Berlin et Londres d'accord pour travailler sur une taxe bancaire

 |   |  359  mots
La chancelière allemande, qui s'exprimait après des discussions avec son homologue Gordon Brown, s'est dit satisfaite de l'intention affichée par la Grande-Bretagne d'instaurer une taxe bancaire.

L'Allemagne et le Royaume-Uni ont décidé de travailler à une approche coordonnée sur une taxe bancaire dans le cadre de l'Union européenne et d'inciter les principaux pays réunis au sein du G20 à adopter une position commune sur la question, annonce Angela Merkel.

La chancelière allemande, qui s'exprimait après des discussions avec son homologue Gordon Brown, s'est dit satisfaite de l'intention affichée par la Grande-Bretagne d'instaurer une taxe bancaire. "Nous sommes d'accord pour dire que nous voulons une coordination au sein de l'Union européenne de sorte que nous, Européens, puissions, avec les Américains, aller vers une approche globale au sommet du G20", a déclaré Angela Merkel dans un communiqué publié par ses services à l'issue de l'entretien."De cette façon, nous pourrons nous assurer que les banques entrant en crise ne seront pas à l'avenir une charge pour le contribuable et porteront les risques elles-mêmes", a-t-elle ajouté.

Le communiqué souligne que l'idée d'une taxe bancaire est abordée au Royaume-Uni de façon "très constructive comme aux Etats-Unis". L'Allemagne a déjà présenté son propre projet de taxe bancaire qui devrait permettre de lever au moins un milliard d'euros par an. La France soutient cette idée.

Plutôt qu'une taxe sur les banques, certains experts préconisent une taxe sur les transactions financières, sur le modèle de la taxe Tobin. Le Royaume-Uni avait d'abord fait connaître son soutien à cette idée pour ensuite s'orienter vers une taxe de type risque systémique.

Le Fonds monétaire international devrait présenter des propositions visant à faire participer les banques à leur sauvetage lors du G20 des ministres des Finances à Washington en avril. Il faudra aussi résoudre les différends entre pays sur l'affectation des fonds levés. Certains pays, comme la France, souhaitent plutôt qu'ils alimentent les caisses de l'Etat et permettent de réduire les déficits publics, d'autres, comme l'Allemagne préfèrent qu'ils soient affectés à un fonds spécial sur les banques.

Les Etats-Unis ont déjà annoncé une taxe annuelle de 0,15% assise sur le total de bilan de banques.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :