Zone euro : le niveau des dettes publiques préoccupe l'OCDE

 |   |  392  mots
Pour les pays avancés de l'OCDE, le seuil de dette (au-delà duquel les effets néfastes pour l'économie apparaissent) se trouve dans un intervalle compris entre 70% et 90% du PIB, tandis que pour ceux de la zone euro, il descend à entre 50% et 70% du PIB, selon l'OCDE.
"Pour les pays avancés de l'OCDE, le seuil de dette (au-delà duquel les effets néfastes pour l'économie apparaissent) se trouve dans un intervalle compris entre 70% et 90% du PIB", tandis que pour ceux de la zone euro, il descend à entre "50% et 70% du PIB", selon l'OCDE. (Crédits : © Dado Ruvic / Reuters)
Selon l'Organisation de coopération et de développement économique, les niveaux de dette atteints par ses Etats membres depuis la crise les font entrer dans la "zone de danger". L'institution enjoint notamment la zone euro à être particulièrement prudente.

En plein débat sur le niveau jugé insoutenable de la dette publique grecque, l'Organisation de coopération et de développement économique (OCDE) n'affiche aucune hésitation: les niveaux de dette atteints par ses Etats membres "ont un impact négatif sur l'économie", met-elle en garde travaux à l'appui. A l'occasion de la présentation d'un rapport aux Rencontres économiques d'Aix-en-Provence, , vendredi 3 juillet, l'organisation s'est ainsi adressée aux gouvernements, les appelant à adopter des "objectifs de dette prudents à moyen terme".

111% du PIB en moyenne

Catherine Mann, chef économiste de l'OCDE, a constaté:

"En grande partie due à une croissance atone, la dette publique a fortement augmenté durant la récente crise pour atteindre 111% du Produit intérieur brut (PIB) en moyenne, dans l'ensemble de l'OCDE, en 2013: le niveau le plus élevé depuis la Seconde Guerre mondiale".

Or, selon l'organisation, qui rassemble 34 pays développés, "pour les pays avancés de l'OCDE, le seuil de dette (au-delà duquel les effets néfastes pour l'économie apparaissent) se trouve dans un intervalle compris entre 70% et 90% du PIB", tandis que pour ceux de la zone euro, il descend à entre "50% et 70% du PIB". Pour les pays émergents, vulnérables aux mouvements brusques de capitaux, le niveau est encore plus bas, à "entre 30% et 50% du PIB" selon l'OCDE.

La limite établie par les traités européens peu respectée

Si les pays membres de l'union monétaire se doivent d'être plus prudents, c'est essentiellement en raison de "l'absence de politique monétaire au niveau national, (de) la clause de non renflouement (interdisant aux Etats de se financer les uns les autres), (de) l'absence de mise en commun de la dette, (d') une plus grande dépendance aux financements étrangers et (des) difficultés à réagir aux chocs", analyse l'OCDE.

Les traités européens interdisent en théorie des niveaux de dette de plus de 60% du PIB, mais ce critère est très peu respecté.

La Grèce, qui attend les résultats d'un référendum dimanche sur les objectifs de rigueur budgétaire fixés au pays par ses créanciers, est aux prises avec une dette dépassant 180% du PIB. Elle demande - jusqu'ici sans succès - que ses créances, détenues essentiellement par des Etats et organisations internationales, soient rééchelonnées ou partiellement effacées.

(Avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 05/07/2015 à 4:24 :
N’avons-nous pas quelques sujets de préoccupations, des pays d’Europe font faillite, le chômage est au maximum, on parle bulles potentielles, désindustrialisation et agriculture sous performante de 2ème à 4ème. Le coût du travail c’est aussi le poids des retraites alors qu’il n’existe pas de droits avant 25 ans, avec la dette qui alimente les comptes. N’avons-nous pas en Europe un péril vieux avec une faible croissance ? La politique de QE est-elle libérale alors qu’on augmenterait la bourse de 20% au premier trimestre 2015… faire monter la bourse par des injections monétaires, ça fait de la croissance ou bien on joue à achetez-vendez en record de faillites sans politique d’offre ni baisses d’impôts ? Sommes-nous suicidaires ? La dette ferait une politique de demande, on augmente les fonctionnaires, avec des échelons, mais pas les salariés précaires, n’oublie-t-on pas les jeunes profs payés moitié moins que les plus âgés et moitié moins qu’ailleurs alors que le différentiel est en moyenne de 30%, pas du simple au double… en quoi cela crée des emplois, notre taux d’actifs est sous la moyenne OCDE ou bien des ETI, on en aurait moins que nos voisins, comme l’industrie à VAI inférieure aux autres dans la valeur ajoutée industrielle européenne. Nous aurions moins d’industrie que les italiens et les anglais. Il parait que la production manufacturière baisse mais que l’import augmente. La politique de la demande n’est-elle pas une relance des pays étrangers avec la dégradation de la balance, ne fait-on pas dans l’Etat intelligent avec l’étranger ? Par exemple, il parait qu’on subventionne l’import de panneaux solaires, on ne sait pas faire, comme pour la raffinerie de gazole on importe 20 milliards et on diminue la capacité de raffinage alors que la demande pétrolière dans le monde augmente. Pourtant on exporte de l’essence. N’aurait-on pas de petites incohérences ? Ne fait-on pas dans l’inflationniste qui brime la consommation ? L’Etat n’écrase-t-il pas l’industrie ou l’agriculture qui perdrait nombre d’installations ? On ferait fermer des commerces, est-ce pour subventionner de grandes enseignes dans la malbouffe ? On a signé un traité Maastriche sur la dette, sera-t-il appliqué alors qu’on parle croissance ?
a écrit le 04/07/2015 à 15:57 :
Vrai . Alors il faut commencer par un début la bce se fait construire une tour a 2 milliards d'euro ( C'est bien de la dette publique ?)
a écrit le 04/07/2015 à 15:19 :
Et le pire dans tout ça c'est que les français continuent à se ruer sur les contrats d'assurance vie euros adossés sur des obligations... d'état. Ils n'ont toujours pas compris que c'est en partie pour cela que la France empruntait à des taux aussi bas. Pour faire simple, les créanciers (et l'état) savent que les sommes investies par les français sur ce support équivalent peu ou prou à la globalité de la dette (1800 milliards d'euros environ pour l'assurance vie). Personnellement je ne possède plus qu'un de ces contrats, qui a plus de huit ans et sur lequel il ne reste plus grand chose (juste histoire de prendre date fiscalement). Les dernières nouvelles trimestrielles concernant la dette hexagonale étant particulièrement pessimiste, je ne doute pas qu'un scénario à la grecquo-chyprio-polonaise survienne en France. En gros, l'avenir n'est pas des plus serein pour les détenteurs d'obligation d'état. Conseil: lorsque la situation deviendra des plus délicates pour les finances publiques (grosse grève nationale intersyndicale, remontée des taux d'intérêts...), il sera plus compliqué pour notre état en faillite et ses sbires de l'ENA de spolier des actions, de l'or ou de l'immobilier. Après c'est à chacun de voir...
a écrit le 04/07/2015 à 10:08 :
Les politiques ont voulu sauver des intérêts de hauts particuliers en 2007 et voila ou nous en sommes après huit ans de crises , ceux qui ont en fait les frais le petit peuple salariés et retraités à qui on en demande encore plus , à mon avis on a toutes les raisons pour renverser la table , rien a perdre de changer de système qui nous fout parterre tous les dix ans .
a écrit le 04/07/2015 à 4:19 :
La dette paye des retraites, mais pas de revenus avant 25 ans... on appelle cela du social?
a écrit le 03/07/2015 à 21:40 :
Eh bien voilà, on commence à comprendre qu'on va dans le mur et que le traitement qu'on va réserver à la Grèce sera ensuite celui réservé à la France...
a écrit le 03/07/2015 à 20:52 :
Le problème est notre vassalisation aux US. Nous avons accepté le Nixon Round de 1971 et n'avons cessé de nous prosterner devant les US (Sarko et Hollande notamment). Le fameux Nixon Round permet aux US d'imprimer de la monnaie qui ne repose sur rien. Ils ont au cours de la décennie passée imprimé des dollars, ce qui bien évidemment a fait chuter leur devise. On emprunte à 1 pour 1 et on rembourse à 0,10 $ pour 1. Les Chinois n'ont pas été dupes et ont investi leurs dollars et on en voit le résultat dans le monde entier. La BCE a récemment décidé, de faire comme les Américains et imprimer de la monnaie. Mais, ne l'a-t-elle pas fait trop tard ??
a écrit le 03/07/2015 à 18:13 :
Les endettements élevés font les croissances faibles (c'est une des causes). Les croissances faibles dans dans un contexte d'endettement élevé rendent celui-ci de plus en plus élevé et à terme, l'insolvabilité des États inévitable, ce qui met en péril tout le système financier qui est conçu pour avoir la solidité d'un château de cartes. Il faut changer le système financier, il n'y a pas le choix, pour aller vers le système monétaire souverain, autrement on ira vers le désastre.
Réponse de le 03/07/2015 à 19:19 :
@P52
Il faut non seulement changer le système financier et restaurer la souveraineté des Etats dans leur pouvoir de création de la monnaie, mais changer aussi le système économique productiviste, consommateur d'énergie fossile et basé sur les transports. Cela se fera de toutes façons contraints et forcés par la future pénurie de pétrole... et dans la douleur.
Réponse de le 04/07/2015 à 9:25 :
@valbel89: ca fait 20ans que j'entend parler de pénurie de petrole et au final on en consomme encore plus et il y en a tjs autant, alors non le pénurie est pas prete d'arriver. Qd à changer notre économie vous voulez quoi vire avec moins de moyen et des produit plus cher? la majorité n'en veut pas alors arretez de rever à un monde vertueux qui n'existera jamais
a écrit le 03/07/2015 à 17:01 :
c est pas voulue la dette les riches plus riches et les pauvres plus pauvres les retraites gèle trop d asistence trop des façonnage en Chine pour plus des profits et les politiques verus

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :