe entend réduire sa dette nette d'un milliard d'euros en France à 2,7 milliards d'euros d'ici fin 2018. Il a en outre confirmé ses prévisions pour 2018 et assure que son résultat opérationnel courant en France en 2019 s'améliorera "à un rythme comparable" à celui de 2018. Le chiffre d'affaires réalisé par Casino en 2017 est estimé à 37,8 milliards d'euros.

La fébrilité du groupe confirmée par les rumeurs d'une prise de contrôle par Carrefour

Un groupe malade de sa dette, un titre en Bourse en net repli depuis le début de l'année, les spéculations vont bon train sur la chute de ce géant de la distribution, qui exploite les enseignes Géant, Monoprix, Franprix, Leader Price. Fin septembre, c'était toute la grande distribution qui était en ébullition lorsque Casino a assuré dans un communiqué avoir rejeté les sollicitations de "rapprochement" en provenance de Carrefour - lui aussi dans une passe difficile. Ce dernier avait aussitôt démenti, dénonçant des "insinuations inacceptables".

Or, les deux parties ont cependant concédé qu'une rencontre avait eu lieu le 12 septembre entre Jean-Charles Naouri et Alexandre Bompard, Pdg de Carrefour, mais en se renvoyant mutuellement l'initiative de cette réunion.

(avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 01/10/2018 à 13:34 :
Autre analyse :
Attaques informationnelles et spéculations : Casino, un groupe français ciblé par les short-sellers américains
https://portail-ie.fr/analysis/1940/attaques-informationnelles-et-speculations-casino-un-groupe-francais-cible-par-les-short-sellers-américains
a écrit le 01/10/2018 à 11:10 :
Comment font tout ces actionnaires milliardaires avec tout ces outils de production pour se planter ?

Parce qu'ils sont incapables de s'adapter car trop habitués à se faire subventionner par l'argent public.

Vite un frexit, assainissons enfin notre économie.
Réponse de le 01/10/2018 à 18:23 :
Le monde change tout simplement, amazon et consorts, réduisent les kilomètres en voiture, quant au "frexit " notre dette est en euro, ce qui n'est pas le cas de l'Angleterre .... à méditer! Je ne dis pas que l'euro est parfait ... mais nous n'avons pas le choix. Les changements qui se préparent sont énormes .
Réponse de le 01/10/2018 à 20:15 :
à PMXR : Arrêtez votre désinformation : la dette est libellé dans la monnaie officielle du pays. Seul 3% de la dette française est émise en devises autres et cela est précisé par dérogation lors de l'émission. D'un point de vue juridique, cela veut simplement dire que si la France revenait au franc 97% de sa dette serait convertie en francs. C'est l'exacte inverse de la mise en place de l'euro lorsque la dette en francs a été convertie en euro.
Réponse de le 02/10/2018 à 9:16 :
" mais nous n'avons pas le choix"

Encore une prêche néolibérale stupide, comme si elle pouvait contenter l'esprit de celui qui pense. Signalé

"Les changements qui se préparent sont énormes"

Mais de quels changements parlez vous bon sang !?
Réponse de le 02/10/2018 à 12:00 :
"Le monde change tout simplement"

Surtout ne vous cassez pas trop la tête hein... -_-

SIgnalé

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :