Automobile : la crise des semi-conducteurs s'emballe et pourrait coûter 210 milliards de dollars

Différents cabinets de conseil ont révisé leur prévision de marché en nette baisse pour l'ensemble de l'année 2021. IHS Markit et AlixPartners ne croit désormais plus en un rebond du marché automobile cette année, mais vise des ventes à peine plus élevées que celles enregistrées en 2020, une année catastrophique pour les constructeurs automobiles. Et la situation devrait demeurer précaire jusqu'en 2023...
Nabil Bourassi

3 mn

(Crédits : Citroën)

La crise des semi-conducteurs est plus grave qu'on ne le pensait... En début d'année, les constructeurs automobiles estimaient que le pic de cette pénurie serait atteint au deuxième trimestre 2021, avant un retour à la normale début 2022. Cette prévision semble désormais totalement caduque. C'est le cabinet IHS Market qui a, le premier, officiellement confirmé les craintes des professionnels du secteur. Alors que le cabinet tablait sur une croissance du marché automobile de 8,5% cette année -un chiffre déjà lourdement impacté par la crise des puces électroniques-, il juge désormais que la croissance ne dépassera pas les 1,6% en comparaison annuelle. Autrement dit, l'année 2021 sera à peine meilleure que l'année catastrophique 2020 marquée par la crise sanitaire, laquelle avait enregistré une baisse de 17% des ventes par rapport à 2019. Avec un objectif de 75 millions de voitures neuves en fin d'année, il manquera, selon IHS Markit, près de 10 millions de voitures...

Une facture à 210 milliards de dollars

Jeudi, c'est AlixPartners qui a révisé à son tour ses prévisions de marché. Le cabinet a estimé que l'impact des pénuries s'élèverait à 7,7 millions de voitures, contre une prévision de 3,9 millions dans sa précédente étude publiée en mai dernier. Selon AlixPartners, la crise des semi-conducteurs devrait coûter près de 210 milliards de dollars (180 milliards d'euros) à l'industrie automobile en 2021.

La reprise en V de la demande automobile fin 2020 et début 2021 avec des effets de rattrapages a créé d'importants goulets d'étranglements dans les chaînes d'approvisionnement. Toutes les matières premières ont été impactées par cette tension de la demande, mais là où les prix ont explosé sur certaines matières (acier, cuivre...), les semi-conducteurs, eux, ont dû faire face à une saturation des capacités de production et l'impossibilité de livrer les pièces. La crise s'est aggravée avec la constitution de stocks de sécurité, notamment par des industriels chinois prêts à payer jusqu'à 12 fois plus cher ces puces. Ainsi, IHS Markit a calculé que la demande équivaut à un marché d'environ 130 millions de voitures, soit un chiffre très supérieur aux projections de 90 millions de voitures à horizon 2025 attendu par la plupart des analystes dans une trajectoire hors crise sanitaire.

La Malaisie en crise jusqu'en octobre

Mais c'est une série de nouvelles vagues de confinement dans les pays producteurs qui a prolongé la pénurie de puces. La Malaisie, le Vietnam et les Philippines ont été affectées par de profondes résurgences épidémiques entre juillet et août, ralentissant d'autant la montée en cadence de la production de puces et pièces associées. La Malaisie n'a pas prévu de sortir du régime d'urgence sanitaire avant le mois d'octobre. Cet archipel concentre pourtant 13% des puces électroniques dédiées à l'industrie automobile, écrit IHS Markit.

Désormais, les industriels ne voient pas de sortie de crise avant 2023. Les constructeurs automobiles étaient parvenus à contourner le pire de cette pénurie en concentrant leur commande sur les modèles les plus hauts-de-gamme. Ils compensaient ainsi la chute des volumes en sauvant ce qu'ils pouvaient des profits. Mais cette méthode a trouvé ses limites puisque désormais, même les modèles les plus premiums sont affectés. Chez Stellantis, l'usine de Rennes La Janais qui produit deux modèles de segments supérieurs (Citroën C5 Aircross, et Peugeot 5008), a divisé sa production par deux, passant de deux à une seule équipe. Plus inquiétant, Toyota, relativement épargné jusqu'ici par cette crise, est désormais touché. Son usine près de Valenciennes a retardé sa rentrée de trois semaines, et restera fermée deux jours par semaine jusqu'en octobre, au moins...

Nabil Bourassi

3 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 2
à écrit le 24/09/2021 à 5:45
Signaler
Quand je soutenais qu'il fallait produire une gamme de voiture à l'ancienne sans électronique, mais uniquement avec de l'électrique basique, on me traitait de rétrograde, la réalité s'impose aujourd'hui !

à écrit le 23/09/2021 à 18:52
Signaler
Ne nous plaignons pas : Moins il y a de voitures fabriquées et vendues, moins il y a de pollution, c'est bien ce qu'on voulait, non ? Réduire la production de CO2. Et bien voilà, on y est, sauf que c'est moins joyeux que ce que certains avaient espér...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.