PME : le PEA, nouvel outil d'épargne, officiellement en vigueur

 |   |  289  mots
De son côté, la plateforme boursière Euronext a lancé un nouvel indice dédié aux PME le 27 février, pour accompagner l'arrivée du nouveau dispositif d'épargne.
De son côté, la plateforme boursière Euronext a lancé un nouvel indice dédié aux PME le 27 février, pour accompagner l'arrivée du nouveau dispositif d'épargne. (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2010. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Le décret d'entrée en vigueur du PEA-PME a été publié mercredi au Journal Officiel: il inaugure ainsi un nouveau produit d'épargne, destiné à réorienter les économies des Français vers le financement des petites et moyennes entreprises.

Ça y est. Le décret d'entrée en vigueur du PEA-PME a été publié mercredi au Journal Officiel. Celui-ci "fixe les modalités d'application du plan d'épargne en actions destiné au financement des petites et moyennes entreprises et des entreprises de taille intermédiaire".

Concrètement, le PEA-PME donne à l'épargnant la possibilité d'acheter, dans la limite de 75.000 euros, des titres de sociétés cotées ou non, directement ou via des professionnels. Les obligations d'entreprises peuvent aussi être intégrées mais uniquement via des fonds.

Un chiffre d'affaires annuel de 1,5 milliard d'euros maximum

La loi a fixé des critères précis pour les sociétés concernées afin d'être éligibles. Celles-ci doivent employer moins de 5.000 salariés. Elles doivent également justifier d'un chiffre d'affaires annuel inférieur à 1,5 milliard d'euros, ou bien d'un total de bilan de 2 milliards d'euros au plus.

Des critères qui "sont appréciés sur la base des comptes de la société émettrice des titres concernés et, le cas échéant, de ceux des sociétés avec lesquelles elle constitue un groupe", précise le décret.

Dans les faits, le PEA-PME était déjà en vigueur depuis le 1er janvier. Les sociétés de gestion n'ont pas attendu le décret pour constituer des fonds de valeurs éligibles à ce produit.

De son côté, la plateforme boursière Euronext a lancé un nouvel indice dédié aux PME le 27 février, pour accompagner l'arrivée du nouveau dispositif d'épargne. Le CAC PME regroupe ainsi 40 valeurs qui se veulent représentatives des entreprises de taille moyennes, dans le logique du nouveau PMA-PME.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 06/03/2014 à 14:21 :
La bourse n'est pas une loterie ! Investir sans avoir d'information sur la bonne marche (ou non) des entreprises est suicidaire. C'est déjà compliqué pour un particulier d'accéder à cette information pour les grosses entreprises, je vous laisse deviner pour les PME...
Réponse de le 06/03/2014 à 15:39 :
Vous avez probablement touché le coeur du problème, la comptabilité des PME est précaire lorsqu'elle ne dissimule pas du travail illégal. Comment des investisseurs pourraient soutenir nombre d'entre-elles? Le PEA-PME est une bonne chose même si son impact restera négligeable pour l'économie française. Cela obligera les PME à soigner leur comptabilité pour bénéficier d'un financement refusé par les banques.
Réponse de le 06/03/2014 à 18:11 :
@ Yves
Vous avez mis le doigt pile sur le big problem.
Sur la place de Paris , il n'y a pas de production suffisante d'information financière.
Ce que j'appelle information financière , ce sont les statistiques , précises , complètes , par valeurs , par secteurs. Ainsi que des outils d'analyses en temps réel.
Vous n'avez rien de cela , même pas les positions Short des titres.
Sur les autres bourses , tout cela est disponible.
Les brokers sur la place de Paris ne trouvent rien d'autre que de faire de la publcité pour des Warrants et autres turbos.
Tout cela participe d'un amateurisme déconcertant .
a écrit le 06/03/2014 à 9:00 :
Je ne comprends pas bien votre système... je ne vois pas comment il pourrait marcher : il manque l'infrastructure principale. Je vous laisse la trouver.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :