Le plan de relance économique sera présenté le 3 septembre

 |  | 828 mots
Interrogé ce mercredi matin sur le secteur de la culture, Jean Castex a précisé qu'une enveloppe exceptionnelle de 2 milliards d'euros lui sera consacrée.
Interrogé ce mercredi matin sur le secteur de la culture, Jean Castex a précisé qu'une enveloppe "exceptionnelle" de 2 milliards d'euros lui sera consacrée. (Crédits : Reuters)
"Il est absolument bouclé", a annoncé le premier ministre Jean Castex, invité de la matinale de France Inter, ce mercredi matin. Le chef du gouvernement a par ailleurs confirmé que le financement de ce plan à hauteur de 100 milliards d'euros se ferait sans hausse d'impôts et a promis des moyens supplémentaires pour la culture et la justice.

Invité de France Inter ce mercredi matin, le premier ministre Jean Castex s'est exprimé sur le report de la présentation du plan de relance économique à hauteur de 100 milliards d'euros, initialement prévue mardi 25 août. "Décaler un plan de relance historique de 100 milliards d'euros, c'est pas rien, a déclaré Léa Salamé, co-animatrice, avec Nicolas Demorand, de la matinale de la radio au logo rouge. Avez-vous sous-estimé la recrudescence de l'épidémie ?" À cette question, l'ancien maire de Prades a répondu :

"Le décalage du plan de relance, c'est une semaine. Il sera officiellement présenté le jeudi 3 septembre. Il est absolument bouclé".

Ce plan, a précisé Jean Castex, se fera "dans la continuité des dispositions extrêmement ambitieuses prises pour les Français" depuis l'éclatement de la crise sanitaire et économique.

"On ne va pas, a insisté l'ex-monsieur 'déconfinement', commencer à s'occuper de l'économie française avec le plan de relance. On le fait depuis des mois."

Lire aussi : Plan de relance en France : le pari sera réussi si la croissance atteint près de 8% d'ici fin 2021, estime Le Maire

Pas de hausse d'impôts

À propos du financement de ce plan, Jean Castex a redit, au micro de France Inter, la volonté du gouvernement de ne pas augmenter les impôts. "[Sur les 100 milliards d'euros prévus par le plan de relance], 40 milliards d'euros vont venir de l'Europe grâce au travail d'Emmanuel Macron et de la chancelière Angela Merkel", a rappelé le chef du gouvernement à propos du plan négocié par le couple franco-allemand auprès des dirigeants européens.

"Il faut faire de la pub' pour l'Europe quand elle fait son travail et l'Europe l'a fait de manière exceptionnelle", a poursuivi Jean Castex.

Quant à savoir s'il faudra travailler plus pour financer ce plan, le premier ministre a éludé la question : "La philosophie est de réhabiliter le travail. C'est par le travail, aussi, qu'on retrouvera des marges de manœuvre. [...] C'est une valeur extrêmement positive, de cohésion et de progrès. C'est ce qui irrigue notre action."

Lire aussi : Sortie de crise : faudra-t-il travailler plus ? La bataille idéologique est lancée

Des moyens supplémentaires pour la culture et la justice

Interrogé ce mercredi matin sur le secteur de la culture, particulièrement fragilisé par les conséquences économiques liées à la pandémie, Jean Castex a précisé qu'une enveloppe "exceptionnelle" de 2 milliards d'euros lui sera consacrée. Une annonce saluée, sur Twitter, par l'actuelle ministre de la Culture, Roselyne Bachelot :

Le premier ministre a par ailleurs annoncé la création de 550 emplois supplémentaires pour le ministère de la justice.

Écologie et réindustrialisation du pays au coeur du plan de relance

Si Jean Castex n'a pas détaillé davantage les contours du plan de relance, des premières pistes sont déjà connues. Ce dernier devrait en effet faire la part belle à l'écologie, avec une enveloppe avoisinant les 30 milliards d'euros et un accent mis sur les travaux de rénovation. Emmanuelle Wargon, ministre déléguée au Logement, a par ailleurs indiqué que la modernisation thermique des bâtiments sera rendue possible par un chèque de "4 à 5 milliards d'euros".

Le gouvernement promet aussi une relocalisation de certains secteurs stratégiques de l'industrie hexagonale. À ce propos, Jean Castex avait indiqué, lors de sa prise de fonction en juillet, que l'industrie française s'est "affaiblie" dans ces secteurs.

Lire aussi : Convention citoyenne pour le climat : « Relocalisons nos secteurs stratégiques »

Toujours sur le volet industriel, 40 milliards d'euros devraient être consacrés à la réindustrialisation du pays. La moitié de cette somme participera à la baisse des impôts de production. "Si vous voulez qu'une usine ouvre ses portes en France ou étende son activité, il ne faut pas lui dire qu'avant même qu'elle ait fait un euro de profit, elle sera taxée", a justifié récemment le ministre de l'Économie Bruno Le Maire, au micro de RTL.

Autre priorité du gouvernement : les PME, qui devraient bénéficier d'une aide de trois milliards d'euros. Un chiffre dévoilé par Bruno Le Maire et spécifiquement réservé aux entreprises qui souhaitent investir. Selon le ministre délégué aux PME Alain Grillet en effet, la somme globale réservée à ces structures sera "beaucoup plus" élevée que celle annoncée par le ministre de l'Économie.

Lire aussi : Relance: Le Maire promet un soutien durable aux PME, au-delà des prêts garantis (PGE)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 27/08/2020 à 2:10 :
DOMMAGE :
Accélerer de 3 ans, la loi de programmation militaire concentrée sur 2023-2025,
aurait concerné des milliers de grandes et petites entreprises et d'emplois sur tout le territoire.
Réponse de le 29/08/2020 à 9:19 :
Macron va pas doner de l'argent de son quinquenat actuel, autrement comment financera il sa campagne de 2022, déjà que majoritairement les citoyens vont voter contre lui (et pas pour un autre)
a écrit le 26/08/2020 à 11:26 :
Castex annonce que sur 100 milliards du plan , 40 vont venir de l'Europe .
communication qui laisse supposer que la France ne financerait que 60 milliards , ce qui est mensonger puisque la France va devoir abonder au budget européen de financement du plan européen de relance une somme de l'ordre de 60 milliards ou plus .
Ce Premier Ministre a absolument besoin d'une formation comptable accélérée .
Réponse de le 29/08/2020 à 9:20 :
Mais non, la différence est ce que LAREM ce mets dans la poche...
a écrit le 26/08/2020 à 10:13 :
qu'il nous explique pourquoi sont gouvernement est il le plus couteux de la 5e pour des resultats catastrophiques comme la séance de maintient de l'ordre aux champs Élysée et la rave party de Lozère; puis pourquoi nous rabâcher l'ecologie l''écologies et poluer AUTANT avec des deplacements inutiles et couteux
a écrit le 26/08/2020 à 10:06 :
Quel suspens!!!Et...quelle déception ce sera... et sous quel "petit nom" vont ils lui donner vie?
a écrit le 26/08/2020 à 10:01 :
Pendant ce temps :

Un timing qui interroge. Mediapart révèle, dans un article publié lundi 24 août, qu'une enquête portant sur la gestion des déchets dans la communauté de communes anciennement présidée par Jean Castex a été stoppée le 6 juillet. Trois jours plus tôt, l'ancien maire de Prades (Pyrénées-Orientales) avait été nommé Premier ministre.

Ces investigations, entamées en 2019, concernent "les conditions d'exploitation de bennes à ordures par des ferrailleurs dans des déchetteries de la communauté de communes de Conflent-Canigó", dont Jean Castex était le président jusqu'à son arrivée à Matignon, rapporte Mediapart. Des infractions au Code de l'environnement (liées à la pollution) et au Code du travail (pour du travail illégal) sont suspectées par les enquêteurs.
Le chef du gouvernement n'est pas directement visé par cette enquête. C'est en revanche le cas du vice-président en charge des déchets au sein de la communauté de communes, Jean Maury. Ce dernier est par ailleurs l'oncle par alliance de Jean Castex.Une source proche du dossier évoque un abandon "brutal et inexpliqué" des investigations, indique Mediapart. Sollicitée par le site, la vice-procureure Elodie Torres, en charge de l'enquête, explique de son côté que les investigations devaient bientôt se terminer. Le dossier a été envoyé à son supérieur "pour appréciation".
a écrit le 26/08/2020 à 9:41 :
OK plan de financement de 100mds mais ça c'est la dépense ou sont les recettes ou si l'on veut les économies pour financer, car vivre à crédit sachant que la dette dépasse déjà les 2500mds c'est risqué même si les taux sont bas malgré des refinancements à taux plus bas encore, il faudra tôt ou tard "commencer" à rembourser comme certains pays de l'UE l'ont fait certes avant la covid. Imaginons un rebond des taux.......
a écrit le 26/08/2020 à 9:29 :
Avec une photo comme ça, masque sur le visage en gros plan, on sent que ça va marcher et on a confiance...
a écrit le 26/08/2020 à 9:17 :
Pas de hausse d'impots ! Il ose dire cela.
Il y a mille methodes de recouvrer par des taxes, ces enarques ne savent faire que cela, surtout bruler du fric, en ce cas ils sont experts. Les generations futures vous maudiront.
a écrit le 26/08/2020 à 9:03 :
trop de mise en scène dans ces crises ! sanitaire et économique et d insécurité au lieu d agir et protéger les enfants de la république pour la rentrée

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :