"Plutôt que la relocalisation, l'enjeu est sûrement plus celui de la réindustrialisation"

 |  | 1132 mots
Lecture 6 min.
Vincent Vicard est économiste au Centre d'études prospectives et d'informations internationales (CEPII).
Vincent Vicard est économiste au Centre d'études prospectives et d'informations internationales (CEPII). (Crédits : DR)
ENTRETIEN. Pour l'économiste du CEPII Vincent Vicard, les délocalisations sont favorisées par la faible présence des salariés dans les conseils d'orientation des entreprises. Autre facteur d'explication: l'éloignement géographique entre les centres de décision (les sièges sociaux) et les unités de production.

LA TRIBUNE - Avec la crise, le débat sur la relocalisation de certaines activités en France fait rage alors que l'économie française s'enfonce dans la récession. Cette crise ne risque-t-elle pas plutôt d'accélérer la désindustrialisation du pays ?

VINCENT VICARD - C'est une question posée par le gouvernement dans son plan de relance. La crise actuelle est très différente de celles du passé. C'est d'abord une crise des services (restauration, culture, transport aérien). Contrairement à 2008, l'industrie est moins touchée. Cependant, les restrictions pour le transport de personnes sont amenées à durer. Cela peut poser des questions sur la pérennité de certaines entreprises et sur la viabilité des sous-traitants. L'industrie automobile est bien repartie après le confinement, alors que l'industrie aéronautique connaît bien plus de difficultés. Plutôt que la relocalisation, l'enjeu est sûrement plus celui de la réindustrialisation et de savoir comment accompagner certains secteurs vers plus d'industrie du futur par exemple.

> Lire aussi : Relocaliser, réindustrialiser  : dans quels buts ?

La baisse des impôts de production va-t-elle dans le bon sens pour relancer l'industrie et relocaliser certaines activités ?

Beaucoup de mesures ont été mises en place sur la compétitivité-coût, avec le CICE notamment: les exonérations de cotisations représentent environ 60 milliards d'euros en année...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 20/10/2020 à 14:27 :
Relocalisez pourquoi faire? Tout cela ne pourra survivre que subventionné!
a écrit le 20/10/2020 à 13:47 :
La relocalisation est un leurre, vous croyez que les chinois vont se laisser dépouiller ?
a écrit le 20/10/2020 à 10:35 :
noter que le nombre d'entreprises manufacturières diminue depuis au moins 2009 en Allemagne, alors qu'il augmente en France (Business Demography statistics, Eurostat).
l'industrie est le secteur qui a connu le plus fort taux de progression des créations d'entreprises en 2019 (INSEE).
la France domine largement en Europe sur l'accueil des investissements étrangers manufacturiers et de R&D (EY ; KPMG ; Business France ; Choose Paris).
l'apprentissage était en forte hausse avant la Covid (La Tribune, 04/02/2020).
le taux d'investissement des entreprises industrielles hexagonales est le 2e le plus élevé en Europe, loin devant Allemagne et UK (Eurostat ; France Stratégie/Fabrique de l'Industrie, 10/2018).
Réponse de le 20/10/2020 à 18:54 :
avce tout ses bons chiffres comment est possible qu on soit autant a la ramasse ? le % d industrie dans le PIB en france est nettement inferieur a la RFA ou la suisse et meme a l italie !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :