Bank of America a encore souffert au 1er trimestre

La première banque américaine en termes d'actifs, Bank of America, a publié ce vendredi un bénéfice en baisse de 39% sur un an et inférieur aux attentes, continuant à pâtir de l'hypothécaire.
Copyright Reuters

Bank of America a fait état ce vendredi d'un recul inattendu de son bénéfice trimestriel, la hausse des dépenses due au report de saisies ayant pesé sur ses activités de crédits immobiliers. La première banque américaine a accusé une perte de 2,39 milliards de dollars dans cette branche du fait d'une baisse des revenus et d'une hausse des charges.

Les difficultés concernant les saisies au quatrième trimestre 2010 - les emprunteurs accusant les grandes banques de saisir leur logement sans disposer des documents valables - ont été un facteur clef de l'augmentation des coûts au premier trimestre.

Ces résultats du premier trimestre semblent justifier le fait que la Réserve fédérale ait enjoint en mars Bank of America de limiter la hausse de ses dividendes, même si ses concurrents avaient été autorisés à augmenter les leurs.

La banque a toutefois réussi à dégager un bénéfice de 2 milliards de dollars au premier trimestre, ou 17 cents par action, contre 3,2 milliards (28 cents) un an auparavant, soit une chute de 37,5%. Il s'agit toutefois de son premier bénéfice depuis le deuxième trimestre 2010. Elle avait accusé d'importantes pertes dans ses activités immobilières de même que dans les cartes de crédit tout au long du deuxième semestre 2010.

Sa division de courtage Merrill Lynch a affiché une bonne performance par rapport à ses autres activités, avec une forte hausse du chiffre d'affaires et des actifs clients et, dans ses effectifs, une hausse nette du nombre de conseillers financiers de près de 200.

Les résultats de Bank of America sont très liés à la santé financière des consommateurs américains, puisque la banque compte comme client un ménage américain sur deux.

Bank of America, construite via des séries d'acquisitions pendant des décennies, a joué de malchance en rachetant en 2008 la banque spécialisée dans le crédit immobilier Countrywide Financial au moment où la crise financière s'accentuait.

Avec cette acquisition, elle a récupéré davantage de subprimes et autres créances immobilières qui ont conduit à de lourdes pertes. La banque a eu besoin de deux plans de sauvetage pendant la crise financière.

Mercredi, sa concurrente JP Morgan, deuxième banque du pays, a dit avoir accusé des pertes relatives à des crédits immobiliers extraordinairement élevées au premier trimestre. "Malheureusement, ces pertes vont se poursuivre pendant un moment", avait déclaré le directeur général de JP Morgan Jamie Dimon.

Le directeur général de Bank of America Brian Moynihan, arrivé à la tête du groupe bancaire début 2010, essaie d'assainir la banque en réduisant les coûts et en vendant davantage de produits aux épargnants mais il est confronté à une concurrence féroce.

La banque a également annoncé vendredi que Bruce Thomson, directeur de la gestion du risque, prendrait le poste de directeur financier d'ici la fin du deuxième trimestre, en remplacement de Chuck Noski qui deviendra vice-président du groupe.

L'action cédait 0,38% à 13,08 dollars à Wall Street vers 14h13 GMT tandis que le Dow Jones gagnait 0,3%.

En direct dès 8h30 - Une époque formidable

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.