Les difficultés de recrutement au sommet, le tassement de la croissance se confirme, selon la Banque de France

Six dirigeants sur dix ont des difficultés à recruter selon la dernière enquête de conjoncture de la Banque de France réalisée entre fin juin et début juillet. La programmation informatique, l'aéronautique ou encore l'intérim sont touchés de plein fouet. En revanche, les difficultés d'approvisionnement commencent à s'infléchir dans l'industrie et le bâtiment. Au final, la croissance du PIB devrait légèrement augmenter au second trimestre (0,25%) selon la dernière estimation de la Banque de France restée inchangée.
Grégoire Normand
Dans la restauration, de nombreux établissements peinent à recruter.
Dans la restauration, de nombreux établissements peinent à recruter. (Crédits : Reuters)

Les crises continuent de donner le vertige aux économistes. Après un long tunnel de pandémie et une guerre aux portes de l'Europe, l'économie française peine à redémarrer. La flambée des prix et les frictions sur les chaînes d'approvisionnement planétaires pèsent toujours sur le niveau de l'activité. Dans sa dernière enquête de conjoncture dévoilée ce mardi 12 juillet, la Banque de France table sur une légère hausse de la croissance du produit intérieur brut (PIB) de 0,25% au cours du second trimestre après un repli entre janvier et février.

Les économistes n'ont donc pas dégradé leurs prévisions de juin où ils avaient écarté le scénario noir d'une récession. « L'enquête mensuelle de conjoncture montre que l'activité a continué de résister au mois de juin et que cette résistance se maintiendrait au mois de juillet », a déclaré le directeur des études, Olivier Garnier, lors d'un point presse. Dans ce contexte de croissance morose, les entreprises peinent toujours à recruter.

Les tensions sur le recrutement au plus haut

Les difficultés de recrutement exprimées par les entreprises sont au plus haut. Au mois de juin, 58% des dirigeants expliquaient avoir dû mal à embaucher. Il s'agit d'un sommet depuis que cette question a été mise en place en mai 2021. À l'époque, 37% des entreprises avaient exprimé ce type de difficulté. En juin dernier, le bâtiment a connu un pic à 63%, suivi des services (61%) et de l'industrie (50%). Dans l'industrie, le pourcentage a quasiment doublé depuis mai 2021 (24%) alors que la production est fortement perturbée depuis des mois.

Dans le détail, la programmation et le conseil (73%), l'aéronautique (71%) ou encore l'intérim (70%) sont les trois secteurs les plus en tension. « La reprise de l'emploi a été plus marquée qu'anticipée en 2021 et jusqu'au début d'année 2022. ll y a eu un redémarrage fort de l'activité après une période d'hibernation », rappelle Olivier Garnier. « Même avant la crise, beaucoup d'entreprises exprimaient déjà des difficultés de recrutement. On le voit au bout des deux extrémités, à la fois sur des compétences très pointues et des postes moins qualifiés », ajoute-t-il.

Des créations d'emploi boostées par l'apprentissage et l'alternance

Malgré ce tassement de la croissance française, les entreprises ont continué de créer des emplois au premier semestre 2022. D'après le dernier point de conjoncture de l'Insee dévoilé à la fin du mois de juin, l'économie française a créé 79.000 emplois au premier trimestre et 37.000 au deuxième. Comment expliquer ces embauches ? Interrogé par La Tribune, Olivier Garnier souligne « qu'il y a toujours un décalage entre l'activité et l'emploi dans les cycles économiques. »

Cela signifie que les entreprises ont continué de recruter malgré la détérioration de la conjoncture. « Il y a eu une croissance riche en emplois sur les 18 derniers mois », poursuit l'économiste en rappelant que « certains phénomènes comme l'alternance et l'apprentissage contribuent à ces bons chiffres de l'emploi. » La Banque de France s'attend tout de même « à une stabilisation de l'emploi, voire une légère baisse dans les mois à venir ».

Baisse des tensions sur l'approvisionnement

La réouverture de l'économie mondiale en 2021 après de longs de mois de confinement avait entraîné de fortes perturbations sur les chaînes d'approvisionnement mondiale au moment de la reprise. Avec l'éclatement du conflit en Ukraine, ce phénomène s'est amplifié partout sur la planète mettant en difficulté les entreprises dépendantes de l'étranger pour se fournir en matières premières ou en pièces électroniques. Après avoir bondi brutalement entre janvier et mars, les tensions sur l'approvisionnement ne cessent de s'infléchir dans l'industrie pour passer de 64% en avril à 51% en juin.

Dans le bâtiment, cette proportion est passée de 55% en mars à 52% en juin. En dépit de ces améliorations, ces difficultés sont encore loin d'avoir retrouvé leur niveau de mai 2021, date du début de l'enquête. Au printemps 2021, 44% des industriels et 50% des dirigeants dans le bâtiment exprimaient ce type de difficulté. Avec le prolongement du conflit en Ukraine, le retour à la normale n'est pas pour demain.

Grégoire Normand

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 11
à écrit le 13/07/2022 à 17:50
Signaler
Bonjour beaucoup ont choisi de faire un autre métier . certes ce n'est pas forcément mieux payé mais c'est surtout peut-être plus valorisant . Dans tous les cas dans les métiers à forte tension cela est avant tout une histoire de considération de s...

à écrit le 13/07/2022 à 16:19
Signaler
Bonjour. Cela fait des années que c'est difficile d'avoir du candidat, tant mieux pour moi, a chaque fois on n'était que 2. Cependant les entreprises font n'importe quoi avec leur masse salariale (il y a trop de différences de traitement (salaire , p...

le 14/07/2022 à 0:49
Signaler
Bonjour, Tout à fait d'accord avec toi, jeune vétéran. Je ne suis pas inscrit au chômage ni au rsa donc compté nul part, ils me l'ont refusé après 2 années et demie de boulot insoutenable débouchant sur une démission. Si je me mettais à un carrefo...

à écrit le 13/07/2022 à 13:50
Signaler
Une donnée à prendre en compte : «  la grande démission » Ex aux usa depuis le covid de 2020 , 1/3 des actifs américains ont démissionné et ont disparu des radars de l emploi .. que sont ils devenus? Mystère… en France c’est 7-9% des ex- salariés qu...

le 13/07/2022 à 14:31
Signaler
Les disparus vivent soit de la rente, soit ils ont créé leur entreprise, soit ils sont rentiers 'fire' aux US, il n'y a que cette solution (ou vivre de ses économies), ici on peut vivre des indemnités chômage il suffit d'un camping car, une boi...

à écrit le 13/07/2022 à 7:18
Signaler
ça fait des années qu'on alerte sur le départ massif à la retraite de salariés. Les entrepreneurs ne gèrent plus leurs RH, recrutent comme ils vont au supermarché. Dans certains secteurs, le "compagnonnage" est pourtant indispensable, comprenez qu'il...

à écrit le 12/07/2022 à 22:31
Signaler
Il suffit de proposer des salaires attractifs pour trouver des 'talents'......A titre d'exemple la nouvelle convention de la métallurgie est une boucherie au niveau salaire...Faut pas venir pleurer ensuite, en général plus tu es un 'talent' moins tu ...

le 13/07/2022 à 0:12
Signaler
C'est vrai que les talents sont pris pour des pigeons par leurs employeurs, mais les résultats de nos entreprises démontrent que les talents maltraités leur rendent bien la monnaie de leur pièce... La perte abyssale de productivité et la faible crois...

le 13/07/2022 à 10:59
Signaler
Les salaires ne sont pas tout , la formation continue, les conditions de travail , les avantages en nature comme la voiture de fonction et les perspectives d'évolution etc.... Aujourd'hui celui qui change d'employeur ne s'en tient pas au seul salai...

à écrit le 12/07/2022 à 22:02
Signaler
Dans la mesure où la natalité baisse en France, il est normal que les recruteurs aient du mal à trouver des talents. La situation actuelle est donc tout à fait normale

le 12/07/2022 à 22:27
Signaler
N'importe quoi, la natalité n'a pas baissé tout d'un coup, c'est macron le responsable, avoir rendu les gens paresseux en les arrosant de pognon à rester chez eux.

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.