Nouvelle pression de Bercy pour une assurance vie moins rémunératrice

Le Haut Conseil de Stabilité financière devrait être doté de pouvoirs accrus pour assurer le suivi macro-prudentiel de l'assurance. Objectif: faire baisser la rémunération de l'assurance vie. Mais il s'agit d'abord et surtout d'un moyen de pression sur la profession.
Ivan Best

2 mn

Michel Sapin, président du Haut Conseil de Stabilité Financière
Michel Sapin, président du Haut Conseil de Stabilité Financière (Crédits : DR)

Le Haut Conseil de Stabilité Financière (HCSF) pourra-t-il à l'avenir contraindre les assureurs à baisser plus sensiblement la rémunération de l'assurance vie? Dans son rapport annuel, publié ce mardi, il estime que la profession tarde à ajuster les rendements de ces contrats à la réalité financière actuelle, faite de taux d'intérêt au plus bas. "Malgré sa communication sur le sujet, le HCSF estime que l'ajustement à la baisse des rémunérations des contrats d'assurance vie intervenu en 2015 a été insuffisant au regard des circonstances macroéconomiques et financières actuelles".

 Décalage dangereux

S'agissant des contrats en euros, sans risque sur le capital, les assureurs ont offert pour 2015 un rendement atteignant 2,30% en moyenne (à peine inférieur aux 2,5% de 2014 et aux 2,6% de 2013), alors que les taux d'intérêt sur les obligations d'État ont été en France inférieur à 1%, l'an dernier. Un décalage que le HCSF juge potentiellement dangereux, même si les assureurs ont en portefeuille des titres anciens au rendement bien supérieur. Aussi Bercy a-t-il fait passer à l'Assemblée nationale un amendement à la loi Sapin 2 visant à "renforcer la base juridique des pouvoirs macroprudentiels contraignants du HSCF pour les étendre au secteur de l'assurance". Autrement dit, on peut comprendre que le HCSF pourrait contraindre les assureurs à diminuer plus vite le rendement de l'assurance vie.

 L'amendement prévoit en outre la possibilité pour le HCSF de prendre de mesures préventives, en cas de risque pour la stabilité du système financier, comme la possibilité d'empêcher le rachat -par l'épargnant- de tout ou partie de son portefeuille. Autrement dit, dans des circonstances qu'on imagine exceptionnelles, le détenteur d'un contrat d'assurance vie ne pourrait plus le liquider entièrement....

Arme de dissuasion

En fait, l'ensemble aucune des mesures évoquées par le HCSF, qu'il s'agisse de faire baisser de façon autoritaire la rémunération de l'assurance vie ou de prendre des dispositions conservatoires sont conçues pour ne pas être mises en œuvre. "Ces dispositions ne pourraient servir qu'en cas de crise financière" souligne un représentant des assureurs, en négociation constante avec Bercy. "S'agissant de la baisse de la rémunération des contrats, c'est un nouveau moyen de pression sur le monde de l'assurance, pour qu'il accélère le mouvement de diminution des rendements. Mais je ne doute pas que cela se fera en bonne entente".

Bref, l'arsenal législatif dont le HCSF est en train de se doter tient plus de l'arme de dissuasion que de dispositions destinées à être utilisées couramment.

Ivan Best

2 mn

Women for Future

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 8
à écrit le 15/06/2016 à 10:10
Signaler
Il s'agit peut être d'un raisonnement de court terme de ce ministre .En effet les larges possibilité actuelles de financement à bon compte de la dette souveraine font que la source que constitue traditionnellement l'assurance vie perd de son caracté...

à écrit le 14/06/2016 à 21:39
Signaler
Si les taux baissent trop, la CSG versée chaque début d'année sur les intérêts acquis va se réduire, Bercy va se plaindre, "ça ne rapporte plus", NS avait portant mis en place un système pour assurer des rentrées annuelles à l'Etat au lieu d'attendre...

à écrit le 14/06/2016 à 20:45
Signaler
Il faut une petite explication à la lecture des commentaires. Si les taux remontent, la valeur des obligations détenues par les fonds en euros va très fortement baisser (personne ne voudrait acheter une obligation "ancienne" qui rapporte moins que...

à écrit le 14/06/2016 à 19:56
Signaler
Ras le bol des oukases de Bercy

à écrit le 14/06/2016 à 18:32
Signaler
bref, tout est fait pour inciter les gens à dépenser leur argent, faute de quoi les placements ne rapporteront que l"Euro" symbolique, mais n'ayez aucun doute votre argent lui sera profitable pour d'autres.

à écrit le 14/06/2016 à 17:41
Signaler
Il devrait y avoir des emprunts indexés sur les poivrons rouges, ils ont pris 30% en un an!

à écrit le 14/06/2016 à 17:38
Signaler
Cette fois c'est la république des soviets. Spoliation totale...on va être obligés de se réfugier chez derche pour qu'ils ne puissent plus nous atteindre

le 14/06/2016 à 20:26
Signaler
Non on essaye juste de préserver ton épargne!

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.