Si Pékin envahit Taïwan, l'économie chinoise sera bloquée, avertit le Pdg de TSMC, leader mondial des semi-conducteurs

Fin du suspense, Nancy Pelosi a atterri à Taïwan. Comme un joueur de poker, Biden abat son jeu et met la Chine au défi de mettre à exécution ses menaces qu'elle brandit depuis les rumeurs d'une visite à Taïwan de la présidente de la Chambre des représentants des États-Unis. Le risque d'une invasion de l'île par Pékin est donc à son comble. Mais hier, sur CNN, Mark Liu, patron du géant TSMC, a clairement mis en garde Pékin qu'un passage à l'acte conduirait à rendre "inopérantes" toutes ses installations industrielles.
Jérôme Cristiani
Mark Liu, Pdg depuis 2017 du leader des semi-conducteurs Taiwan Semiconductor Manufacturing Company (TSMC) qui fournit à lui seul plus de 50% de la production mondiale de puces.
Mark Liu, Pdg depuis 2017 du leader des semi-conducteurs Taiwan Semiconductor Manufacturing Company (TSMC) qui fournit à lui seul plus de 50% de la production mondiale de puces. (Crédits : DR)

[Article publié le 2.8.2022 à 16:38, MàJ à 17:40 avec l'arrivée de Nancy Pelosi à Taïwan]

Les semi-conducteurs sont-ils le véritable talon d'Achille de la Chine ? Pour faire tourner son gigantesque appareil productif, l'« usine du monde » ne produit sur son sol qu'un sixième des composants électroniques dont elle a besoin et se trouve extrêmement dépendante pour son approvisionnement du géant taïwanais TSMC, leader mondial des semi-conducteurs.

Pour rappeler l'ordre de grandeur, les Etats-Unis et l'Europe fournissent chacun seulement 10% de la production mondiale, et les 80% restants sont fabriqués en Asie, par des entreprises comme Samsung, en Corée du Sud, ou Smic, en Chine. Mais, aussi grandes soient-elles, toutes restent dans l'ombre du géant taïwanais des semi-conducteurs, qui fournit à lui seul 52% de la production mondiale (qui équipe tant les smartphones, les automobiles que des missiles), et même 61% si l'on considère les puces en 16 nanomètres, les plus avancées au monde...

Selon certains analystes, s'emparer de ce bijou industriel serait une raison de plus pour Pékin de déclencher l'invasion de ce territoire qu'elle considère comme sien depuis les années 1950. Le média en ligne britannique The Register citait le 7 juin dernier un économiste chinois qui considérait comme nécessaire la saisie de Taiwan Semiconductor Manufacturing Company pour assurer l'indépendance industrielle de la Chine. Or, Taïwan est la protégée des Etats-Unis qui détiennent donc un très important levier pour bloquer l'appareil industriel de la Chine si la guerre commerciale déclenchée par Trump et poursuivie par Biden s'envenimait véritablement.

"Personne ne peut contrôler TSMC par la force", affirme son Pdg

Ce mardi soir, après plusieurs jours de rumeurs, c'est la fin du suspense, Nancy Pelosi a atterri à Taïwan. Comme un coup de poker, Biden abat son jeu et met la Chine au défi de mettre à exécution ses menaces qu'elle brandit depuis qu'ont débuté il y a quelques jours les rumeurs d'une visite à Taïwan de la présidente de la Chambre des représentants des États-Unis et numéro trois de l'administration Biden. L'hypothèse a déclenché une vague de réactions des autorités chinoises très vindicatives contre les États-Unis et menaçantes contre Taïwan, Pékin affirmant qu'un arrêt, même bref, de la présidente de la Chambre des représentants sur l'île serait considéré comme une provocation par la Chine. Avec l'arrivée effective de Nancy Pelosi à Taïwan, le risque que la Chine mette ses menaces à exécution, notamment en envahissant l'île, est donc à son comble.

C'est dans ce contexte d'extrêmes tensions qui seront encore exacerbées par l'arrivée de Nancy Pelosi sur l'île, que le Pdg de l'entreprise taïwanaise TSMC, fournisseur des plus grands entreprises tech du monde (Apple, Qualcomm...) a pris la parole. Dans l'interview en deux parties accordée à CNN et diffusée lundi 1er août sur la chaîne TV américaine, le Pdg du leader mondial des semi-conducteurs Mark Liu, dont la parole est réputée rare, a prévenu qu'une invasion de Taïwan par la Chine rendrait ses installations industrielles de TSMC "inopérantes".

"Personne ne peut contrôler TSMC par la force", a déclaré le patron du géant taïwanais, Mark Liu, dans une interview sur CNN, diffusée lundi. "En cas d'usage de la force militaire ou d'invasion", les installations de TSMC deviendront "inopérantes", a-t-il ajouté.

TSMC, arme de dissuasion massive, mais insaisissable par essence

L'intérêt géostratégique de TSMC avait été particulièrement étudié par deux professeurs de l'Ecole de guerre américaine (US Army War College) qui, en novembre 2021, ont imaginé la parade pour convaincre la Chine de renoncer à envahir Taïwan: tout simplement détruire l'entreprise de semi-conducteurs (*).

La déclaration de Mark Liu relève aussi du principe que Taïwan détient une arme de dissuasion massive, mais il joue finement sur l'argument de l'inutilité de la démarche. Son raisonnement vise à démontrer que s'emparer de TSMC revient à mettre la main sur une coquille vide car l'entreprise ne fonctionne que parce qu'elle est interconnectée au monde entier - pour à peu près tout: depuis les matières premières jusqu'aux logiciels en passant par l'instrumentation. TSMC n'est donc pas une entreprise autonome, qui fonctionne en vase clos: vouloir la posséder est une chimère.

"Ces installations sont tellement sophistiquées. Elles dépendent d'une connexion en temps réel avec le monde extérieur, avec l'Europe, le Japon, les États-Unis", a expliqué le dirigeant.

Et d'ajouter :

"Des matériaux aux produits chimiques et aux pièces détachées, en passant par les logiciels", ce sont les "efforts de tous" qui permettent aux opérations de fonctionner.

De fait, l'entreprise taïwanaise mène de nombreux programmes en partenariat avec des industriels étrangers, comme avec le sud-coréen Samsung pour résorber à marche forcée la pénurie mondiale.

Mark Liu a également prédit à la Chine un sombre avenir si elle perdait son approvisionnement en composants les plus avancés, avec de grands bouleversements économiques à la clé. Et qu'il faudra que Pékin y réfléchisse à deux fois avant de s'engager dans la voie d'une invasion.

La Chine menace : « Les Etats-Unis (...) devront payer le prix »

Ce mardi août, la Chine a adressé aux  Etats-Unis une nouvelle salve de menaces, les prévenant qu'ils porteront la "responsabilité" d'une visite à Taïwan de la présidente de la Chambre des représentants américaine Nancy Pelosi lors de sa tournée asiatique et qu'ils devront en "payer le prix".

« Les Etats-Unis auront assurément la responsabilité (des conséquences) et devront payer le prix de leur atteinte à la souveraineté et à la sécurité de la Chine », a indiqué devant la presse une porte-parole de la diplomatie chinoise, Hua Chunying.

Tension à son comble dans le détroit

Si jamais la Chine décidait malgré tout d'envahir Taïwan, les deux professeurs de l'Ecole de guerre américaine, déjà mentionnés, soulignent un obstacle de taille: le temps de réaction des Etats-Unis voire du Japon. Ils citent un analyste chinois ayant des relations dans la marine de l'armée chinoise, l'APL, pour qui l'objectif de l'APL d'une invasion réussie est de 14 heures, à comparer avec un temps de réaction des États-Unis et du Japon à 24 heures pour réagir...

Message reçu par l'armée américaine qui mène actuellement des manoeuvres militaires à proximité de l'éventuel théâtre d'opérations.

La Chine n'est pas en reste qui a organisé dimanche un exercice militaire "à munitions réelles" dans le détroit de Taïwan - très près cependant des côtes chinoises. D'autres exercices sont en cours dans d'autres zones maritimes du pays.

Et la semaine dernière, l'armée taïwanaise a effectué ses plus importants exercices militaires annuels.

Dernière intimidation par médias chinois interposés, rapportée par l'AFP, juste avant l'arrivée de Nancy Pelosi sur l'île : alors que l'avion militaire américain la transportant s'approchait de Taipei ce mardi soir, la télévision publique chinoise CGTN a annoncé que des avions de chasse chinois Su-35 étaient en train de "traverser le détroit de Taïwan". Sans autre précision...

___

(*) Jared M. McKinney & Peter Harris, "Broken Nest: Deterring China from Invading Taiwan," ("Détruire le nid: comment dissuader la Chine d'envahir Taïwan") in la revue Parameters 51, no. 4 (2021): 23-36, doi:10.55540/0031-1723.3089.

Jérôme Cristiani

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 45
à écrit le 05/08/2022 à 13:58
Signaler
cet entretien ne fais que confirmer mon post datant de plusieurs semaines, en cas d'invasion de la Chine il suffira de faire sauter 2 usines à Taiwan pour mettre à genoux la Chine et accessoirement le reste du monde

le 06/08/2022 à 8:28
Signaler
incapables de promouvoir la democratie par le dialogue l'occident a donné plus de pouvoir aux minorites qui ce jour dicte ses fantasmes aux mondes et demain son chaos

à écrit le 05/08/2022 à 12:06
Signaler
Si la Chine vous intéresse, lisez "Un siècle chinois" de Jean Tuan (C.L.C. Éditions), publié en avril 2022. Préfacé par Marie Holzman, sinologue respectée, ce récit évoque le parcours du père de l'auteur venu en France en 1929 depuis la Chine, leur i...

le 06/08/2022 à 16:27
Signaler
la Chine a des forces mais aussi des faiblesses internes importantes . la menace sur Taiwan est fixer selon bon nombre d'experts en 2050.ce qui laisse un peu de temps à organiser encore plus la capacité de défenses de l'ile. les menaces Chinoises ...

à écrit le 05/08/2022 à 11:07
Signaler
Merci pour ce bel article : on y fait clairement la part entre les raisonnements des grosses têtes, et il y a pléthore, et l'information utilisable, qui reste rare, finalement.

à écrit le 04/08/2022 à 15:36
Signaler
Belle démonstration, grande pertinence mais on nous avait aussi prédit avec des arguments aussi bien présentés, l'effondrement de la Russie qui tient toujours...Swift...pétrole...

à écrit le 04/08/2022 à 5:00
Signaler
Bruno le Maire nous a déjà enseigné cette histoire pour la l'économie Russe....

à écrit le 04/08/2022 à 1:45
Signaler
Tout ce que je vous dis, c'est que les US ne valent pas mieux que la Russie et la Chine. Taïwan est une ile faisant partie de la Chine dont la population souhaite être indépendante du pouvoir central. La politique européenne dans ce genre de situatio...

à écrit le 04/08/2022 à 0:36
Signaler
Quand les éléphants se battent il n ya pas de commentaire

à écrit le 03/08/2022 à 21:28
Signaler
"l'entreprise ne fonctionne que parce qu'elle est interconnectée au monde entier " C'est donc l'économie mondiale qui serait menacée si la chine détruisait les usines taïwanaises. Les interdépendances sensées nous prémunir des conflits se révèlent un...

à écrit le 03/08/2022 à 18:47
Signaler
@ kalou, et aux autres Tartuffes : C'est très bien de faire la morale et de se poser en grand défenseur de la démocratie contre les vilaines dictatures. Elle est belle, la guerre, vue des salons (ou des bistrots) parisiens. Surtout quand on est tr...

à écrit le 03/08/2022 à 13:55
Signaler
Les épidémies ne sont pas efficaces mais avec la guerre, ces monstres compte vraiment réduire la population mondiale afin de trouver une solution face à la crise démographique, le chômage etc... Ce qui est triste, c'est que les populations regard...

à écrit le 03/08/2022 à 11:23
Signaler
"52% du marché mondial" ? Pékin sen fiche totalement. cette sté sera détruite par l'armée chinoise. Et si elle met la main sur les locaux, c'est les taiwanais qui la détruiront. La chine fabrique des puces pour son compte . les USA aussi (et l'Eur...

à écrit le 03/08/2022 à 10:08
Signaler
J'ai lu «Un siècle chinois» de Jean Tuan (C.L.C. Éditions). C'est un texte passionnant. Il fait découvrir l'évolution de la Chine à travers le parcours du père de l'auteur. Chinois arrivé en France en 1929, il exercera le métier de pédicure soignant ...

à écrit le 03/08/2022 à 8:56
Signaler
Bref : les Américains veulent déclencher un conflit en Asie comme ils l'ont fait en Europe.

le 03/08/2022 à 16:54
Signaler
asimon: vous vous couchez face a tous les dictateurs russes ou chinois...on sait déja ce que vous ferez en cas de guerre ....une c molle

le 04/08/2022 à 10:36
Signaler
Allez donc vivre sous le régime Russe ou Chinois, vous y serez certainement beaucoup mieux qu'ici en occident ! Bon débarras.

à écrit le 03/08/2022 à 7:24
Signaler
Tous ceux qui s’estiment indispensables commettent une lourde erreur. Tout ceux qui estiment que le rationnel est un garde-fou au pire commettent une lourde erreur. Et bien sûr, tous ceux qui font des combats, respectables et peut-être légitimes, mar...

le 03/08/2022 à 9:41
Signaler
Pour tout ce qui est de l'essentiel, de la substantifique moelle, de la ligne directrice Pelosi, Macron, Fabius ou Trump etc.. ne sont rien et n'ont comme seule liberté que l'accès à la machine à café. Tout est sous le contrôle et l'autorité d'un sto...

à écrit le 03/08/2022 à 6:51
Signaler
Si les Américains ne venaient pas sans cesse mettre de l'huile sur le feu, les relations entre entreprises et autorités chinoises de part et d'autre du détroit de Taiwan auraient tout pour être apaisées, sinon cordiales, et économiquement dynamiques.

à écrit le 03/08/2022 à 2:02
Signaler
L'économie chinoise est déjà très en danger dans tous les cas , il ne faudrait pas que cette domination soit effective

à écrit le 03/08/2022 à 1:39
Signaler
Bonsoir Nancy Pelosi est bien a Taïwan, les USA font un pied de nez a la chine qui doit avaler son chapeau . Le Nationalisme Impérial qu'il soit Russe ou chinois ne devrait pas prendre a la légère la détermination Américaine a résoudre les problèm...

à écrit le 03/08/2022 à 0:48
Signaler
La France n'a pas reconnu Taïwan et n'a pas de relations diplomatiques avec cette île. Si les armées du gouvernement de Pékin débarquent à Taïwan, cela ne peut donc pas être qualifié d'invasion.

à écrit le 03/08/2022 à 0:34
Signaler
Vous dites n'importe quoi 🤣 c'est cons mais les chinois ont réussi à faire des puces de 5 nanomètres donc plus dépendant de Tsmc et ouvrez les yeux ce sont les usa qui foutes le bordel dans le monde..

le 03/08/2022 à 3:18
Signaler
Graver en 5 nm ce n'est pas un exploit technologique lorsqu'il faut benner 99 % des galettes de silicium sans être économiquement viable et compétitif... C'est d'ailleurs sur le côté économique que Washington entend freiner les ambitions chinoi...

à écrit le 02/08/2022 à 23:42
Signaler
La Chine communiste grâce à la provocation débile des séniles qui "gouvernent" les USA, va pouvoir intervenir et annexer très rapidement Taiwan qui fait partie de la Chine populaire. Et contrairement à ce bargouine LCI, devenue la télé de la CIA-MOS...

à écrit le 02/08/2022 à 19:48
Signaler
On constate que l'on a qu'une version médiatique de l'histoire et que les USA provoquent! Ils n'ont jamais essayé de calmer le jeu mais simplement de l'exploiter au sens propre comme au sens figuré!

le 02/08/2022 à 20:28
Signaler
Les USA sont les seuls à pouvoir empêcher la Chine de faire tout ce qu'elle veut.

le 02/08/2022 à 21:05
Signaler
Qui peut empêcher les USA de faire ce qu'elle veut? De Gaule peut être?

le 02/08/2022 à 21:15
Signaler
c est les USA qui occupent le tibet, oppriment les ouighours ou muselent hong kong ? A votre avis combien de taiwanais ont envie de subir la ferule de Xi ? a partir de la, c est notre devoir de les soutenir (sans compter que c est aussi notre inter...

à écrit le 02/08/2022 à 19:41
Signaler
"depuis qu'on débuté..." Bravo La Tribune !

à écrit le 02/08/2022 à 19:12
Signaler
Le dirigeant de TSMC qui n'est pas son fondateur se croit indispensable tandis qu'il rejoindra probablement ses compatriotes Jen-Hsun Huang (nVidia) et Lisa Tzwu-Fang Su (AMD) dans la silicon valley à la 1ère escarmouche entre Beijing et Taipei...

le 02/08/2022 à 19:54
Signaler
Votre commentaire n'est pas très fin. Vous devriez vous demander pourquoi ses compatriotes sont partis dans la Silicon Valley et pas en Chine. Sans doute parce qu'ils avait envie de faire des affaires sans être enquiquinés par de stupides parasites ...

à écrit le 02/08/2022 à 19:01
Signaler
À ces américains ,toujours prêt à mettre le bordel ,qui a le plus besoin des puces: les chinois ou les américains qui ont besoin du savoir faire des entreprises de Taïwan en attendant la mise en service de leurs propres usines ?

le 02/08/2022 à 20:43
Signaler
Les americains ont surement assure leurs arrieres. Avec le pentagone et ses 30 000 employes, on note la febrilite americaine sur les brevets. Quant la technologie ne leur appartient pas, ils vont la chercher et la donne a une entreprise americaine. (...

à écrit le 02/08/2022 à 18:39
Signaler
L'Occident ne peut plus se passer de l'atelier qu'il a installé en Chine en vidant toutes ses autres usines. Et on passait pour un ringard quand on soulignait les risques liés à cette délocalisation massive...

le 02/08/2022 à 19:55
Signaler
TSMC n'a pas été créé par des occidentaux, calmez votre moulin à inepties...

le 03/08/2022 à 9:18
Signaler
Le fondateur Morris Chang,a été formé aux États-Unis, et a travaillé pendant 25 ans chez Texas Instruments jusqu'à en devenir vice-président responsable de la partie semi-conducteurs.En 1987, le gouvernement accepte de financer TSMC à hauteur d'un p...

à écrit le 02/08/2022 à 18:17
Signaler
La Chine a beaucoup à perdre dans cette histoire. Nous aussi, mais nous n'avons pas une population d'1milliard 500 millions d'habitants à nourrir ET à loger. Financièrement, la Chine ne peut pas se permettre que l'appareil économique de Taïwan dispa...

le 02/08/2022 à 18:49
Signaler
L’invasion de l’Ukraine, Barbarossa n’était pas raisonnable. Pear Harbor, Mers El Kebir, Verdun, Schliffen, Bouvine, les croisades, Poitier, Orléans, la révolution française, le 11 septembre n’était pas raisonnable non plus. On se rassure comme on pe...

le 02/08/2022 à 19:49
Signaler
@Math, Et oui, merci les "States". Il y a 20 ans, nous nous serions rapprochés de la Russie, nous n'en serions pas là et nous aurions un allier de poids, politique, économique, industriel, et culturel.

le 02/08/2022 à 22:31
Signaler
@ Pepito: Nous avons des intérêts en Afrique, en Asie et dans le Golfe. Nous intérêts sont-ils contraires aux intérêts américains? Les intérêts Chinois ou Russes sont-ils concurrents des nôtres? Pouvons-nous nous passer en un claquement de doigts d...

le 03/08/2022 à 0:03
Signaler
@Math, nos intérêts sont contraires aux intérêts américains quand ils le décident. L'exemple du contrat des sous marins australiens n'en est qu'un parmi d'autres. Vous parlez de l'hostilité de la Chine et de la Russie, mais qu'en est il de l'Europe e...

le 03/08/2022 à 21:41
Signaler
C'est bien de se rassurer dans sa vision occidentale , vu de sa fenêtre. Allez raconter à Pékin, ils vont bien rire.

le 03/08/2022 à 22:50
Signaler
Je pense que nous exprimons clairement notre désaccord sur plusieurs points: campagnes hostiles de la Russie à l’encontre des intérêts français en Afrique, cyber attaques Russes contre les sociétés françaises, invasion de l’Ukraine pour régler un dif...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.