Alimentation : les prix mondiaux des produits de base ont bondi de 8,2% en 2017

 |   |  401  mots
Pour l'ensemble de l'année 2017, l'Indice FAO des prix de la viande s'est établi en moyenne à 170 points; il est ainsi en hausse de 9% par rapport à 2016, mais reste 4,7% en dessous de la moyenne des cinq années précédentes (2012‑2016). En 2017, la plus forte hausse enregistrée concerne les prix de la viande d'ovins, suivis de ceux de la viande porcine, de la volaille et de la viande bovine.
Pour l'ensemble de l'année 2017, l'Indice FAO des prix de la viande s'est établi en moyenne à 170 points; il est ainsi en hausse de 9% par rapport à 2016, mais reste 4,7% en dessous de la moyenne des cinq années précédentes (2012‑2016). En 2017, la plus forte hausse enregistrée concerne les prix de la viande d'ovins, suivis de ceux de la viande porcine, de la volaille et de la viande bovine. (Crédits : Reuters)
Si les prix du sucre se sont effondrés en 2017, explique la FAO, ceux des produits laitiers et de la viande ont fortement progressé, tout comme ceux des céréales et des huiles, même si pour ces dernières l'augmentation est moins sensible.

Dans son dernier rapport, l'Organisation des Nations unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO) explique que les prix mondiaux des produits alimentaires ont augmenté de 8,2% en 2017 par rapport à 2016.

Malgré la baisse du mois de décembre (3,3 points par rapport à novembre, à 169,8 points), l'Indice FAO des prix des produits alimentaires s'établit, pour l'ensemble de l'année 2017, en moyenne à 174,6 points, soit 8,2% de plus par rapport à 2016, ce qui constitue la valeur annuelle la plus élevée depuis 2014. Il reste néanmoins inférieur de 24% au chiffre record de 2011, qui était de près de 230 points.

Tous les produits de base ont augmenté en 2017, sauf le sucre

L'an passé, à l'exception du sucre, tous les produits alimentaires de base ont augmenté.

Alors qu'une flambée mondiale des cours du beurre a marqué l'année, la plus forte hausse est enregistrée par les produits laitiers, avec une hausse de 31,5% de l'indice par rapport à 2016. En décembre, il avait marqué le pas, perdant 9,7% en raison des quantités importantes destinées à l'exportation, et de la faiblesse de la demande sur la poudre de lait écrémé et entier.

L'indice FAO des prix des huiles végétales a terminé l'année en hausse de 3% par rapport à la moyenne de 2016.

Côté céréales, l'indice a connu une hausse moyenne de 3,2% par rapport à 2016, mais est resté 37% au-dessous de son pic, record enregistré en 2011.

Forte progression des prix de la viande

Pour l'ensemble de l'année 2017, l'Indice FAO des prix de la viande s'est établi en moyenne à 170 points; il est ainsi en hausse de 9% par rapport à 2016, mais reste 4,7% en dessous de la moyenne des cinq années précédentes (2012‑2016). En 2017, la plus forte hausse enregistrée concerne les prix de la viande d'ovins, suivis de ceux de la viande porcine, de la volaille et de la viande bovine. En décembre, il a légèrement baissé en raison de stocks mondiaux importants qui ont pesé sur les prix de la viande bovine.

Côté sucre, les prix en 2017 étaient en baisse de 11,2% en moyenne par rapport à 2016, en grande partie en raison d'une récolte exceptionnelle au Brésil, principal producteur à l'échelle mondiale. En Europe, la levée des quotas a également favorisé une augmentation de la production.

En décembre, l'indice des prix du sucre avait reculé de 4,1% par rapport à novembre, en raison de prévisions de larges excédents pour l'année à venir.

(Avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 12/01/2018 à 15:39 :
Pourtant l'inflation est en berne un peu partout dans le monde, ce qui n'est vraiment pas bon signe signifiant que ce sont du coup les produits à valeur ajouté qui freinent l'inflation démontrant que pour que les gens consomment dans le domaine du superflus il faut des prix bas et que ça ne changera pas.

Conséquence logique d'une "croissance" qui ne s'accompagne pas d'une hausse du pouvoir d'achat.

Mais c'est pas grave tant que les actionnaires milliardaires gagnent 20% de revenus par an en plus sur la destruction de la planète, tout va bien.
a écrit le 12/01/2018 à 15:36 :
Pourtant l'inflation est en berne un peu partout dans le monde, ce qui n'est vraiment pas bon signe signifiant que ce sont du coup les produits à valeur ajouté qui freinent l'inflation démontrant que pour que les gens consomment dans le domaine du superflus il faut des prix bas et que ça ne changera pas.

Conséquence logique d'une "croissance" qui ne s'accompagne pas d'une hausse du pouvoir d'achat.

Mais c'est pas grave tant que les actionnaires milliardaires gagnent 20% de revenus par an en plus sur la destruction de la planète, tout va bien.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :