Scor a amorti le choc de la pandémie en 2020

 |  | 637 mots
Lecture 3 min.
Denis Kessler, PDG du réassureur Scor, se montre optimiste pour 2021 sur ses objectifs de rentabilité et de solidité financière.
Denis Kessler, PDG du réassureur Scor, se montre optimiste pour 2021 sur ses objectifs de rentabilité et de solidité financière. (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2013. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Le réassureur français voit son résultat net divisé par deux en 2020 mais il se montre optimiste pour 2021, à l’aune de la hausse des tarifs dans la réassurance. La crise du Covid aura finalement coûté au groupe 640 millions d’euros en 2020. Le groupe propose un dividende de 1,8 euro par action en 2021, soit un montant supérieur au résultat net par action.

La réassurance est par nature un métier exposé aux grands risques. Et le groupe français Scor, numéro quatre mondial du secteur, n'a pas échappé à l'impact de la crise sanitaire : le résultat net a ainsi été divisé par deux en 2020 à 234 millions d'euros.

Dans le détail, le coût de la pandémie s'élève, pour le groupe, à 640 millions d'euros (avant impôts) en 2020, dont près de la moitié pour la branche-vie. « C'est un choc historique mais nous avons absorbé ce choc », a commenté Denis Kessler, PDG du groupe lors de la présentation des résultats annuels. « La crise nous a beaucoup appris. Nous pensions que cette pandémie affecterait la partie vie de notre activité et nous avons sous-estimé le risque sur la partie dommages », reconnaît le dirigeant.

Mais, ajoute-t-il, « contrairement à d'autres secteurs ou entreprises, la pandémie n'a pas bouleversé notre business model. Nous avons un plan stratégique et nous poursuivons ce plan. Nous avons dû certes payer une lourde taxe, qui a amputé nos résultats, mais n'attendez pas que le groupe modifie ses objectifs, sa trajectoire et sa politique de souscription ».

Incertitudes aux Etats-Unis

L'essentiel de l'exposition du groupe dans la réassurance-vie est aux Etats-Unis, où Scor estime l'impact des sinistres, à la fin 2020, à 283 millions d'euros, sur un total de 314 millions dans la branche. Selon l'agence Moody's, ce risque sera toujours « une zone d'incertitudes ». Toutefois, le réassureur indique que les provisions constituées en début de pandémie ont été trop importantes et en partie libérées en fin d'année.

Côté dommages, le coût de la pandémie est de 284 millions d'euros, ce qui a fait plonger le ratio combiné (sinistres et frais généraux sur primes encaissées) au-dessus de 100%, seuil à partir duquel les activités ne sont plus rentables.

Sur l'activité, Scor fait preuve d'une grande résistance, avec un chiffre d'affaires stable, à plus de 16 milliards d'euros. « Nous avons toujours autofinancé notre croissance, et notre chiffre d'affaire est passé de 2,4 milliards en 2003 à plus de 16 milliards aujourd'hui », rappelle Denis Kessler. Tout en restant dans le club des réassureurs notés au moins AA-, preuve de la solidité financière du groupe. son ratio de solvabilité du groupe atteint même le niveau élevé de 220%.

Optimiste pour 2021

Reste que Denis Kessler se montre optimiste pour 2021. Sur la sortie de crise avec l'arrivée des vaccins. Même s'il estime que « la sortie de la pandémie se traduira par une poussée inflationniste parce que la politique monétaire qui a été menée est principalement une politique de soutien de la demande ». Le groupe a d'ailleurs réduit la duration de son portefeuille au quatrième trimestre, dégageant au passage des plus-values.

Ensuite, le groupe anticipe la poursuite des hausses tarifaires dans la réassurance, « que nous avions annoncé dès l'été dernier », précise Denis Kessler. Lors du traditionnel renouvellement des primes de janvier, Scor indique une hausse des prix de 15,9% dans l'activité dommages. Enfin, le PDG ne cache pas que les nouvelles règles de solvabilité et les nouvelles normes comptables seront plutôt favorables au groupe.

Au total, Scor proposera un dividende de 1,8 euro, soit environ 350 millions d'euros, un montant supérieur au résultat net. Il ne compense cependant pas tout à fait l'absence de dividende en 2020. Ce dividende n'a pas suffi à rassurer les investisseurs : le titre est plutôt orienté à la baisse, sous la barre des 27 euros, alors que l'actif net par action est de 33 euros à la fin 2020.

« Nous sommes confiants dans la valeur de l'entreprise. Il y a effectivement une décote, tout le secteur est concerné. Et tant que nous ne serons pas sortis de cette pandémie, elle restera présente », a réagi Denis Kessler.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :