Nouveau plan de marche pour BNP Paribas Cardif

 |   |  314  mots
(Crédits : © Yuya Shino / Reuters)
La filiale assurance du groupe bancaire veut croître tout en maintenant une forte rentabilité des capitaux

BNP Paribas Cardif, la filiale d'assurances de la banque française, numéro un mondial en assurance emprunteur, veut faire croître ses revenus d'environ 16% d'ici 2020, grâce à son plan stratégique misant sur l'innovation et l'international. C'est ce qu'elle a annoncé ce jeudi. En 2016, pour un chiffre d'affaires (primes encaissées) de 27,1 milliards, les revenus (excédent d'exploitation avant frais généraux) de cette filiale de BNP Paribas ont atteint 2,4 milliards d'euros. L'entreprise a l'intention d'augmenter ces derniers de 400 millions d'euros, dans le cadre de sa feuille de route couvrant la période 2017/2020.

Pour y parvenir, l'assureur compte s'appuyer sur l'automatisation de ses procédures. Il a par exemple lancé récemment un questionnaire de santé en ligne, pour son assurance emprunteurs en France.

Partenariats avec des distributeurs étrangers

Il veut aussi gagner des parts de marché dans les pays émergents en Asie et en Amérique latine, via notamment des partenariats avec des distributeurs. "Il s'agira de proposer de nouveaux produits dans des pays où nous sommes déjà présents. Mais, en cas d'opportunité, nous ne nous interdisons pas d'arriver sur un nouveau territoire", a expliqué Renaud Dumora, directeur général de BNP Paribas Cardif lors d'une conférence de presse.

Le groupe prévoit aussi de lancer en 2018 une société d'assurance commune avec Matmut, spécialisée dans l'assurance de dommage, qu'il détiendra à 66%. En termes de rentabilité, BNP Paribas Cardif veut maintenir un rendement des capitaux propres avant impôts supérieur à 18%. Il s'est établi à 18,3% en 2016.

Pas d'inquiétude sur l'assurance emprunteur

 Renaud Dumora ne nourrit pas d'inquiétude sur l'ouverture en France du marché de l'assurance emprunteur, largement trusté par les banques et leurs filiales. "Nous proposons déjà des contrats individuels" souligne-t-il. La possibilité de résilier chaque année son assurance emprunteur ne devrait pas changer la situation de Cardif, dit-il.

Avec AFP

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 02/04/2017 à 22:40 :
Quand je vois qu'en 2008 j'ai investi en assurance vie chez CARDIF 15000 € et qu'aujourd'hui je suis à 14000 €, donc en perte, je me demande comment eux arrivent à faire autant de bénéfice! C'est indécent

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :