Banco Espirito Santo dans le collimateur du gendarme des marchés suisse

 |   |  200  mots
Le gendarme des marchés financiers en Suisse cherche à déterminer quel rôle a joué cette entité suisse, actuellement en situation de liquidation volontaire, dans la distribution de titres et de produits financiers du groupe Espírito Santo et si elle a, ce faisant, violé le droit de la surveillance.
Le gendarme des marchés financiers en Suisse cherche à déterminer quel rôle a joué cette entité suisse, actuellement en situation de liquidation volontaire, dans la distribution de titres et de produits financiers du groupe Espírito Santo et si elle a, ce faisant, violé le droit de la surveillance. (Crédits : reuters.com)
L'autorité suisse de surveillance des marchés financiers, la Finma, a ouvert une enquête sur la Banque privée Espírito Santo SA.

Décidément, la banque portugaise Banco Espirito Santo n'en finit plus de faire parler d'elle. Mercredi, la Finma, le gendarme des marchés suisse, a annoncé l'ouverture d'une enquête fin août sur une de ses filiales suisse, Espirito Santo SA.

Distribution de titres et produits financiers

La procédure porte sur la distribution de titres et de produits financiers du groupe portugais Espirito Santo, a précisé la Finma dans un communiqué.

Le gendarme des marchés financiers en Suisse cherche à déterminer quel rôle a joué cette entité suisse, actuellement en situation de liquidation volontaire, dans la distribution de titres et de produits financiers du groupe Espírito Santo et si elle a, ce faisant, violé le droit de la surveillance.

Soupçons sur l'influence des propriétaires de la filiale

Les investigations portent également sur l'influence des propriétaires de la banque sur les processus en Suisse.

Un chargé d'enquête a été nommé pour clarifier les faits, a précisé la Finma, qui ne fournit pour l'instant pas d'autres informations sur la procédure en cours.

>> Goldman Sachs a prêté 835 millions de dollars à Banco Espirito Santo juste avant sa faillite

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 03/09/2014 à 22:01 :
Chiche que ça leur en touche une sans bouger l'autre.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :