La macronie fait bloc autour de Richard Ferrand mis en examen

 |   |  704  mots
(Crédits : Benoit Tessier)
La macronie faisait bloc jeudi matin autour d'un de ses piliers, le président de l'Assemblée Richard Ferrand, que l'affaire des Mutuelles de Bretagne revient hanter sous la forme d'une mise en examen pour prise illégale d'intérêts.

Le président Emmanuel Macron maintient "toute sa confiance" en M. Ferrand, mis en examen pour "prise illégale d'intérêts" dans l'affaire des Mutuelles de Bretagne, a déclaré sur Europe 1 la porte-parole du gouvernement, Sibeth Ndiaye. C'est "un homme loyal, droit, qui a un parcours politique exemplaire", a-t-elle insisté en demandant de respecter "la présomption d'innocence".

Lire aussi : Mutuelles de Bretagne : mis en examen, Richard Ferrand n'envisage pas de démissionner

Richard Ferrand a été mis en examen mercredi soir par un juge lillois, après près de quinze heures d'interrogatoire. Il est soupçonné de "prise illégale d'intérêts" après que les Mutuelles de Bretagne, qu'il dirigeait à l'époque, ont décidé en 2011 de louer des locaux commerciaux appartenant à sa compagne. Il conteste toute irrégularité.

Une première enquête lancée en 2017, après des révélations du Canard enchaîné, avait poussé M. Ferrand à quitter le gouvernement après un mois à peine. Elle avait été classée sans suite par le procureur de Brest au bout de quelques mois. Le parquet avait invoqué la prescription pour la prise illégale d'intérêts, et jugé que les infractions d'abus de confiance et d'escroquerie n'étaient pas constituées.

La mise en examen d'un président de l'Assemblée nationale en cours d'exercice est une première. M. Ferrand y a réagi aussitôt en se disant "déterminé à poursuivre (sa) mission" à la tête de l'Assemblée". Il a également assuré "rester serein sur l'issue de la procédure, au regard du classement sans suite de l'ensemble des griefs de la première plainte (...), d'autant plus qu'aucun élément nouveau n'a été versé à ce dossier dans lequel il n'y a ni préjudice ni victime".

"Il n'y a pas de logique politique" à ce qu'il démissionne, a plaidé Sibeth Nidaye, car "un membre du gouvernement est nommé, un parlementaire est élu; quand on est président de l'Assemblée nationale, on est élu deux fois".

L'argument a été repris à peu près tel quel par ses collègues Jacqueline Gourault (Cohésion des territoires) et Sébastien Lecornu (Collectivités) dans d'autres interviews.

Lire aussi : Les cinq temps forts de l'Affaire Ferrand

Pilier de la campagne

L'autre argument le plus mis en avant est de souligner la présomption d'innocence, ainsi de Stanislas Guerini, patron du parti présidentiel LREM:

"Gardons-nous de confondre instruction et condamnation. Cette mise en examen est la suite logique d'une procédure ouverte en 2017, dans laquelle il avait déjà bénéficié d'un classement sans suite", a-t-il réagi auprès de l'AFP.

Dans l'opposition, le premier secrétaire du Parti socialiste Olivier Faure et le président de Debout la France Nicolas Dupont-Aignan ont appelé à sa démission. La porte-parole des Républicains, Lydia Guirous, a jugé pour sa part sa position "très difficilement tenable sur le court terme".

Son collègue Julien Aubert, lui, "ne demande pas" la démission de M. Ferrand. Il "est présumé innocent", avait réagi dès mercredi soir Sébastien Chenu (Rassemblement national).

La mise en examen de Richard Ferrand est un coup dur pour la majorité, dont trois autres poids lourds, -François Bayrou, Marielle de Sarnez et la nouvelle commissaire européenne Sylvie Goulard- ont été entendus mardi et mercredi dans l'affaire des emplois présumés fictifs des assistants parlementaires MoDem.

En serrant pour l'heure les rangs autour de Richard Ferrand, la macronie veut protéger l'un de ceux qui étaient là au tout début de l'aventure présidentielle d'Emmanuel Macron, et qui conserve un rôle de conseiller éminent.

Cet élu du Finistère âgé de 57 ans, député socialiste de 2012 à 2017, est relativement peu connu du grand public malgré son rang de 4e personnage de l'Etat. Mais il est "le mec le plus important chez les politiques auprès d'Emmanuel", affirmait ces derniers jours à l'AFP un marcheur de la première heure, lui-même pilier de la campagne présidentielle d'Emmanuel Macron:

"C'est sans commune mesure avec tous les autres. C'est le plus intelligent, le plus fin et le plus libre. C'est pour ça que ça marche avec Macron."

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 13/09/2019 à 11:50 :
c est de rugy qui va etre content. il va pouvoir recuperer son poste et inviter des copains a manger du homard ;-)
a écrit le 13/09/2019 à 11:39 :
Sans le Maréchal Ferrand, c'est tout l'attelage de la Franc-Macronnerie qui boite autour des 3 colonnes
a écrit le 13/09/2019 à 10:12 :
Et hop ! une cabale de plus, comme d'hab avec des petits juges politiques et les médias bien pensants comme Médiapart ou Le Monde.
Les tartuffes de tous bords se dressent sur leurs ergots.
Mais E. Macron s'en f...., et les réformes se feront de toute façon.
Et en plus, il vient de faite cracher 1 milliard d'euros à Google.
Pas mal !
Réponse de le 13/09/2019 à 10:39 :
Vous ne vous sentez pas un peu seul ?
Réponse de le 13/09/2019 à 11:43 :
disons qu un homme qui emploie sa petite amie etudiante comme DRH, qui plus tard fait louer un batiment qu elle achete juste pour ca n est pas tres bien place pour donner des lecons. Bon c est sur que c est pas le pire. Ferrand est un socialo comme les autres et il tapait dans la caisse comme tous ses copains. Pas de bol, ca c est vu quand il est devenu ministre.

Apres comment voulez vous expliquez aux francais qu il faut se serrer la ceinture (par ex en travaillant plus longtemps ou en payant plus d impots et avoir moins de prestations) si de l autre cote vous en avez qui invitent les copains pour manger du homard ou ne voient pas le Probleme a faire louer un batiment que leur petite amie achete a credit avec les loyer que votre mutuelle va verser ...
Réponse de le 13/09/2019 à 14:13 :
Disons que l'opération immobilière est trop belle pour être honnête.

L'ex Mme Ferrand a pu acquérir un bien à 375 000 € et le faire rénover aux frais de la mutuelle de bretagne, tout en percevant un loyer qui a couvret le cout de la rénovation (184 000 €) . le bâtiment rénové étant maintenant estimé près de deux millions €.

la question à se poser est : est ce que cette opération aurait été possible sans une complicité interne aux MB ? La réponse est non.
Et on retrouve Ferrand à toutes les étapes du projet. Il a signalé à sa femme l'opération, a réalisé le prêt bancaire qui a permis l"achat (sa femme état sans le sous), il a autorisé la vente, pris le montant des rénovations sur le compte des MB...

Comprenez bien que si Google a craché 800 millions c'est pour échapper à une amende potentiellement bien plus élevée. C'est le principe de la transaction.
Donc l'état n'a pas réalisé une bonne affaire. Il aurait gagné bien plus s'il avait été capable de soutenir un procès. Mais il est faible face aux puissants.
a écrit le 13/09/2019 à 4:30 :
France cette democrature en peril.
a écrit le 13/09/2019 à 0:26 :
Stop aux homardicide !
Le président de l’assemblée nationale doit respecter la diversité et notamment les populations de homards français qui vivent un véritable génocide chaque midi.
Il faut que cela cesse et chaque homardicide doit être poursuivi pénalement.
Les députés et leur président mis en examen ne sont pas au dessus des lois.
a écrit le 13/09/2019 à 0:26 :
Stop aux homardicidee !
Le président de l’assemblée nationale doit respecter la diversité et notamment les populations de homards français qui vivent un véritable génocide chaque midi.
Il faut que cela cesse et chaque homardicide doit être poursuivi pénalement.
Les députés et leur président mis en examen ne sont pas au dessus des lois.
a écrit le 12/09/2019 à 23:37 :
Pas la peine de tourner autour du pot : il est cuit! D'autres ont essayé...ils ont eu des problémes !
a écrit le 12/09/2019 à 22:40 :
Lrem attise la haine avec cette histoire et notre pr macron à manque une occasion de se taire.
Richard T es foutu! Ta femme est la rue!
a écrit le 12/09/2019 à 19:43 :
Le nouveau monde promis ressemble furieusement à l'ancien.
Du moins dans ses travers.
La Macronie oublie, et c'est bien commode, que quelque soit l'issue judiciaire de cette affaire le comportement de Ferrand est complètement immoral.
Que l'action de la justice, jusqu’à ce jour, ne parait pas exemplaire.
Bref LREM alimente la défiance des électeurs. Par calcul ou par suffisance?
a écrit le 12/09/2019 à 18:54 :
tous ces évènements a venir projettent leur ombre ! mais ne peuvent pas dissimuler les affaires. ils vont périr par l abus de leur principe
a écrit le 12/09/2019 à 18:37 :
La macronerie ou la maçonnerie ? Mais c'est peut etre pareil
Réponse de le 12/09/2019 à 19:08 :
la maconnerie -)
a écrit le 12/09/2019 à 18:14 :
LREM va nous sortir des sondages positifs bientôt pour calmer le peuple :

Edouard Philippe et ses ministres vont pouvoir laisser libre cours à leur goût des sondages. Le 6 août dernier, la réponse du Premier ministre à une question écrite du député socialiste Régis Juanico révélait que Matignon avait commandé pas moins de 159 enquêtes d’opinion auprès de divers instituts, entre le 15 mai 2017 - jour de la prise de fonction d'Edouard Philippe - et la fin de l’année 2018. A priori, le chef du gouvernement devrait avoir les moyens de poursuivre à ce rythme, durant l'acte II du quinquennat. Et pour cause : comme l’a écrit La Lettre A, le Service d’information du gouvernement (SIG) - rattaché à Matignon, il est chargé d’orchestrer la communication de l’exécutif - vient d'attribuer une enveloppe globale de 13,9 millions d'euros à six instituts de sondage, heureux lauréats de l'appel d'offres "Prestations d'enquêtes et d'analyses d'opinion" du gouvernement. Précision importante, il s'agit d'un montant estimatif maximum, qui pourrait être revu à la baisse si le volume des commandes est plus faible que prévu.

Les six instituts sélectionnés couvriront, pour trois ans, les besoins en sondages de Matignon, ainsi que des seize ministères du gouvernement. Dans le détail de l'appel d'offres, Ipsos a remporté 3 des 10 lots disponibles, ce qui assure à cet institut une manne potentielle de 4,2 millions d’euros. De son côté, l’Ifop a hérité du lot principal - les enquêtes téléphoniques - et pourrait s’adjuger 4 millions d’euros. Le reste des lots est notamment réparti entre BVA (1,8 M) et le duo OpinionWay (1,3 M) - Harris Interactive (1,2 M), qui, à eux deux, trustent le marché des enquêtes d’opinion sur internet.
a écrit le 12/09/2019 à 16:43 :
Copains coquins
a écrit le 12/09/2019 à 16:26 :
La macronie fait bloc autour de Richard Ferrand mis en examen

a propos de la macronie, un ancien 1er ministre nantais pourrait ressortir son qualificatif : MINABLE

et Bayrou Goulard DeSarnese le Modem ils en pensent quoi ?

quelle désastre pour la crédibilité de la France à l'international !!!

On imagine la maconnerie dans les "sommets" internationaux, avec toutes ces casseroles mafieuses !
a écrit le 12/09/2019 à 15:31 :
C'est quand meme dingue le nombre d'affaire qu'on les proches de Macron!!

J'attend avec hate le proces sur la vente d'Alstom a GE! La vente d'un fleuron contre quelques millions versé à des banquiers conseil (dont des proches de macron)
Réponse de le 12/09/2019 à 16:32 :
J'attends aussi le résultats des enquêtes sur le financement du show de Las Vegas par pénicaud (au profit de Macron..).

Et LREM ne doit pas avoir 5 ans d'âge et à peine plus de deux ans au pouvoir !
Imaginez ce que ça pourrait donner si on leur laissait encore un quinquennat pour nuire ... Rien que la pensée que ce serait possible me fait vomir d'avance.
Réponse de le 13/09/2019 à 11:48 :
dans le cas de Alstom, ca a ete une tres mauvaise affaire pour GE (et coute son poste au PDG de l epoque). les turbines d Alstom ont ete achete a un mauvais moment : il n y a quasiment plus de client pour ca.

Peut etre que GE a paye pour pouvoir mettre la main sur altom, mais ca serait alors vraiment du vice.
a écrit le 12/09/2019 à 15:29 :
A croire que toute la Macronie traîne des casseroles pour soutenir une casserole comme Richard Ferrand. De toute façon, il va sans tiré avec un collier au pied à résidence dans sa confortable demeure et son épouse lui fera de très bon petit plats le temps de purgé sa peine. Un remake de Cahuzac et futur Fillon. Un simple citoyen prendrait de la prison ferme avec une amende bien sonnante. Une remarque un député d'un pays nordiste en cas de soupçon démissionne cela en dit long sur la mentalité de ces personnes en France.
a écrit le 12/09/2019 à 14:36 :
Un bloc de terrine de gelée de profiteurs malhonnêtes. Ce n'est plus de la connivence, c'est la Cosa Nostra.
a écrit le 12/09/2019 à 14:25 :
Cet homme devrait être exemplaire, être sans reproches.
Exemplaire, il l'est, dans le mauvais sens, c'est est un vivant exemple de culot monstrueux, de cynisme sans scrupule : "pas vu, pas pris", "tant qu'il reste du fromage, je m'empiffre", "je suis assez puissant pour faire ce que je veux".
a écrit le 12/09/2019 à 14:11 :
Entre Richard Ferrand et Gilles LE GENDRE, moi je dirai tout simplement: Ce sont deux personnages politiques : trop intelligent pour faire boucher et trop idiot pour être chirurgien.
a écrit le 12/09/2019 à 14:06 :
Comment se fait il qu'il y ai autant de casseroles dans ce mouvement de "progrès"?
Quand on fait du soit disant "nouveau" avec un capitalisme de connivence et des fonctionnaires élues, c'est pas pour demain qu'il y aura du changement!
a écrit le 12/09/2019 à 14:05 :
"La macronie fait bloc autour de Richard Ferrand mis en examen"

Au bloc la macronie.
a écrit le 12/09/2019 à 13:59 :
Tu l’oublies Richard.
Il faut penser aux valeurs sinon tu vas subir les foudres des masses.
Alors, ce midi, après les homards, pense à invoquer les valeurs.
a écrit le 12/09/2019 à 13:46 :
UNE HONTE
a écrit le 12/09/2019 à 13:45 :
MACRON à des copains , Benalla , De Rugis , Ferrand et meme Sarkosi . C'est un grand
homme .
a écrit le 12/09/2019 à 13:44 :
"C'est le plus intelligent, le plus fin et le plus libre"

Diantre ! Mauvaise nouvelle... -_-
Réponse de le 12/09/2019 à 16:15 :
Encore heureux que c'était pas le plus honnête ! :D
Réponse de le 12/09/2019 à 17:02 :
Oui, merci de l'écrire car le plus libre, c'est beau !!!! ah ah ah ah
a écrit le 12/09/2019 à 13:42 :
Il est temps d’une fausse facture heu je voulais dire d’apporter des éléments de langage.
Richard c’est un homme blanc bien noté qui n’a pas mérité la fessée médiatique.
Laissez le faire du business, il est présumé innocent.
a écrit le 12/09/2019 à 13:32 :
Incroyable qu'un Président de "notre" République s'abaisse à entrer dans le débat public; ses maladresses verbales avaient, déjà, montré qu'il n'était pas à la hauteur du poste, comme beaucoup de ses prédécesseurs Malheureuse République française, à défaut d'être de France!
a écrit le 12/09/2019 à 13:05 :
Ils couleront ensemble.
Quant au festival d'idiotie que les soutiens sont en train de débiter, on s'en souviendra et elles leur reviendront dans la figure.

Je ne voudrais vraiment pas être un candidat LREM pour les prochaines élections. Ils vont s'en prendre plein la gueule s'ils ne prennent pas ostensiblement leur distance avec leur direction.
Réponse de le 12/09/2019 à 13:18 :
Ce n'est pas un spam.... Ne voyant pas le commentaire apparaître, je l'ai ré-écrit.
a écrit le 12/09/2019 à 12:36 :
Ils couleront ensemble.
Quant au festival d'idiotie que les soutiens sont en train de débiter, on s'en souviendra et elles leur reviendront dans la figure.

Je ne voudrais vraiment pas être un candidat LREM pour les prochaines élections. Ils vont s'en prendre plein la gueule s'ils ne prennent pas ostensiblement leur distance avec leur direction.
a écrit le 12/09/2019 à 12:33 :
C'est toujours amusant ces moments. Dimanche soir il aura démissionné.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :