Une partie des salariés de Covéa en grève

 |   |  388  mots
La patron de Covéa, Thierry Derez.
La patron de Covéa, Thierry Derez. (Crédits : DR)
Des salariés de la GMF, une des trois mutuelles d'assurance (GMF, Maaf, MMA) regroupées dans Covéa, ont notamment suivi le mot d'ordre de grève lancé par la CGT et FO pour ce mardi. Un nouvel appel à la grève a été lancé pour le 18 mai

Regrouper des mutuelles d'assurance, c'est bien, harmoniser leur statut social, c'est plus difficile. Pour des raisons évidentes de mobilité des salariés, notamment, Thierry Derez, le patron de Covéa (qui regroupe la Maaf, MMA et la GMF) a décidé d'harmoniser le statut social de ces entités, en créant une Union économique et sociale (UES) assortie de conditions communes à l'ensemble des 21.000 salariés du groupe employés en France.

Mais les syndicats CGT et FO, soutenus par la CGC, ne l'entendent pas ainsi. Ils ont obtenu en février l'annulation par la justice de la création de l'UES, au motif que les négociations sociales ont eu lieu après la création de celle-ci. Et ils contestent les accords sociaux actuellement proposés par la direction. Car, alors que promesse a été faite d'accords gagnants pour tout le monde, ou en tous cas sans perdants, les organisations syndicales identifient clairement des salariés susceptibles de voir leurs conditions de travail détériorées. "Leur temps de travail serait potentiellement allongé, avec une annualisation de celui-ci, et des semaines jusqu'à 44 heures, le travail le samedi serait plus fréquent" souligne Françoise Winterhalter, de la CGT.

La CFDT et l'Unsa pourraient signer

D'où un appel à la grève ce mardi de la part de CGT et FO, mouvement soutenu par la CGC. « La grève est particulièrement suivie à la GMF, car il y a vraiment un GMF bashing », explique-t-on au sein de ce dernier syndicat.

« Le nombre de jours RTT pourrait être réduit, et les primes pour travail le samedi de certains cadres seraient diminuées, jusqu'à hauteur de 2000 euros par an. »

Les syndicats ont demandé à être reçus par Thierry Derez, mais celui-ci laisse à Amaury de Hauteclocque, ancien policier patron du RAID, le soin de négocier. « Il a plus l'habitude de discuter avec des preneurs d'otage », dit-on à la CGC.

Devant ce refus, un nouvel appel à la grève a été lancé pour le 18 mai.

En revanche, la CFDT, qui pourrait être rejointe par l'Unsa, ne serait pas loin d'une signature des accords proposés par la direction, ce qui aurait provoqué le mouvement de grève de ce mardi. L'Unsa et la CFDT représentent plus de la moitié des salariés, leur signature suffirait donc à valider un accord.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 10/05/2017 à 15:40 :
Juste une petite précision concernant cet article.
Ce ne sont pas " des salariés susceptibles de voir leurs conditions de travail détériorées", mais bien TOUS les salariés GMF qui vont perdre un certain nombre d'acquis sociaux (jours de RTT, baisse importante du pouvoir d'achat, flexibilité des horaires imposée ...).
Travailler plus pour gagner moins, c'est envisageable pour sauver une entreprise en difficulté, mais nous ne sommes vraiment pas dans ce cas.
a écrit le 09/05/2017 à 19:44 :
Les salariés des assurances sont dans un cocon ce qui n'est pas le cas du client parfois aussi bien reçu que dans une administration des années 60. L'assurance est peu à l'écoute de l'assuré malgré des primes fortes pour des remboursements de plus en plus réduits et plus particulièrement dans l'automobile pour la quelle souvent l'expert est non plus un technicien mais un petit comptable bien loin de l'assuré et à fortiori du garagiste ou carrossier. Les salariés des assurances sont encore une caste des années 70/80 protégés avec des horaires et parfois des avantages qui ne sont plus en phase avec le monde concurrentiel. Il est d'ailleurs impératif que l'assurance soit complétement ouverte à la concurrence européenne. Que le code des assurances un paradoxe puisqu'il échappe à la représentation nationale soit mis à plat et revu avec des représentants des assurés et acteurs économiques.
Réponse de le 10/05/2017 à 16:18 :
Ce "cocon" si confortable devrait être généralisé à tous.
Pourquoi chercher à tirer notre niveau de vie vers le bas ?
Comparons nos salaires avec homologues allemand ou américain, sommes nous des privilégiés ?
Il y a de l'argent en France, il est juste mal réparti.
Si on réparti les 80 milliards d'évasion fiscale annuelle en France, sur les 29 millions d'actifs, on pourrait avoir en moyenne une augmentation de 230€ par mois ...
a écrit le 09/05/2017 à 18:43 :
On les comprends, d'autant que les logiciels pouvant remplacer plusieurs postes se multiplient du coup dans les assurances on ne devrait plus embaucher on devrait virer dans les années à venir.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :