Bank of America en perte en 2010 à cause de lourdes dépréciations

Bank of America a publié un résultat net négatif de 3,6 milliards de dollars (2,66 milliards d'euros) au titre de l'année 2010. Ces mauvaises performances s'expliquent par le passage de lourdes dépréciations d'actifs, à hauteur de 12,4 milliards.
Copyright Reuters

Bank of America est le mauvais élève de la finance américaine cette année. Alors que ses principales concurrentes (JP Morgan Chase, Citigroup, Goldman Sachs, Morgan Stanley et Wells Fargo) ont toutes présenté des bénéfices substantiels, Bank of America a publié ce vendredi un résultat net négatif de 3,6 milliards de dollars (2,66 milliards d'euros) au titre de l'année 2010. Ces mauvaises performances s'expliquent par le passage de lourdes dépréciations d'actifs, à hauteur de 12,4 milliards. La valeur de son activité « card services » avait été dépréciée de 10,4 milliards de dollars au troisième trimestre en anticipation d'une loi limitant les commissions perçues sur le juteux marché des cartes de crédit. Au quatrième trimestre, sa perte s'élèvait à 1,6 milliard. Son produit net bancaire a encore reculé (-8%) au cours de l'exercice écoulé, à 110,2 milliards de dollars.

Frais juridiques

En 2009, la banque avait perdu 2,2 milliards de dollars. En excluant ces charges exceptionnelles, Bank of America aurait dégagé des bénéfices de 10,2 milliards. En outre, la banque, qui a absorbé Merrill Lynch pendant la crise, a passé 2,6 milliards de dollars de charges de frais juridiques sur l'année, alors qu'elle fait face à de nombreux procès dans le cadre de procédures de saisies immobilières douteuses ou de ventes de titres adossés à de l'hypothécaire américain à risque avant la crise.

Revivez la 1ère journée du Transition Forum 2022

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 1
à écrit le 21/01/2011 à 21:57
Signaler
On peut se poser la question de savoir si un résultat négatif n'est pas un signe d'assainissement de Bank of America...perso je le vois comme tel et je pense que c'est un bon signe venant d'une banque américaine,n'en déplaise aux marchés financiers!

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.