Coronavirus : les informations essentielles du vendredi 24 avril

Suivez en direct les dernières informations liées à la pandémie de Covid-19, en France et dans le monde, en ce vendredi 24 avril.
Photo d'illustration. La présidente de la RATP a rappelé que le cahier des charges sanitaire et opérationnel pour la reprise des transports en commun était attendu dans les prochains jours.
Photo d'illustration. La présidente de la RATP a rappelé que le cahier des charges sanitaire et opérationnel pour la reprise des transports en commun était attendu dans les prochains jours. (Crédits : REUTERS/David Mercado.)
  • 19h08 - l'Italie prévoit un déficit public à 10,4% du PIB et la dette à 155,7% en 2020

Le gouvernement italien prévoit de porter le déficit public à 10,4% du PIB et la dette publique à 155,7% en 2020 en raison de l'impact du coronavirus, selon le nouveau budget adopté en conseil des ministres.

La pandémie et les mesures de confinement prises pour tenter de la juguler ont mis à l'arrêt l'économie italienne. Selon les prévisions de la loi de finances révisée, qui sera soumise au vote du Parlement, la troisième économie de la zone euro devrait connaître une lourde récession cette année, avec une chute du Produit intérieur brut (PIB) de 8%.

Lire aussi : Coronavirus: l'économie polynésienne frappée de plein fouet

  • 18h14 - La Bourse de Londres en baisse, chute record des vente de détail

La Bourse de Londres a terminé la semaine en baisse, notamment à cause d'une chute record des ventes de détail sous l'effet de l'épidémie de Covid-19.

L'indice FTSE 100 des principales valeurs a cédé 1,28% à 5.752,23 points.

  • 18h01 - L'OMS mobilise le monde pour un accès universel aux vaccins

De nombreux pays et acteurs économiques privés se sont engagés à se mobiliser aux côtés de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) pour accélérer la production de vaccins, traitements et tests de diagnostic contre le nouveau coronavirus et en assurer un accès équitable.

  • 17h02 - Le Royaume-Uni approche des 20.000 morts

L'épidémie due au coronavirus a fait 684 morts de plus en 24 heures dans les hôpitaux du Royaume-Uni, où 5.386 nouveaux cas ont été diagnostiqués, ce qui porte le total à 19.506 décès et 143.464 cas confirmés, a annoncé le ministère de la Santé.

  •  16h32 - Londres regrette "d'importantes divergences" avec l'UE

Le Royaume-Uni s'est dit "déterminé" à trouver un accord de libre-échange post-Brexit avec l'Union européenne malgré d'"importantes divergences" subsistant à l'issue d'une semaine de négociations. Dans un communiqué, le gouvernement britannique a estimé que ces pourparlers, tenus par vidéoconférence à cause du nouveau coronavirus, n'avaient abouti qu'à des "progrès limités".

  • 16h02 - Trump suggère de s'injecter du désinfectant, les experts s'insurgent

Des médecins et des experts en santé ont recommandé de ne ni boire ni s'injecter du désinfectant pour se prémunir du nouveau coronavirus, réagissant aux propos de Donald Trump qui a suggéré aux scientifiques d'examiner cette approche pour traiter la maladie.

"C'est l'une des suggestions les plus dangereuses et les plus idiotes faites à ce jour sur la manière dont on pourrait réellement traiter le COVID-19", s'est insurgé Paul Hunter, professeur de médecine à l'Université britannique d'East Anglia, soulignant un risque réel de mortalité.

  • 15h34 - Décès du directeur général de Nexity

Le directeur général de Nexity, Jean-Philippe Ruggieri, est décédé du coronavirus, a annoncé le groupe immobilier dans un communiqué.

"C'est avec une grande émotion et une profonde tristesse que Nexity a appris le décès de son directeur général, Jean-Philippe Ruggieri, cette nuit dans un hôpital parisien où il était soigné après avoir contracté le Covid-19", a précisé l'entreprise. Jean-Philippe Ruggieri, 51 ans, avait commencé sa carrière dans le groupe immobilier familial à Toulouse avant de rejoindre Nexity en 2001.

  • 15h00 - Les bars, cafés restaurants seront fixés fin mai sur leur réouverture, le fonds de soutien élargi à davantage d'entreprises dans l'hôtellerie et restauration

La décision sur la date de réouverture des cafés, restaurants et bars sera prise à la fin mai, a indiqué le ministre de l'Economie à l'issue d'une réunion à l'Elysée sur le secteur de l'hotellerie-restauration et du tourisme.

Il y aura une "décision finale vers la fin du mois de mai pour avoir une date de réouverture des cafés, restaurants et bars", a déclaré M. Le Maire, qui a mis en garde contre toute "précipitation" faisant courir le risque d'une deuxième vague épidémique.

Par ailleurs, le ministre de l'Economie a annoncé que l'accès au fonds de soutien mis en place par le gouvernement sera élargi aux entreprises fermées employant jusqu'à 20 salariés et réalisant jusqu'à 2 millions d'euros de chiffre d'affaires dans l'hôtellerie et la restauration.

En outre le montant de l'aide sera doublée à 10.000 euros au maximum, pour "l'ensemble de ces entreprises", fermées depuis la mi-mars et qui n'ont toujours pas de date de réouverture, a-t-il précisé au sortir d'une réunion téléphonique avec le président de la République Emmanuel Macron et les professionnels du secteur, à l'Elysée.

Lire aussi : "Adapté aux territoires", scolarisation volontaire, masques... : les grandes lignes du déconfinement

  • 13h00 - En Russie, la Banque centrale abaisse son taux directeur

La Banque centrale de Russie annonce la première baisse de son taux directeur depuis le début de l'épidémie de coronavirus en Russie, de 0,50 point, à 5,50%, afin de soutenir l'économie dans la tourmente.

La baisse mondiale de la demande à cause du coronavirus crée une tendance à la baisse de l'inflation "importante et prolongée" malgré une flambée des prix temporaire, a indiqué la banque dans un communiqué, affirmant qu'elle passe "à une politique monétaire accommodante" pour soutenir l'économie russe.

Lire aussi : Pétrole : nouveau revirement stratégique de la Russie

  • 12h30 - Un déconfinement en 4 étapes de l'Italie

Le déconfinement de l'Italie se fera progressivement en quatre étapes, dont la première pourrait débuter dès le lundi 27 avril, ont rapporté vendredi les médias, même si le gouvernement n'a toujours rien annoncé officiellement.

"Ce sont quatre lundis qui vont rythmer la réouverture" du pays à l'issue du confinement instauré le 9 mars pour endiguer l'épidémie de Covid-19, qui a fait plus de 25.500 morts dans la péninsule, selon le quotidien Il Corriere della Sera, principal tirage du pays.

"Tout dépendra de la courbe des contagions", mais si celle-ci n'augmente pas, "les usines de machines agricoles et pour la sylviculture pourraient rouvrir le 27 avril", écrit le quotidien.

Sauf imprévu, le lundi "4 mai, ce seront les chantiers et l'industrie du textile et de la mode" qui vont démarrer, suivis le lundi suivant, le 11 mai, par "l'ouverture des magasins d'habillement et de chaussures, ainsi que d'autres commerces".

Le quatrième lundi de cette liste, le 18 mai, ce serait le tour des bars, restaurants et coiffeurs, selon la même source.

Lire aussi : Les "courses suspendues", la nouvelle initiative solidaire d'une Italie confinée

  • 11h35 - Washington suggère que Pékin a constaté dès novembre l'apparition du virus

Les États-Unis, qui accusent la Chine d'avoir tardé à prévenir le reste du monde de l'apparition du nouveau coronavirus, ont suggéré que Pékin avait peut-être constaté les premiers cas dès novembre, et non en décembre comme l'affirment les autorités chinoises.

"Vous vous souviendrez que les premiers cas étaient connus par le gouvernement chinois peut-être dès novembre, en tout cas certainement mi-décembre, et ils ont mis du temps à signaler cela au reste du monde, y compris à l'Organisation mondiale de la santé (OMS)", a déclaré le chef de la diplomatie américaine Mike Pompeo sur une radio locale de Washington.

Lire aussi : Coronavirus : la Chine accusée d'avoir passé sous silence l'épidémie à ses débuts

  • 11h25 - Déconfinement : la RATP vise 70% du réseau en service le 11 mai

La présidente de la RATP, Catherine Guillouard, a annoncé qu'elle visait de faire fonctionner le réseau de transports en commun parisiens à 70% de ses capacités normales à partir du 11 mai, contre 30% actuellement, dans une interview à France Inter.

La RATP vise "un objectif de rallumer 70% de l'offre du réseau en moyenne" par rapport au niveau d'une journée normale avant la crise, a déclaré Mme Guillouard, alors que la présidente de la Région Île-de-France, Valérie Pécresse, avait estimé récemment que la reprise du trafic n'allait pas assez vite.

Catherine Guillouard a rappelé que le cahier des charges sanitaire et opérationnel pour la reprise des transports en commun était attendu dans les prochains jours.

  • 11h15 - La vente des substituts nicotiniques limitée pour éviter une ruée

La vente en pharmacie des substituts nicotiniques a été limitée par le gouvernement et celle par internet a été suspendue, pour éviter une ruée sur ces patchs, gommes à mâcher ou pastilles après l'annonce d'un éventuel effet protecteur de la nicotine contre le Covid-19.

Le but de cette décision est "d'une part, de prévenir les risques sanitaires liés à une consommation excessive ou un mésusage liés à la médiatisation d'une éventuelle action protectrice de la nicotine contre le Covid-19", selon un arrêté paru au Journal officiel.

Cette décision vise "d'autre part [à] garantir l'approvisionnement continu et adapté des personnes nécessitant un accompagnement médicamenteux dans le cadre d'un sevrage tabagique".

  • 11h05 - Allemagne : le moral des entrepreneurs "catastrophique", à son "plus bas historique"

Le moral des entrepreneurs allemands a enregistré en avril sa "plus forte baisse" historique, perdant 11,6 points sur un mois, pour atteindre à 74,3 points son plus "bas niveau" depuis la création de la version actuelle de l'indice en 2005, selon le baromètre IFO.

Sur fond de récession économique, "l'ambiance parmi les entreprises allemandes est catastrophique", note Clemens Fuest, le président de l'institut, qui publie cet indicateur basé sur un sondage mensuel effectué auprès de 9.000 entreprises.

  • 11h - Un vaccin efficace chez le singe, selon un labo chinois

Un vaccin expérimental a pour la première fois "largement protégé" des singes contre le nouveau coronavirus, affirme un laboratoire chinois à l'origine de la recherche.

Le vaccin, qui utilise des agents pathogènes inertes du virus à l'origine de la maladie Covid-19, a été administré à huit macaques rhésus, qui ont ensuite été artificiellement contaminés trois semaines plus tard, selon la recherche publiée par le géant pharmaceutique Sinovac Biotech.

"Les quatre macaques qui ont reçu le vaccin à haute dose n'avaient aucune trace détectable du virus dans les poumons sept jours après leur contamination", assure le laboratoire, qui a publié ces résultats le 19 avril sur le site bioRxiv.

Quatre autres singes, à qui le vaccin a été administré à moins forte dose, présentaient une hausse de leur charge virale dans l'organisme mais parvenaient néanmoins à résister à la maladie.

Ces résultats doivent encore faire l'objet d'une revue par les pairs avant d'être validés par la communauté scientifique.

Lire aussi : Coronavirus : feu vert en Chine aux essais cliniques de deux nouveaux vaccins

  • 10h55 - Macron réunit hôteliers et restaurateurs

Emmanuel Macron et quatre ministres s'entretiennent ce matin avec des représentants de la restauration, de l'hôtellerie et du tourisme pour étudier les mesures de déconfinement et de soutien à un secteur au bord de l'effondrement.

Outre les représentants du secteur, cinq chefs réputés ont été invités: Philippe Etchebest, Alain Ducasse, Guy Savoy, Hélène Darroze et Michel Sarran.

Cette visioconférence, qui a débuté peu après 10h00, porte sur le plan d'aide spécifique que prépare le gouvernement pour cette filière qui emploie un million de salariés.

  • 10h50 - 30 députés LR suggèrent de reporter une partie des vacances en septembre

Trente députés LR ont réclamé des "clarifications urgentes pour le tourisme", suggérant notamment de reporter les congés de début juillet à début septembre et de prévoir un dispositif de défiscalisation des réservations en France.

  • 10h40 - Royaume-Uni : Boris Johnson est en "très grande forme"

Boris Johnson, qui se remet d'une grave infection au coronavirus, est en "très grande forme", a déclaré le ministre britannique de la Santé, Matt Hancock, sans préciser cependant s'il serait bientôt de retour au 10, Downing Street pour diriger les affaires du pays en pleine crise sanitaire.

"Je suis sûr qu'il sera de retour dès que ses médecins le recommanderont", a-t-il dit sur Sky News. "C'est une décision qui appartient au Premier ministre en consultation avec ses médecins. Je lui ai parlé hier [jeudi], il est en très grande forme et se remet clairement."

Sur son site internet, le Daily Telegraph s'avance en écrivant que le Premier ministre britannique a prévu de reprendre le travail dès lundi prochain.

  • 10h30 - Le dernier bilan sanitaire fait état de plus de 190.000 morts dans le monde

La pandémie de nouveau coronavirus a fait plus de 190.000 morts dans le monde, dont près des deux tiers en Europe, depuis son apparition en Chine en décembre, selon un bilan établi par l'AFP à partir de sources officielles.

Au total, 190.089 décès ont été recensés dans le monde (pour 2.698.733 cas), dont 116.221 en Europe (1.296.248 cas), continent le plus touché. Les États-Unis sont le pays ayant enregistré le plus de morts (49.963), devant l'Italie (25.549), l'Espagne (22.157), la France (21.856) et le Royaume-Uni (18.738).

  • 10h25 - Royaume-Uni : chute record des ventes de détail en mars

Les ventes de détail au Royaume-Uni ont chuté de 5,7% en mars sur un mois, un record, à cause des mesures de confinement qui se sont traduites par la fermeture de tous les commerces non essentiels, le secteur de l'habillement étant particulièrement ébranlé.

Les ventes de vêtements et chaussures ont en effet été particulièrement touchées (-35% sur un mois), et ont même reculé en ligne, souligne le Bureau national des statistiques (ONS).

  • 10h20 - Sauvegarde de La Halle : 25 mai, date limite pour les offres de reprise

Les candidats à la reprise de l'activité de la Halle ont jusqu'au 25 mai pour déposer des "projets d'investissement ou de reprise", a annoncé le groupe Vivarte, auquel appartient la chaîne de magasins placée en procédure de sauvegarde.

Les administrateurs judiciaires au chevet de l'entreprise ont "fixé au 25 mai 2020 la date limite de dépôt des projets d'investissement ou de reprise pour identifier toute solution de continuité d'activité du périmètre le plus large possible et conforter un plan de sauvegarde".

Ce, "dans le cas où la société ne serait pas en mesure de présenter, seule, un plan de sauvegarde", selon le communiqué de Vivarte, publié après une réunion d'information du CSE central de la société La Halle.

  • 10h15 - Désertée par ses cols blancs, La Défense en mode détente

Sur la pelouse ensoleillée, un employé fait la sieste, un couple pique-nique, des joggeurs passent de loin en loin: avec le confinement, La Défense, premier quartier d'affaires d'Europe, vidée de ses cols blancs, s'est mise en mode détente.

"C'est assez irréel comme ambiance, on croirait être sur un tournage de film où on a dû vider toute la place", s'étonne Chérif, un joggeur de 34 ans qui habite tout près de l'esplanade dominée par la Grande Arche.

Les tours de Coeur Défense, qui accueillent 12.000 salariés par jour n'enregistre par exemple "que 30 passages quotidiens" actuellement, note Marie-Célie Guillaume, directrice générale de Paris La Défense, l'établissement public chargé d'aménager et d'animer le site.

Selon un comptage effectué la semaine dernière, "à peu près 98,5%" des 200.000 employés qui travaillent à La Défense "n'y viennent plus", selon elle.

  • 10h10 - La Bourse de Tokyo finit la semaine en retrait

La Bourse de Tokyo a terminé sur une note négative, s'inquiétant des résultats fortement dégradés et du manque de visibilité des entreprises à cause de la pandémie, laquelle continue sa progression dans l'archipel.

L'indice Nikkei des 225 valeurs vedettes a clôturé en baisse de 0,86% à 19.262,00 points. Il a cédé plus de 3% sur l'ensemble de la semaine écoulée. De son côté l'indice élargi Topix a perdu 0,33% à 1.421,29 points.

  • 10h05 - Carburant : les stations service redoutent des faillites massives en zones rurales

Plus de 50% des stations services situées en zone rurale, particulièrement touchées par le confinement, estiment "probable" leur risque de faillite sans un retour soutenu de l'activité au 11 mai, déplore le Conseil national des professions de l'automobile (CNPA).

"52% confirment être impactés très fortement et estiment probable le risque de faillite de leur entreprise sans un retour d'activité soutenue au 11 mai" et "4% confirment qu'ils déposeront le bilan de leur entreprise avant le 11 mai", indique dans un communiqué le CNPA après avoir recueilli les réponses de 1.800 exploitants de stations services implantés en zones rurales.

  • 9h55 - La Bourse de Paris ouvre en net recul

La Bourse de Paris a débuté en net repli (-1,44%), son regain d'optimisme des dernières séances étant douché par l'échec d'un essai clinique pour un vaccin contre le coronavirus et par celui des négociations européennes pour un plan de relance.

Lire aussi : Plan de relance : un parcours semé d'embûches pour l'Europe

À 09h00 (07h00 GMT), l'indice CAC 40 s'est replié de 63,97 points à 4.387,03 points. La veille, il avait fini en hausse de 0,89%.

  • 9h45 - Transports publics : les préconisations du PDG de Transdev pour le déconfinement

En l'absence d'une distanciation sociale dans les métros, tramways et bus, le port du masque par tous les passagers sera "indispensable" tandis que des horaires de travail décalés seront par ailleurs nécessaires pour éviter des transports publics bondés lors du déconfinement, a estimé le PDG de l'opérateur Transdev.

Il faut "un gros travail de lissage" pour éviter l'engorgement aux heures de pointe, notamment en encourageant une réorganisation des horaires de travail: "c'est un gros travail de décalage des horaires au niveau des écoles, des entreprises, de l'administration", a souligné Thierry Mallet, sur la radio BFM.

"Si on doit respecter la distanciation sociale", "la capacité dans les bus, les trains, les métros, va être de 10%, on ne sera absolument pas en mesure de jouer notre rôle de transport public", a déclaré la même source.

  • 9h35 - Privés de sorties, les guides touristiques tentent de "sauver" leur métier

"Il faut sauver ce métier". Ruinés par le confinement, les guides font feu de tout bois pour garder la tête hors de l'eau : job d'appoint, visites confinées, capsules audio... Mais près de la moitié envisage tout simplement d'abandonner.

Ils sont environ 4.000 guides-conférenciers à être sans activité. Selon la Fédération nationale des guides interprètes et conférenciers (FNGIC), les pertes cumulées atteignent 11,4 millions d'euros depuis le 1er mars. Et c'est sans compter les très nombreuses prestations commandées à la dernière minute, qui peuvent représenter la moitié des visites.

  • 9h25 - Nestlé : ventes en baisse de 6,2% au premier trimestre

Le géant suisse de l'alimentation Nestlé a publié des ventes en baisse pour le premier trimestre, réduites par des effets de change avec le renchérissement du franc suisse, et des cessions, dont celle de ses glaces aux États-Unis.

Au premier trimestre, ses ventes ont diminué de 6,2% sur un an, à 20,8 milliards de francs suisses (19,7 milliards d'euros), a-t-il indiqué dans un communiqué.

Les ventes de sa division regroupant l'Asie, l'Océanie et l'Afrique subsaharienne ont reculé de 9,7%, à 5 milliards de francs suisses, après un net recul durant le trimestre en Chine.

  • 9h20 - L'UE se dirigerait vers une contraction de 5% à 10% de son PIB en 2020

L'Union européenne se dirige vers une contraction de 5% à 10% de son PIB cette année, a déclaré le commissaire européen au Marché intérieur, Thierry Breton.

"Tout va dépendre de la vitesse avec laquelle l'économie va repartir, a-t-il souligné sur France 2. Si les choses ne vont pas mieux et que l'on a second pic [d'épidémie], cela peut s'aggraver".

  • 9h10 - Philippe Martinez (CGT) pour une rentrée en septembre et non le 11 mai

La rentrée scolaire devrait se faire en septembre et non dès le 11 mai sur la base du volontariat des parents comme avancé par l'Élysée, a déclaré Philippe Martinez, le secrétaire général de la CGT, sur Sud Radio.

"Notre position, mais aussi la position des scientifiques, parce que j'ai l'occasion de discuter avec certains, c'est que cette rentrée devrait se faire en septembre", a-t-il suggéré.

  • 9h05 - Informatique : Sopra Steria envisage une baisse de chiffre d'affaires "entre 2 et 6%" au 1er semestre

Le groupe de services informatiques français Sopra Steria s'attend à une baisse de chiffre d'affaires de "2% à 6%" sur le premier semestre 2020 du fait de la crise, a-t-il indiqué.

Le groupe, qui emploie un peu plus de 46.500 salariés, anticipait avant la crise une croissance de 3% à 5% de ses ventes sur l'ensemble de l'année.

Sur le premier trimestre, le chiffre d'affaires a augmenté de 4,5% à 1,1 milliard d'euros (+3,3% à taux de change et périmètre constants).

  • 8h55 - Air Liquide maintient son objectif de hausse de marge, révise celui du résultat net

Le groupe de gaz industriels et médicaux Air Liquide anticipe un impact plus important de la crise sanitaire au deuxième trimestre, après des ventes en repli de 1,3% au premier trimestre, mais maintient son objectif de hausse de la marge opérationnelle sur l'année.

Toutefois, Air Liquide a revu en baisse son objectif de bénéfice net, désormais attendu "proche de celui de 2019, à taux de change constant", hors plus-value liée à la cession en cours de la filiale allemande Schülke. En début d'année, il prévoyait une hausse.

  • 8h45 - Le confinement aurait permis d'éviter 60.000 morts en France

Le gouvernement français partage l'analyse de l'École des hautes études en santé publique (EHESP) selon laquelle le confinement a permis d'éviter 60.000 morts en France, a déclaré le ministre de la Santé, Olivier Véran.

"Le ministère de la Santé partage l'analyse et il est très probable que nous ayons collectivement, tous les Français, par le respect du confinement, sauvé des dizaines de milliers de vie et peut-être même plus encore", a-t-il dit sur France Inter, ajoutant que le confinement avait permis d'éviter la saturation des services de réanimation.

L'analyse de l'École des hautes études en santé publique, a-t-il ajouté, "montre bien la nécessité et le succès du confinement qu'il faut encore poursuivre sur plusieurs semaines".

  • 8h40 - La Chine baisse de nouveau un taux d'intérêt à moyen terme

La Banque populaire de Chine (BPC) a baissé le taux d'intérêt à un an de la facilité de crédit ciblée à moyen terme (TMLF), dernière mesure en date prise par la banque centrale pour alléger les coûts de financement et soutenir l'économie.

La BPC a indiqué qu'elle abaissait le taux d'intérêt à un an sur les TMLF (Targeted Medium Term Credit Facility) de 20 points de base, à 2,95%, contre 3,15% pour l'opération précédente.

  • 8h30 - "Le repos des héros" : quand le secteur du tourisme s'organise pour offrir des vacances aux soignants

Les initiatives se multiplient dans le secteur du tourisme pour offrir aux soignants luttant contre le Covid-19 des séjours ou des "bons vacances" à utiliser pour leurs congés d'été.

Homair Vacances, un acteur du secteur du camping, spécialisé dans les séjours en mobil-home, offre ainsi 10.000 bons, d'une valeur de 250 euros chacun, valables tout au long de la saison estivale dans les 130 destinations proposées par ce dernier, dont 104 dans l'Hexagone.

Fin mars, le département les Pyrénées-Atlantiques avait été le premier à lancer une opération de solidarité, baptisée "Le repos des héros", en offrant au personnel soignant 200 "bons vacances" d'une "valeur minimale" de 500 euros pour des séjours en Béarn-Pays basque.

D'autres départements lui ont emboîté le pas, dont le Var qui met à disposition 1.400 lots (séjours, weekends, visites, découvertes gastronomiques et viticoles) offerts par des hôtels, campings ou restaurants, aux "héros varois" - soignants mais aussi policiers, gendarmes, caissiers ou agents de nettoyage.

  • 8h15 - Des masques grand public accessibles aux Français à partir du 4 mai

Les Français pourront se procurer des masques grand public à partir du 4 mai, annonce Agnès Pannier-Runacher, secrétaire d'État auprès du ministre de l'Économie et des Finances, dans une interview publiée par le quotidien Les Echos.

"La production a atteint plus de 10 millions de masques la semaine dernière et l'approvisionnement, par la production française et les importations, va s'accroître rapidement, pour dépasser 25 millions de masques lavables par semaine fin avril", explique-t-elle.

Lire aussi : Coups bas, escroqueries, guerre sans pitié... Quand le besoin vital de masques vire à l'anarchie entre États

  • 8h - Eni prévoit une baisse de sa production en 2020

Le géant italien des hydrocarbures Eni prévoit un recul de sa production en 2020 en raison de l'impact de l'épidémie, qui lui a fait subir une perte de 2,9 milliards d'euros au premier trimestre.

Le 25 mars, Eni avait révisé son plan stratégique 2020-2021 du fait de la pandémie, qui a entraîné une nette baisse du prix du pétrole. Et vendredi, il a encore réduit ses prévisions, tablant notamment désormais sur une production de 1,75 à 1,8 millions de barils par jour cette année, contre 1,87 mbj en 2019.

Lire aussi : Pétrole: pourquoi la crise pourrait empirer

  • 7h30 - Les ventes de Sanofi, fabricant du Doliprane, ont gonflé au premier trimestre

Le géant pharmaceutique français Sanofi, fabricant du Doliprane, affiche un chiffre d'affaires de près de 9 milliards d'euros au premier trimestre, soit une hausse de 6,9%.

"La constitution de stocks dans les circuits de distribution liée à la pandémie de Covid-19 représente environ la moitié de la hausse du chiffre d'affaires au premier trimestre", a-t-il précisé dans un communiqué.

Lire aussi : Covid-19: Sanofi et GSK s'allient pour trouver un vaccin

  • 7h15 - États-Unis : l'administration revoit les conditions d'accès aux prêts d'aide aux PME

L'administration Trump a annoncé que les conditions d'accès aux prêts américains d'aide aux PME face à la crise ont été resserrées pour empêcher de grands groupes d'en bénéficier comme cela avait été le cas pour la première enveloppe.

Les entreprises doivent réaliser un chiffre d'affaires net de 15 millions de dollars au maximum pour être éligibles, selon une mise à jour publiée par le Trésor américain au moment où le Congrès vote une rallonge de l'aide accordée aux petites et moyennes entreprises.

  • 7h - S&P dégrade ses perspectives sur les banques françaises

L'agence de notation Standard and Poor's a annoncé avoir abaissé les perspectives de quatre des cinq principaux groupes bancaires français sous l'effet des conséquences attendues de la crise sanitaire.

"Même dans notre scénario de base d'une reprise économique à partir du troisième trimestre 2020, nous nous attendons à ce que les recettes des banques françaises, la qualité de leurs actifs et, dans certains cas, leur capitalisation se dégradent de manière significative durant la fin 2020 et en 2021", écrit l'agence dans une note.

Dans ce contexte, Standard and Poor's a révisé à la baisse la perspective qu'elle assigne aux groupes BNP Paribas, BPCE, Crédit Mutuel et Crédit Agricole, plaçant désormais cette perspective en catégorie "négative" contre "stable" auparavant.

  • 6h30 - États-Unis : le Congrès adopte un nouveau plan d'aide

Le Congrès américain a adopté une nouvelle enveloppe de 483 milliards de dollars. Déjà approuvé par le Sénat, ce plan d'aide comprend 320 milliards de dollars qui seront déboursés sous forme de prêts aux PME. Les mesures incluent également 60 milliards de prêts destinés à d'autres secteurs sinistrés, notamment dans l'agriculture, 75 milliards d'aides aux hôpitaux et 25 milliards pour renforcer le dépistage du coronavirus, un facteur jugé clé pour pouvoir relancer l'activité.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 7
à écrit le 25/04/2020 à 19:46
Signaler
"Le confinement aurait permis d'éviter 60.000 morts en France" Le confinement permet juste de remettre les 60 000 morts à plus tard.

à écrit le 24/04/2020 à 11:59
Signaler
on aurait évité 60000 décès "Covid" grâce au confinement à comparer aux environ 25000 qui seront comptabilisés à fin mai . quelle répartition entre décès à l'hôpital + domicile et décès en maisons de retraite ? combien de décès auraient été évités...

à écrit le 24/04/2020 à 10:35
Signaler
" États-Unis : le Congrès adopte un nouveau plan d'aide" Tandis que l'UE se réuni afin de savoir de quelle couleur sera la nappe sur lequel seront installés les couverts du repas de la prochaine réunion, les états unis arrosent leur économie. ...

le 24/04/2020 à 13:09
Signaler
Vous avez raison . Pour les paradis fiscaux : on nous annonce benoîtement la dette COLOSSALE que la Sécu va faire cette année : au moins 40 milliards d'euros : rendez-vous compte c'est presque la moitié de l'évasion fiscale en France en une année !

le 28/04/2020 à 11:25
Signaler
@ "Vous avez raison " ET si vous saviez comme j'en ai marre d'avoir raison qui intellectuellement n'a que peu d'intérêt, mais bon faut bien mettre leur profonde bêtise sous le nez des benêts, l’humanité étant menacée qu'au moins les historiens E....

à écrit le 24/04/2020 à 9:57
Signaler
"Aurait permis d'éviter 60 000 morts". Chez nous ce genre d'extrapolation ça s'appelle "compter les œufs dans le cul de la poule". En langage politique c'est "voyez comme on a bien fait notre travail".Eh ben... NON. S'il y avait eu des masques en qua...

à écrit le 24/04/2020 à 9:02
Signaler
Ceux qui ont permis au virus de s'installer donc... ça me fait penser à ce clip que j'ai vu avant une pub des marques françaises qui se félicitaient de continuer de diffuser de la publicité en cette époque, qu'il en fallait vraiment du courage hein.....

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.