Baleine de Londres : un Français et son chef de service inculpés

 |   |  511  mots
Dans le cadre de l'affaire de la baleine de Londres, un tribunal new-yorkais a formellement mis en examen, ce lundi 16 septembre, le Français Julien Grout ainsi que l'Espagnol Javier Martin-Artajo. Ces deux ex-traders de la banque JP Morgan Chase sont accusés d'avoir masqué des pertes de 6 milliards de dollars.
Dans le cadre de l'affaire de la "baleine de Londres", un tribunal new-yorkais a formellement mis en examen, ce lundi 16 septembre, le Français Julien Grout ainsi que l'Espagnol Javier Martin-Artajo. Ces deux ex-traders de la banque JP Morgan Chase sont accusés d'avoir masqué des pertes de 6 milliards de dollars. (Crédits : Reuters)
Deux ex-traders de la banque d'affaires JP Morgan Chase ont été formellement mis en examen par la justice américaine qui les accuse d'avoir dissimulé 6 milliards de dollars de pertes.

Les négociations entre Julien Grout et la justice américaine ont échoué. Dans le cadre de l'affaire de la "baleine de Londres", un tribunal new-yorkais a formellement mis en examen, ce lundi 16 septembre, le Français ainsi que l'Espagnol Javier Martin-Artajo. Ces deux ex-traders de la banque JP Morgan Chase sont accusés d'avoir masqué des pertes de 6 milliards de dollars en 2012.

L'avocat de Julien Grout a jugé cette décision "choquante", dans un communiqué :

La stratégie du gouvernement : laisser Iksil  [le trader français à l'origine d'une perte de trading de 6,2 milliards de dollars, NDLR] échapper à toute responsabilité et inculper M. Grout, traduit la faiblesse du dossier et les pressions politiques (...) visant à engager un procès pénal sur l'affaire de la Baleine de Londres (...)  Il est incroyable que la Baleine de Londres elle-même, Bruno Iksil (...) ait passé un accord avec le gouvernement lui permettant d'échapper à toute poursuite en échange de son témoignage contre son ancien trader assistant junior.

>> Trader : après Kerviel, voici la "baleine de Londres"

L'échec des négociations

Il n'en est donc rien pour Julien Grout et et Javier Martin-Artajo. A la tête d'une unité londonienne, ce dernier est notamment accusé d'avoir fait pression sur Julien Grout, un de ses subordonnés en charge de la préparation des bilans quotidiens du courtage de leur service. La justice américaine lui reproche également d'avoir refusé que les pertes apparaissent dans les documents transmis à la hiérarchie de la première banque américaine.

Les autorités américaines avaient engagé mi-août des poursuites contre ces deux anciens salariés de JP Morgan Chase. Javier Martin-Artajo avait alors été arrêté en Espagne en vertu d'un mandat d'arrêt international. Leur mise en examen formelle révèle l'échec des négociations engagées par Julien  Grout avec les autorités et marque un nouveau pas vers un éventuel procès.

>> Baleine de Londres : un ex-trader de JP Morgan Chase arrêté, un autre négocie

Julien Grout se rendra t-il à son procès aux Etats-Unis ?

Cette décision implique toutefois que les deux hommes comparaissent aux Etats-Unis. Or, Julien Grout se trouve actuellement en France, pays qui n'extrade pas ses ressortissants. "Des discussions sont en cours" sur sa situation, a déclaré son avocat à l'AFP, sans donner plus de précision.

"Une tempête dans un verre d'eau"

Outre ce volet pénal, l'affaire de la "Baleine de Londres" pourrait valoir à JPMorgan au moins 700 millions de dollars d'amende dans le cadre d'un accord à l'amiable avec les autorités.

Le PDG de JPMorgan, Jamie Dimon, avait initialement minimisé cette affaire, la comparant à "une tempête dans un verre d'eau", avant de revoir son discours face à l'énormité des pertes. L'affaire avait fortement terni sa réputation et celle de JPMorgan, qui avait jusque-là plutôt mieux résisté que ses concurrentes américaines à la crise financière.

>> Le dossier "Baleine de Londres" au Sénat américain : "Wall Street joue avec le feu"

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 18/09/2013 à 20:40 :
C'est une tempête dans un verre d'eau, « un banquier est toujours en liberté provisoire. » '' Raymond Poincaré '' Mais ne jamais oublier, si vous voyez un banquier se jeter par la fenêtre, sautez derrière lui : vous pouvez être sûr qu'il y a quelque profit à prendre. » ''Voltaire'' 
a écrit le 18/09/2013 à 16:13 :
Il est intéressant de voir que la justice, bien évidemment impartiale, ne poursuit, parmi ceux qui ne respectent pas la loi, que ceux qui ont font perdre de l'argent à leur employeur. Si on ne respecte pas les lois ou les réglementations, mais qu'on fait gagner de l'argent, alors rien ne se passe. Les gagnants ont toujours raison. ... mais bon je ne comprends sûrement rien à la justice.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :