Pour sauver Banco Espirito Santo, 8 banques apporteront 700 millions d'euros

 |   |  371  mots
L'État portugais a déjà prêté 3,9 milliards d'euros au Fonds, qui disposait déjà de 367 millions d'euros, et a injecté 4,9 milliards d'euros dans Novo Banco, la nouvelle entité qui détient depuis le 3 août dernier les actifs sains de BES.
L'État portugais a déjà prêté 3,9 milliards d'euros au Fonds, qui disposait déjà de 367 millions d'euros, et a injecté 4,9 milliards d'euros dans Novo Banco, la nouvelle entité qui détient depuis le 3 août dernier les actifs sains de BES. (Crédits : reuters.com)
En fonction d'un accord conclu jeudi, la somme sera apportée sous forme de prêt au Fonds de résolution géré par la Banque du Portugal, a rapporté l'agence de presse Lusa. Chaque établissement participera en fonction de sa taille.

Huit banques opérant au Portugal mettront les mains à la poche pour éviter la faillite à Banco Espirito Santo (BES). Elles contribueront à hauteur de 700 millions d'euros au plan de sauvetage de la banque portugaise, en fonction d'un accord qu'elles ont conclu jeudi, selon une source du secteur bancaire citée par l'agence de presse Lusa.

Les plus gros contributeurs: Caixa Geral de Depositos et la BCP

La même source a précisé que chaque établissement participera en fonction de sa taille.

La banque publique Caixa Geral de Depositos et la BCP devraient ainsi être les plus gros contributeurs. La BPI, Santander Totta, Credito Agricola, Montepio ainsi que BIC et Banco Popular complèteront la somme, apportée sous forme de prêt au Fonds de résolution alimenté par les banques portugaises et géré par la Banque du Portugal.

L'État portugais a pour sa part prêté 3,9 milliards d'euros au Fonds, qui disposait déjà de 367 millions d'euros, et a injecté 4,9 milliards d'euros dans Novo Banco, la nouvelle entité qui détient depuis le 3 août dernier les actifs sains de BES.

Trois semaines de négociations

Selon une première ébauche du plan de sauvetage, l'État devait prêter 4,4 milliards d'euros au Fonds. Les banques, tenues d'apporter une contribution exceptionnelle d'un peu plus de 100 millions d'euros, avaient alors offert d'augmenter leur participation à 635 millions d'euros, à condition que ce soit sous forme de prêt.

À l'issue de trois semaines de négociations, les banques ont décidé jeudi de porter cette somme à 700 millions d'euros pour que le Fonds soit en mesure de payer les intérêts des prêts concédés.

Le Fonds récupérera le capital injecté via la vente de Novo Banco

L'objectif est désormais de vendre le plus rapidement possible Novo Banco sur le marché, pour que le Fonds de résolution récupère le maximum du capital injecté afin de rembourser l'État portugais et les banques.

La participation de l'Etat, qui a pour l'instant avancé la contribution des banques, a été puisée dans l'enveloppe de 12 milliards d'euros allouée en mai 2011 à la recapitalisation du secteur bancaire par l'Union européenne (UE) et le Fonds monétaire international (FMI).

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 02/09/2014 à 9:08 :
"Pour sauver BES.."
En fait, l'argent va dans la Nouvelle Structure , et pas dans BES, qui a été dépouillée des actifs sains. Les actionnaires de BES supportent sa faillite, mais on leur a même enlevé ce qui était bon. Inégal et scandaleux.
a écrit le 29/08/2014 à 13:16 :
nos banquiers sont toujours là dès qu'une connerie est à faire !
a écrit le 29/08/2014 à 11:11 :
les portugais ne bronchent pas 8,2 Mrds de l'état et 700 millions de huit banques pour une banque soit disant solvable maintenant à sauver de la faillite. Ils pourraient s'étonner d'une telle gestion non? la Bnp vient de sortir les doigts dans le nez 6,6 Mrds. La vie de banquiers est belle.
Réponse de le 29/08/2014 à 13:31 :
Tout à fait. Moi aussi, ça m'a scotché : heureusement que ce "machin" ne contient que des "actifs sains"... Notes : on pourra toujours aller emprunter aux US : ils adorent ça.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :