Pas d'accord entre les 27 au sommet sur le budget de l'UE

 |   |  378  mots
Il n'a pas été possible de conclure un accord. Nous avons besoin de plus de temps, a déclaré Charles Michel, le président du Conseil européen.
"Il n'a pas été possible de conclure un accord. Nous avons besoin de plus de temps", a déclaré Charles Michel, le président du Conseil européen. (Crédits : FRANCOIS LENOIR)
Cet exercice qui a lieu tous les 7 ans est rendu encore plus difficile par le Brexit, ayant creusé un trou de 60 à 75 milliards d'euros.

Les 27 ne sont pas parvenus à trouver un compromis vendredi sur le futur budget pluriannuel de l'UE, à l'issue de deux jours de sommet à Bruxelles, a annoncé le président du Conseil européen Charles Michel. Aucune date n'a été avancée pour un nouveau sommet sur le nouveau budget de l'UE pour la période 2021-2027, signe des profondes divisions entre Etats membres.

"Il n'a pas été possible de conclure un accord. Nous avons besoin de plus de temps", a déclaré Charles Michel, chargé par les Etats membres de mener ces négociations.

Les tractations ont échoué en raison des divergences entre les pays les moins dépensiers (Danemark, Suède, Pays-Bas, Autriche) et un groupe d'une quinzaine de pays de l'est et du sud, dont l'Espagne, la Pologne et la Grèce, qui refusent des coupes, notamment dans la politique de cohésion (l'aide aux régions les moins développés).

Un budget de l'ordre de 1.000 Mds €

Un dernier compromis a été rejeté par l'ensemble des dirigeants vendredi après-midi, actant de l'échec des négociations, selon une source proche du dossier.

"On est arrivé à une situation de bloc contre bloc. C'est pour cela que ça a échoué", a expliqué cette source.

La chancelière allemande Angela Merkel n'a pu que constater des "différences" encore "trop grandes pour arriver à un accord" sur un budget de l'ordre de mille milliards d'euros.

"C'est la démocratie (...) C'est une bonne tradition dans la démocratie que de discuter et débattre", s'est défendue la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen. Elle a jugé indispensable que "le travail se poursuive avec une grande vigueur pendant les semaines et les mois à venir".

Brexit: un trou de 60 à 75 Mds €

La France, préoccupée par un maintien du budget de la PAC (politique agricole commune), et l'Allemagne, les deux principaux contributeurs au budget depuis le départ des Britanniques, ont tenté, sans succès, de concilier les positions des uns et des autres au cours du sommet.

Traditionnellement compliqué, cet exercice qui a lieu tous les sept ans est cette année rendu encore plus difficile par le Brexit, le retrait du Royaume-Uni, le 2e contributeur de l'UE, ayant creusé un trou de 60 à 75 milliards d'euros.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 24/02/2020 à 11:58 :
Finalement pas de pénurie de papier toilette au RU, les britanniques se torchent avec les textes produits par l'UERSS
a écrit le 24/02/2020 à 10:44 :
On constate, comme toujours, que les plus malheureux sont ceux qui reste! Les héritages peuvent être aussi des dettes et sèment la discorde dans la famille!
a écrit le 23/02/2020 à 15:12 :
Comme les pays Nordiques et l'Allemagne n'entendent nullement compenser par une augmentation de leurs budgets, les 75 à 80 milliards d'euros du Royaume Uni, il faudra nécessairement faire des économies, sur la PAC aussi.
Macron devrait savoir qu'il n'est qu'UN sur 27. Et qu'il n'imposera pas plus pour le budget que pour d'autres dossiers, comme la fiscalité, les vues Franco Françaises.
a écrit le 23/02/2020 à 8:53 :
On nous a toujours fait croire que les anglais ne font que profiter le l'UE. Aujourd'hui on se rend compte que les anglais ont contribué net 70MM et était les deuxièmes contributeurs devant la France.
a écrit le 22/02/2020 à 22:35 :
L'équation économique du Royaume-Uni n'est soluble qu'à condition d'y pratiquer du dumping monétaire, fiscal et social. Autrement dit laisser filer la £ à la baisse, baisser fortement les impôts (on parle déjà d'un IS ramené à 10%, moins qu'en Irlande et près de 3 fois moins qu'en France). Autrement dit de serrer fortement la ceinture aux britanniques.
a écrit le 22/02/2020 à 22:15 :
Une partie du trou pourra être comblée par la participation au budget de l'UE qui sera imposée à la Grande Bretagne si elle veut accéder au marché européen. Si c'est sur les mêmes bases que la Norvège on ne parlera plus de trou. Et si le Royaume-Uni décide de devenir un pays tiers, les droits de douane qui seront imposés à l'importation dans l'UE des biens et services britanniques couvriront aussi une bonne part du trou.
Réponse de le 23/02/2020 à 8:48 :
Très bien ta théorie, seulement le premier perdant sera la France, car la GB est un des seuls pays avec lequel la France a une balance du commerce positive.
En terme de commerce internationale, les anglais, les allemands etc. se débrouilleront très bien, pas la France.
Réponse de le 23/02/2020 à 9:50 :
Le Royaume-Uni écoule près de la moitié de ses exportations vers l'UE. Donc non, en termes de commerce international c'est pas gagné pour eux. Soit ils participent au marché unique mais ça aura un coût pas très éloigné de leur ancienne contribution nette, et ça leur imposera, du moins pour les exportations vers l'UE, d'en respecter les normes, soit il y aura des droits de douane. C'est aussi simple que ça. L'UE n'a aucune raison de faire des cadeaux au RU.
Réponse de le 23/02/2020 à 16:30 :
Le Royaume-Uni a un deficit commercial vis-a-vis de l'UE,donc si il y'a de nouveau de sdroits de douanes ce sont les pays de l'UE qui ont plus a perdre que le Royaume-Uni,le R-U voudra un simple traité de libre-échange, pas l'accès au marché européen.
Réponse de le 23/02/2020 à 22:45 :
@juste un citoyen : les orangers (et nombre de fruits et légumes) poussent difficilement au Royaume-Uni et même avec des droits de douane les oranges d'Espagne resteront moins chères que celles de Floride ou du Brésil. Le Royaume-Uni importe plus de la moitié de sa consommation alimentaire (non que ses agriculteurs soient plus mauvais que les autres, mais parce que le milieu naturel et le climat sont assez défavorables), et 30% de ce qu'il consomme vient de l'UE. Les droits de douane n'arriveront pas à compenser le différentiel de prix de transport, le RU restera donc client de l'UE pour son alimentation. En fait ça sera surtout du pouvoir d'achat en moins pour les britanniques puisqu'ils paieront leur alimentation plus cher. Par contre, avec des droits de douane à l'importation (des composants) et à l'exportation (des produits finis comme les voitures) la production industrielle va nécessairement morfler...
a écrit le 22/02/2020 à 20:15 :
de qui se moque t'on ?
70 MILLIARDS à économiser en 7 ans sur un budget de 1000 milliards , ce sont 7% .
Réponse de le 23/02/2020 à 9:51 :
Un effort de 7% sur un budget, un pays comme la France n'a jamais été capable de le faire.
a écrit le 22/02/2020 à 18:57 :
Prévisible, rien de changé, on passe de 28 à 27 ch*eurs, pas de miracles.
L'Allemagne, Picsou 1er, ne s'oppose pas, mais a bien le c*l entre deux chaises.
L'Autriche et les Pays-Bas font le job.
Les Pays-Bas, paradis fiscal, jouent solo, n'hésitants pourtant à investir massivement à l'étranger et à récupérer massivement des IDE, l'UE n'étant qu'un de leurs outils pour s'enrichir.
Réponse de le 22/02/2020 à 19:28 :
Le problème n' est pas que rien n' a changé, le problème est que l' UE ne fonctionne sur rien puisque' ils ont tous sur tout un intérêt national divergent et que ça va bientôt précipiter avec le départ anglais.

Le seul point sur lequel les 27 étaient historiquement tous d' accord, c' était d' empêcher les anglais de se libérer. On comprend aisément pourquoi à la lumière de ce sujet déjà largement débattu...

Trop tard, c' est fait !
a écrit le 22/02/2020 à 14:22 :
....un trou ? ...quel trou ????
Les anglais ne payent plus mais n'auront plus de subventions non plus , donc ça doit s'équilibrer , .....sinon ils étaient les dindons de la farce a payer pour les pays de l'est !
Réponse de le 22/02/2020 à 22:18 :
Oui, le Royaume-Uni était contributeur net de l'ordre de 9 milliards par an. Mais compte tenu des politiques qu'ils devront renationaliser, pas sûr qu'ils soient gagnants au final.
a écrit le 22/02/2020 à 12:30 :
Bon , moins de pays ( GB) moins d' argents ... Deux solutions :
Dépenser moins : diminution drastique des aides àu pays hors de l'union, réduction des depence interne ( déplacement en avion ) , diminution des parlementaire europeenne ( tres bien payer , et non contrôler ) , non remplacement des parlementaire anglais ( dommage s'est déjà fait )
Auguementer les rentrées budgétaire : auguementer les cotisations des etats ( difficile dàns cette période de récession ) , develloper les commerçe tous azimuts ( Russie , Chine. Amérique du Sud , Canada ) .
Je suis partisan d'une action sur ses deux leviers ...
Réponse de le 22/02/2020 à 12:47 :
Pour avoir travailler 10 ans dans l'administration francaise, dont plusieurs années en relation avec les technocrates de Bruxelles, le terme "baisse de dépenses" n'existe pas, c'est taboo. Un exemple : leur cantine compte 6 buffets a volonté, dont 1 buffet dessert et 1 hallal. Juste pour vous donner une idee de leur mentalité "open bar" avec l'argent des contribuables europeens.
Réponse de le 22/02/2020 à 14:27 :
Pas besoin d’aller en Europe pour constater des «  abus de budget »

Rappel : 43 000 frais de taxi pour ex- ump , un voyage en Asie payé aux frais des contribuables pour un groupe de 50 ( une mairie socialiste)
20000 frais de coiffure ( encore les socialistes)

Il doit «  en avoir » beaucoup des exemples ...

Les gens qui étaient déjà au pouvoir , faut plus voter pour eux car ils ont été déjà testés sur le terrain et au résultat : et ils ne feront pas plus s’ils reviennent ou même pire...
Réponse de le 22/02/2020 à 22:22 :
@Stantheman ; je ne suis pas sûr que la -'légitime- suppression du buffet halal (rappelons que l'UE interdit les abattages rituels sans étourdissement préalable des animaux) permette de récupérer les 60 milliards manquants.
a écrit le 22/02/2020 à 11:31 :
-l'Allemagne contribue de très loin plus que tout le monde au budget EU mais est aussi le pays qui bénéficie le moins de ce budget. On leur demande d’amplifier encore plus cette situation et logiquement l'Allemagne demande des comptes sur l'usage de cet argent
-Idem pour la France dans un ordre de grandeur plus faible
...
-À l'opposé, la Pologne bénéficie de très loin le plus de ce budget malgré une faible contribution alors que d'autres pays européens sont bien plus en difficulté économique. La Pologne n'est aussi que très peu pro-européenne dans ses investissements
=>Il y a quand même un gros bug dans le fonctionnement de cette cagnotte...
Réponse de le 22/02/2020 à 14:25 :
...le bug c'est pas seulement au niveau de la cagnotte !
a écrit le 22/02/2020 à 11:12 :
Ca surprendra qui ...? L' UE sera bientôt le dernier dinosaure géopolitique à disparaitre en mode URSS, le Brexit enfonçant les clous du cercueil. Pourquoi ? Pas d' autonomie puisque colonie us, 28 commissaires non élus soit le Soviet Suprême, pas de résultats économiques, répression médiatique et/ou jugulée dans l' accès aux médias des partis adhérents anticipateurs car soucieux de quitter l' adhésion au club forcé, l' URSS quoi ...
Réponse de le 22/02/2020 à 14:26 :
La première des colonie US, indétrônable, est et restera le Royaume-Uni.
Pour ses industries militaires, sa défense, son renseignement, sa finance, ses IDE entrants, et sa dépendance aux GAFAM.
Tullow Oil mal en point, pour faire des économies, vient d'obtenir l'autorisation au Ghana pour utiliser des torchers.
Vivement que l'UE-27 mette une Taxe Carbone à sa frontière.
Réponse de le 22/02/2020 à 19:23 :
@Alain d A moins que ça ne soit l' inverse, l' UE est la colonie de l' oncle Sam sous totale dépendance de l' Otan bras géopolitique us.

Les anglais brexitent et retrouvent l' autonomie, la souveraineté et la démocratie, ce que les les composantes de l' UE sous GOPEodépendance ont totalement perdu, que la France n' a plus et voilà pourquoi Macron le ventilateur n'arrive à rien puisque qu' il n' aucun moyen, comptant pour un sur vingt-sept et et n' arrivera jamais à rien dans l' UE.

Après rien n' empêche au RU de collaborer avec le usa sur tel ou tel chapitre, mais c' est un hors sujet, une collaboration librement consentie n' a jamais été une colonisation. Librement consentie, vous saisir nuance ?

Ce que vous rapportez sur Tullow est d' ailleurs complètement anecdotique et rapporté pour passer sous le radar n'est-il pas ?.
Réponse de le 22/02/2020 à 19:23 :
@Alain d A moins que ça ne soit l' inverse, l' UE est la colonie de l' oncle Sam sous totale dépendance de l' Otan bras géopolitique us.

Les anglais brexitent et retrouvent l' autonomie, la souveraineté et la démocratie, ce que les les composantes de l' UE sous GOPEodépendance ont totalement perdu, que la France n' a plus et voilà pourquoi Macron le ventilateur n'arrive à rien puisque qu' il n' aucun moyen, comptant pour un sur vingt-sept et et n' arrivera jamais à rien dans l' UE.

Après rien n' empêche au RU de collaborer avec le usa sur tel ou tel chapitre, mais c' est un hors sujet, une collaboration librement consentie n' a jamais été une colonisation. Librement consentie, vous saisir nuance ?

Ce que vous rapportez sur Tullow est d' ailleurs complètement anecdotique et rapporté pour passer sous le radar n'est-il pas ?.
Réponse de le 22/02/2020 à 20:10 :
@Biglouton
Pas vraiment la Défense française reste française.
La France n'avait pas suivi les Etats-Unis pour le mensonge de Bush sur l'Irak, au contraire du Royaume-Uni.
Ensuite Bush pour punir la France de sa désobéissance, avait tenté un embargo pour bloquer les industriels français de la Défense, sans grands effets, même pas mal.
Alors que les mêmes industriels britanniques dépendent grandement des participations américaines à leurs capital et des coopérations avec les Etats-Unis. Par exemple, BAE Systems est plus US qu'UK. avec plusieurs fonds US, dont le 1er actionnaire. Il ne me semble pas que Dassault ou Safran soient pilotés par des fonds US.
La dissuasion de la France n'est pas intégrée à celle de l'OTAN, au contraire de la britannique. Et cette dernière utilise des missiles US les Trident. Et le Royaume-Uni achètent massivement des armes aux Etats-Unis.
Exact ?
Alors j'aimerais bien que vous m'expliquiez comment les britanniques vont se sortir de l'emprise US?
Mais c'est vrai de Boris est très fort pour faire gober n'importe quoi, et est prêt à bouffer à tous les râteliers pour s'en sortir !
Réponse de le 23/02/2020 à 13:10 :
@Alain D 20.10 Voulez-vous que nos fassions le tour des participations US dans les entreprises majeures françaises pétrolières et d' armements via les composants et/ou les prises de participation ? Est-ce que vous pouvez envisager que l' appartenance de la France à l' otan nous a fermé toutes les portes de tous le pays qui ne sont pas sous domination atlantiste, donc la très grosse majorité et que par conséquent, nous ne leur vendons plus aucun matériel de défense ?

Est-ce que vous pouvez concevoir que les usa sont le concurrent (que nous finançons via l' otan !) des systèmes de défense français et que l' alignement géopolitique conduit la France à ne plus rien vendre, avions, sous-marins etc dans cette seule sphère d 'influence ?

Est-ce que vous pouvez comprendre que la GB redevient à l' inverse un acteur libre sur ce marché avec une liberté de faire son marché dans les solutions présentes sur le marché mondial et donc d' intégrer les composants de son choix dans ses matériels de défense ...?

Quant à la dissuasion de la France, avez-vous vu ce que Macron se propose d' en faire, de la dissoudre dans l' UE US ce qui revient à désarmer la France ?

A quel moment ai-je associé britanniques à " sortir de l' emprise US" ? J' ai écris que les britanniques avaient dorénavant le choix de leurs options utilisant le mot collaboration, vous saisir nuance ?
Réponse de le 23/02/2020 à 16:32 :
@Biglouton
Sortez donc svp vos exemples, parce que j’en une caisse pleine pour vous contrer.
Les vampires US ont bien les crocs dans Safran, mais à un niveau bien moindre que dans certaines entreprises britanniques et allemandes.
Chez Safran de mémoire, ils piquaient les 4, 5 et 6ème places.
Alors que, pour exemples, chez Rheinmetall, MTU, BAE Systems et Rolls Royce, les fonds américains sont majoritaires, avec à chaque fois un fond US comme premier actionnaire, ne vous en déplaise.
Ces groupes là, sont d’une toute autre importance que l’équipementier Latécoère qui vient d’être vampirisé.
---
Et j’espère que la France saura faire une bonne offre à GE (qui ne cesse de céder des actifs pour sauver sa misère) afin de récupérer nos turbines de l’ex branche Energies d’Alstom.
Cette perte était effectivement une très grosse erreur !
Réponse de le 23/02/2020 à 20:19 :
@Alaind Vous m' opposer des entreprise allemandes qui n' ont à l' évidence aucune intention de se dissocier ni se défaire des investisseurs américains. A quel moment ai-je écris là encore que j' étais en désaccord sur cette analyse ou cette projection ?
L' Allemagne et les States, sont une vieille histoire...


Ce que je discute c' est notre positionnement géopolitique relatif par rapport à celui anglais.

Et ce que j' avance, c' est que l' Angleterre obtient via le Brexit la possibilité de choisir ses fournisseurs, ses partenaires et de mener une politique de défense ou autre, librement consentie en menant la politique de son choix aujourd 'hui plus qu' hier et à fortiori celles qui entrent dans le cadre de ses entreprises de défense.
Il ne manque en effet pas de moyens de donner l' envie à un actionnaire y compris majoritaire de se repositionner ou de le repositionner dans ou hors! de l' entreprise, à fortiori dans des secteurs clés comme la défense ou les pétrolières.


Ce que je dis, c ' est que prônant la sortie de l' UE, de l' euro et de l' otan, je ne peux qu' observer une France doublement piégée dans l' UE de par son alignement atlantiste et dont se régalent les américains pour lui fermer les marchés de leur choix y compris dans ce périmètre et que les pays hors de cet alignement ne choisissent plus guère la France parce qu' elle a notoirement perdu son indépendance et n' est plus considérée comme un acteur fiable de l' industrie de défense. Double peine donc.

Ce que je dis, c'est que la France a laissé et pour une simple question d' arbitrage depuis Sarkozy sous la forme, je donne mon budget à l' UE et je retire à la France, ses moyens de poursuivre le développement militaire précédent parce que le travail de sape budgétaire de nos armées découle très directement de l’appartenance de la France à l’euro fort (c’est-à-dire à une zone-Mark qui ne dit pas son nom et qui n’est pas soutenable sur long terme).

Ce que je dis, c'est que cette appartenance à une monnaie surévaluée (et de plus en plus) par rapport à la compétitivité de l’économie française nous contraint à une rigueur budgétaire sans fin, qui s’exerce d’abord et par prédilection à l’encontre du budget des Armées.

J' ai précédemment longuement commenté le désastre de la cession de la branche militaire Alstom via les turbines Arabelle à GE et je ne vous rejoindrai sur ce terrain partagé et je ne vois pas, de fait, grand-chose à y ajouter.
Réponse de le 23/02/2020 à 21:44 :
Je cite juste deux très grosses anglaises, BAE Systems et Rolls Royce.
Arrêter donc d'esquiver, soyez un minimum honnête.
Je problème ce n'est pas votre idéologie, mais que vous être prêt à baratiner n'importe quoi pour défendre votre crémerie.
C'est très bien, vous prouver que vous n'êtes pas crédible !
Réponse de le 24/02/2020 à 11:20 :
@Alain d Le sujet n' était pas vos deux grosses entreprises anglaises, le sujet porte sur la mésentente sur le budget à venir de l' UE et que j' ai rapproché des désaccords qui se manifestent tous les jours dans l' UE et sur tous les sujets.

Vous avez votre propre idéologie qui est la France dans l' UE.

Et vous avez la mienne qui est que nous alimentons cette structure antidémocratique, cette dépendance de nos deniers et contre notre gré avec des présidents successifs qui choisissent d' appauvrir la France par une simple question d ' arbitrage avec un Macron paroxistique sur le sujet et qui m' amène à l' invitation argumentée de nous libérer de cette triple tutelle otan, euro, ue ; tutelle qui nous dessert au quotidien et nous ruine au quotidien.. Laissons nous vieillir un petit peu et nous verrons qui a raison et tort.

J' ai pour ma part mon petit avis et ceux qui s' alarment depuis un temps à la grosse commission confortent cette opinion et le scénario déroulé dans une presse acquise durant trois ans sur les dangers de la sortie anglaise aussi.
Réponse de le 24/02/2020 à 13:28 :
@Biglouton
Non, contrairement à vous je n'ai pas d'idéologie, je suis juste lucide et pragmatique.
Et je n'ai pas des heures à consacrer à cet article et à d'autres.
Je ne roule pour aucune école de pensée, ni ne cible aucun courant par défaut !
Contentez vous donc de faire votre propagande sur un site ou un bloc perso, ça évitera de venir polluer les débats ici même.
A qui voulez vous faire gober que le Royaume-Uni sera plus libre de ses choix hors UE qu'au sein de l'UE ?
C'est déjà un sous traitaient américain (GAFAM, Défense, fonds d'actifs IDE, flux financiers) et un sous-traitants mondial des oligarques, arabes, indiens, russes, chinois, pakistanais, américains, etc. Les fortunes britanniques ne sont plus britanniques. Les communautarismes sont rois au Royaume . ARM est japonais (SoftBank).
Pour les ventes d'armes, la France a depuis longtemps grillé l'ex-empire brit, comme en Australie ou en Inde. L'industrie militaire britannique est HS, ce sont les filiales Thales, MBDA et Airbus qui sauvent la misère , et les deals avec les Etats-Unis et le Canada.
D'ailleurs le fait même que le R-U mange financièrement à tous les râteliers nuit dans ses ventes, notamment en Inde.
---
Je suis en accord avec Bruno_bd sur certains points.
Le R-U ne pèsera rien par rapport à l'UE, la Chine, l'Inde ou les USA.
Parce que même le Canada et le Japon ont galéré pour obtenir des concessions de l'UE. Et puis un quota autorisé n'est qu'un maximum, la concurrence reste !
Le R-U va baisser les impôts et taxes pour récupérer toujours plus d'investissements, pas toujours transparents. Il va donc encore moins matcher avec les critères UE. Il va augmenter sa dépendance au industriels étrangers, sa balance des paiements ne s'améliorera pas puisqu'il exportera des produits et services de filiales étrangères.
La France ne va pas se gêner dans les acquisitions au R-U.
Les gestionnaires d'actifs britanniques ne valent même plus un kopeck.
Le gouvernement n'aura que peu de moyens pour moderniser et investir.
Et de toute façon, dans des appels d'offres pour les transports, l'affichage, le BTP, l'assainissement et le recyclage, la gestion des énergies, les géants sont français !
Les formations auront du mal à suivre, job à un sou = baisse des qualifications.
Etc.
J'allais oublier, Tullow Oil "anecdotique". Pas vraiment puisque le R-U, un des leader du négoce et de la spéculation sur les métaux et les hydrocarbures, va être très mal si l'UE met un taxe CO2 à ses frontières.
Une vrai taxe, avec une vrai traçabilité des entreprises hors leurs frontières. BP vient d'annoncer, blablabla
a écrit le 22/02/2020 à 10:28 :
Si la France n’arrive pas s’imposer en mettant à plat la distribution, des contributions( identique pour tous et pas de rabais imposé à l’époque par Le RU) données à l’UE : cette adhésion n’a pas de sens , la France devrait sortir de l’UE mais rester dans l’OTAN.
a écrit le 22/02/2020 à 10:27 :
L'UE de Bruxelles est une administration qui coûte cher, qui joue les bons samaritains avec l'argent que doivent emprunter ses membres, qui intègre grâce a des subsides de nouveau territoire cela afin de poursuivre une démarche dogmatique d'uniformisation de la zone euro!
a écrit le 22/02/2020 à 9:44 :
Pas difficile à prevoir au pays des bavards.

Vite un frexit.
Réponse de le 26/02/2020 à 18:57 :
Encore une fois le poids des mots, le choc des idees. Pas du bavardage mais que des arguments forts en faveur du Frexit ! Merci.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :