Banque de détail : Barclays se déleste de ses activités en France

Barclays va céder ses activités françaises de banque de détail et d'assurance-vie au fonds d'investissement AnaCap Financial Partners. Au total, 74 agences et un millier de personnes sont concernées par cette décision.

1 mn

Pour redresser ses performances et son cours de Bourse, la banque britannique annonçait en 2015 qu'elle comptait supprimer 30.000 postes en deux ans dans le monde.
Pour redresser ses performances et son cours de Bourse, la banque britannique annonçait en 2015 qu'elle comptait supprimer 30.000 postes en deux ans dans le monde. (Crédits : © Siphiwe Sibeko / Reuters)

Mercredi 27 avril, Barclays a annoncé plusieurs mauvaises nouvelles. Outre l'annonce d'une baisse de 7% de son bénéfice net au premier trimestre, la banque britannique Barclays a indiqué être entrée en négociations exclusives avec le fonds d'investissement britannique AnaCap Financial Partners pour lui vendre ses activités de banque de détail et d'assurance vie en France:

"L'activité française de Barclays dans la banque de détail et la gestion de fortune est attractive, mais ne correspond plus à nos ambitions stratégiques."

L'activité française que le groupe britannique compte céder comprend quelque 74 agences et s'occupe de banque de détail, d'assurance vie et de gestion de fortune. Elle emploie un millier de personnes.

"Une fois cette transaction terminée, cela nous permettra d'aboutir à la fin de nos activités de banque de détail en Europe continentale", précise le groupe.

Barclays conservera deux activités en France

Aucune indication n'a été fournie sur le montant possible de la transaction avec AnaCap Financial Partners, les négociations étant en cours. Néanmoins, Barclays explique qu'il "continuera son activité de services bancaires aux entreprises et de banque d'investissement" dans l'Hexagone.

Pour redresser ses performances et son cours de Bourse, la banque britannique annonçait en 2015 qu'elle comptait supprimer 30.000 postes en deux ans dans le monde, pour faire passer ses effectifs de 132.000 à un peu plus de 100.000 personnes, après avoir supprimé 22.700 postes en trois ans.

1 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 1
à écrit le 27/11/2016 à 0:06
Signaler
on est fin novembre et il ne s'est rien passé

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.