Tensions entre Pékin et Taipei : la Chine multiplie les violations de l’espace aérien de Taïwan

La Chine a effectué lundi sa deuxième plus grande incursion de l'année dans la zone aérienne de défense de Taïwan, avec l'entrée, selon Taipei, de 30 avions dans cette zone dont plus de 20 chasseurs. Les violations à répétition de l'espace aérien taïwanais sont un "petit jeu" auquel se livre la Chine depuis des années. Mais ces incursions ont connu une très forte augmentation (+255%) depuis un an, et s'accélèrent encore depuis le début de cette année (+50%).
Jérôme Cristiani
Deux Chengdu J-20, des chasseurs dernière génération de la composante aérienne de l'APL, l'Armée populaire de libération de la République populaire de Chine. De fait, ce ne sont pas ceux qui servent au petit jeu auquel se livre la Chine d'un bord à l'autre du détroit de l'ex-Formose.
Deux Chengdu J-20, des chasseurs dernière génération de la composante aérienne de l'APL, l'Armée populaire de libération de la République populaire de Chine. De fait, ce ne sont pas ceux qui servent au "petit jeu" auquel se livre la Chine d'un bord à l'autre du détroit de l'ex-Formose. (Crédits : Reuters)

Le ministre taïwanais de la Défense a dénoncé hier soir une incursion massive des forces aériennes de l'Armée populaire de libération (APL) dans son espace aérien et annoncé qu'il avait, en conséquence, fait décoller la chasse et activé ses systèmes sol-air de missiles de défense aérienne pour parer à toute évolution belliqueuse de la situation.

Mais, comme ils en ont l'habitude, les appareils de la Chine communiste ont fait un petit tour, puis ont rebroussé chemin en franchissant en sens inverse le détroit de Taiwan, cette zone si éminemment sensible.

Bond des violations de l'espace aérien de 50%

Le ministère de la Défense, qui tient méticuleusement sur son site (et son compte Twitter) le journal de bord (accessible en chinois et en anglais) de toutes les violations de son espace aérien, avec le nombre et le type des appareils repérés par son système de surveillance, a publié sur Twitter, également comme à son habitude, la carte indiquant à quel endroit ils sont apparus.

En l'occurrence, les 30 avions militaires chinois dont 20 chasseurs sont entrés dans la zone d'identification de défense aérienne (Zida ou en anglais « Adiz » pour Air Defense Identification Zone) de l'île par le quart sud-ouest.

Incursion, chasse aérienne, Chine, PLA China Air Force, AZID, Taiwan

Peu ou prou, au même endroit que lors de l'autre incursion massive, celle record du 23 janvier 2022 (voir tweet ci-dessous), au cours de laquelle 39 avions militaires chinois ont pénétré dans l'espace aérien de l'île nationaliste.

Très forte accélération des violations de l'espace aérien de Taiwan

L'an dernier, Taïwan a enregistré un record de 969 incursions aériennes militaires chinoises, selon la base de données de l'AFP, soit plus du double (+255%) par rapport aux 380 incursions de 2020.

Dans la seule journée du 4 octobre 2021, 56 aéronefs ont pénétré dans l'Adiz de Taïwan et 196 pour l'ensemble du mois d'octobre qui débute par la fête nationale chinoise.

Taïwan a rapporté depuis le début de l'année 465 incursions, une augmentation de près de +50% par rapport à la même période de l'an dernier.

Un bémol cependant, il ne faut pas oublier que l'Adiz de Taïwan est bien plus large que son espace aérien et recoupe en certains points la propre Adiz de la Chine, voire son territoire. Ce qui n'ôte rien au caractère délibéré de toutes ces incursions.

La flotte taïwanaise vieillissante sous pression

Ces incursions mettent sous pression l'avion taïwanais qui a connu une série d'accidents mortels ces dernières années. La presse locale taïwanaise a rapporté mardi la mort d'un pilote dont l'avion s'est écrasé à Kaohsiung, dans le Sud.

En janvier déjà, un pilote est mort après l'accident en mer de son F-16V, l'appareil le plus avancé de la flotte taïwanaise. En  mars 2021, Taipei a immobilisé toute son aviation militaire, après la collision de deux chasseurs en vol (un mort, un disparu) - le troisième crash fatal en moins de six mois. La question du renouvellement de la flotte est donc à l'ordre du jour, comme en témoigne la commande à Lockheed Martin en septembre dernier.

Un moyen pour la Chine d'exprimer sa volonté et son mécontentement

Toujours est-il que le « petit jeu » des violations de l'espace aérien taiwanais dure depuis des années. C'est, selon les observateurs, l'une des manières de la Chine communiste de maintenir la pression sur les nationalistes chinois qui se sont repliés sur l'île en 1949 et de leur rappeler constamment sa volonté implacable de réintégrer ce bout de territoire.

Mais c'est aussi une manière de manifester son mécontentement vis-à-vis des Américains qui, au fil d'une histoire complexe, sont devenus à partir des années 1970 leurs protecteurs officieux via le dogme de « l'ambiguïté stratégique ».

Revers diplomatiques à répétition pour l'ex-Empire du Milieu

De fait, cette importante incursion survient dans un contexte difficile pour l'ex-Empire du milieu qui a subi ces derniers temps plusieurs revers diplomatiques.

Ainsi, hier, malgré quatre jours de pourparlers intenses, le ministre chinois des Affaires étrangères Wang Yi a dû reconnaître son échec, après le refus des représentants de 10 nations insulaires, réunis aux îles Fidji, du vaste accord de coopération proposé par la Chine et centré autour d'un plan quinquennal destiné à renforcer la coopération en matière économique et de sécurité entre ces nations. Pékin leur avait fait miroiter des millions de dollars d'aides financières et la perspective d'un accès au vaste marché chinois.

Un propos en net décalage avec la prudence habituelle de l'administration américaine sur la question d'une intervention militaire directe, qui avait été corrigé plus tard par la Maison Blanche qui insistait ensuite sur le fait que sa politique d'"ambiguïté stratégique" sur la possibilité ou non d'une intervention n'avait pas changé.

Mais les débats se font vifs à Washington sur l'opportunité d'adopter une "clarté stratégique" face à l'approche de plus en plus agressive de Pékin.

Lire aussi 4 mnTensions entre la Chine et les Etats-Unis à propos d'un destroyer américain dans le détroit de Taïwan : une "provocation" pour Pékin

(avec AFP et Reuters)

Jérôme Cristiani

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 9
à écrit le 02/06/2022 à 11:01
Signaler
L agressivité de la chine communiste est indeniable, elle a meme tenu une reunion secrete le 14 mai 2022 dans le guangdong au cours de laquelle il a ete decide de se preparer a la guerre contre Taiwan… on trouve sur le web…

le 14/06/2022 à 21:16
Signaler
Taïwan est l'équivalent pour la Chine du Donbass pour l'Ukraine. Pourquoi la Chine devrait elle être interdite de survoler SON espace aérien puisque les occidentaux aident l'Ukraine à récupérer le Donbass depuis 8 ans?

à écrit le 02/06/2022 à 9:16
Signaler
L'OTAN fait la meme chose sur terre ( et pas seulement ) , avec des arguments qui tuent meme dans les ecoles du Texas ... U$A ! . AFF ISS pe Corsica * .

à écrit le 01/06/2022 à 11:22
Signaler
... " Un bémol cependant, il ne faut pas oublier que l'Adiz de Taïwan est bien plus large que son espace aérien et recoupe en certains points la propre Adiz de la Chine, voire son territoire. ".....

à écrit le 01/06/2022 à 10:20
Signaler
Si la Chine vous intéresse, lisez "Un siècle chinois" de Jean Tuan (C.L.C. Éditions), publié en avril 2022. Préfacé par Marie Holzman, sinologue respectée, ce récit évoque le parcours du père de l'auteur venu en France en 1929 depuis la Chine, leur i...

à écrit le 31/05/2022 à 22:11
Signaler
Non , ce n'est pas un moyen pour la Chine "d'exprimer son mécontentement" Ca , c'est pour les Européens qui croyaient que la guerre appartenait au passé, jusqu'au 24 février. C'est un moyen de s'entrainer avant l'assaut.

à écrit le 31/05/2022 à 18:15
Signaler
Bonjour, Lorsque l'ons est 10 fois plus puissante et 20 fois plus riches, ils n'y a pas de problème pour avoir des réussites diplomatique dans le tiers monde... En plus les communistes, ne sont pas des gents a qui ils est simple de dire non...

à écrit le 31/05/2022 à 17:09
Signaler
J'aimerai bien que la France ait autant d'échecs diplomatiques et économiques que la Chine communiste, c'est à dire zéro.....

le 02/06/2022 à 11:02
Signaler
Tous les pays ont des echecs diplomatiques…

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.