C'est en France qu'une nouvelle crise bancaire coûterait le plus cher

 |   |  367  mots
Avec Deutsche Bank, c'est Credit Agricole SA qui aurait le plus besoin de capitaux en cas de crise systémique
Avec Deutsche Bank, c'est Credit Agricole SA qui aurait le plus besoin de capitaux en cas de crise systémique (Crédits : Bloomberg)
En Europe, ce sont les banques françaises qui auraient le plus besoin d'être recapitalisées en cas de crise systémique, selon une étude de l'IESEG School of Management

Que se passerait-il en cas de nouvelle baisse crise bancaire "systémique", c'est-à-dire affectant l'ensemble du secteur financier? Quels seraient les pays les plus affectés? Quelles banques auraient le plus besoin d'être recapitalisées? Une étude de l'IESEG School of Management tente de répondre à ces interrogations.

Elle se fonde sur les insuffisances estimées de fonds propres des grandes banques, publiées par le "Volatility Laboratory" de "New York University Stern Business School" et par le "Center for Riks Management of Lausanne".

240 milliards d'euros nécessaires pour les grandes banques françaises, record européen

Les résultats ne sont pas vraiment favorables aux grandes banques françaises. Au total, ce seraient elles qui auraient le plus besoin de capitaux, en cas de crise systémique, définie par une baisse de 40% de la Bourse sur six mois. Les besoins de recapitalisation des grandes banques françaises atteindraient 240 milliards d'euros, soit 11,7% du PIB, calcule l'auteur de l'étude, Eric Dor, directeur des études économiques à l'IESEG. Le pays qui suit immédiatement, c'est... Chypre (11% du PIB), puis  la Grèce (8,35% de la richesse nationale) . La Grande-Bretagne est assez loin derrière (7,9% du PIB) suivie de l'Espagne (5,6%), de l'Italie (5%) et de l'Allemagne (4,5%).

Plus de 82 milliards d'euros de capitaux nécessaires, pour Deutsche Bank et Crédit Agricole

Avec, à elle seule, 82,9 milliards d'euros de besoins de capitaux, Deustche Bank détiendrait le record européen de la recapitalisation nécessaire, afin de respecter les ratios règlementaires de fonds propres.

Mais Crédit Agricole SA le suivrait de près (82,7 milliards) . Et le troisième établissement ne serait autre que BNP Paribas (61,2 milliards), suivi de Societe Generale (51,1 milliards). Natixis aurait besoin de 22,8 milliards.

Une crise impossible à assumer pour l'Etat

C'est bien sûr le degré d'endettement élevé des banques françaises qui explique ces besoins. En tout état ce cause, l'État français aurait toute les peines à assumer de tels besoins. Et "les moyens actuels de l'Union européenne semblent trop réduits en comparaison de la taille des insuffisances potentielles de fonds propres des banques, et donc des coûts pour les recapitaliser, en cas de crise systémique", écrit l'auteur de l'étude.

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 16/10/2013 à 21:11 :
Le gouvernement en taxant tant le capital et les revenus du capital pourrait effectivement creuser la tombe des banques.
Comme l'avait proposé en son temps Eric Cantona, les citoyens pourraient retirer leurs capitaux des banques pour ne payer les impôts et taxes diverses sur les revenus du capital.
Outre le fait que les banques ne pourraient plus se financer, celles-ci ne pourraient plus prêter aux entreprises.
Les rapports de force seraient littéralement inversés. Des citoyens victimes des banques, des entreprises, des gouvernants, les premiers imposeraient leur règle.
Nos dirigeants semblent bien oublier qu'ils ne disposent d'un pouvoir que par délégation.

Attention à ne pas dépasser les frontières de l'acceptable
a écrit le 16/10/2013 à 14:46 :
Le mécanisme jusqu'ici c'était l'emprunt par l'Etat pour refiler la monnaie aux banques en difficultés mais le niveau d'endettement de l'Etat ne permet plus d'emprunter alors??? Mais pourquoi tant de guichets, de succursales sur une place de village banques qui toutes spéculent pour offrir des taux élevés à leurs riches actionnaires! un peu de ménages pourrait ne pas faire de mal.
a écrit le 16/10/2013 à 11:25 :
Pourquoi La Banque Postale ne fais jamais partie d'aucune étude ? Son exposition a une crise systemique est pourtant bien pire que le trio SG, CA et BNP. A croire que les "non Français" ne connaissent pas cette banque...
a écrit le 16/10/2013 à 9:13 :
Cela fait déjà plusieurs années, qu'après la Deutsche Bank on sait le très bien que nos 3 grosses banques françaises sont fragiles. Pas besoin d'une fausse école pour élites foireuses pour savoir cela...

Certaines études ont même montrés que leur taux de fonds propres soit disant dans les normes Bale sont bidonnés comme pas possible...
a écrit le 16/10/2013 à 8:43 :
Cet article et surtout l'étude de l'IESEG sont idiots.
On s'en fout de la capitalisation boursière, ce qui compte ce sont les fonds propres durs (core tier 1), comme le dit Bâle 3. Et sur ça, nos banques s'en sortent bien mieux que les autres (BNPP a été la première à d"passer 9%)
a écrit le 16/10/2013 à 8:33 :
Cet article a pour but de faire peur, à ceux qui seraient tenter par le vote contestataire .
a écrit le 16/10/2013 à 7:56 :
On en a sacrément MARRE d'entendre parler des "malheurs de la finance, des BANQUES " !selon une enquête de l'IPSOS, les 18-35 ans crèvent de grand stress et de solitude!! Le marché, la finance, une gérontocratie sacrifient sa jeunesse! ça , c'est du dramatique et du CONCRET !!! M...DE !!!!!
a écrit le 16/10/2013 à 7:09 :
Il faudrait comparer ces chiffres avec les capitaux propres (cela prend 2 minutes pour trouver les chiffres) et non la capitalisation boursière qui est bien inférieure aux capitaux propres des banques françaises et même de la zone euro (chercher l'erreur !). D'ailleurs, le risque est la raison du durcissement des nouvelles normes bancaires dont les banques US veulent repousser l'application.
CA SA (ce n'est que la filiale mise en bourse, il y a assi les caisses régionales) : 71 G? au er sem. 2013.
BNP Paribas: 95 G? en 2012.
SG : 54 G? en 2012

Cela indique quand même, si les chiffres dans l'article sont corrects que si la SG et aussi le CA semblerait moins résistante que BNP Paribas.
a écrit le 16/10/2013 à 6:39 :
Sur le fond c'est loufoque, sur la forme c'est pathétique.
a écrit le 16/10/2013 à 6:39 :
Une baisse de la bourse de 40% nous avons connu ça lors de la crise précédente non ? Et nous sommes toujours vivant. Cette pseudo étude se fonde sur d'autres études provenant elles-mêmes d'autres études etc...et le paramètre "bourse" paraît bien léger et bien seul pour tirer des conclusions aussi absurdes. Encore un économiste en mal de notoriété qui se penche sur un sujet propre à exciter l'opinion pour essayer de se faire connaître. Pitoyable.
a écrit le 16/10/2013 à 4:57 :
Sauf erreur de ma part l'article nous explique, le risque pour les banques est une chute de 40 pour cent de la bourse mais dans ce cas le pb n'est pas seulement pour les banques mais pour l'économie en général et au niveau mondial,les entreprises mais également l'état, donc le citoyen. dans ce cas le pb est comment financer la soupe populaire. Nous voyons fleurir!!!depuis l'affaire des subprimes les scénarios catastrophes plus faciles à démontrer avec des hypothèses qui frisent le ridicule en sachant que ces même prophètes dans leur majorité non pas vu venir la crise de 2008.Par contre ces oiseaux non pas de mauvaises augures mais simplement de compétences douteuses ne donnent pas des hypothèses intelligentes de sorties de crise. Il est toujours facile de faire des scénarios catastrophes. Sans faire de politique que n'avons nous pas entendu par la compétence des "élites" et des "écoles de l'intelligence!!!! économiques souvenons nous, si M. Hollande était élu le lendemain les taux d'emprunt explosaient, l'Europe serait au bord de l'implosion etc etc la France continue malheureusement à s'endetter, le chômage grimpe encore et encore, la France continue avec sa dépense structurelle insoutenable mais les taux n'ont pas explosé, même si actuellement ils remontent non pas à cause de la crise en France mais du blocage de la dette américaine.
a écrit le 15/10/2013 à 22:09 :
mon seul avis est celui ci la France à contribuer à payer les subprimes donc on continuera à payer les futurs dettes des usa c est simple et rentable pour les plus puissants de ce monde nos banques ne sont plus nos banques depuis longtemps elles sont vendus à des plus riches qui reprendront leur argent si ils en ont besoins voila tout
a écrit le 15/10/2013 à 19:37 :
IESEG school of management. école? tu parles; pompe à fric.
Réponse de le 16/10/2013 à 10:31 :
Avez vous déjà mis les pieds dans cette école ?
Pourquoi le fait qu'elle soit payante en ferait-il une "pompe a fric" ?
un commentaire sans arguments, infondé qui plus est ...
Réponse de le 16/10/2013 à 14:28 :
Dans le dernier classement du Financial Times, l'IÉSEG est classée 24ème mondiale pour son Master en management. Elle a les mêmes accréditations que les meilleurs écoles post prépa de france. Mr Rigolo renseignez vous avant de critiquer sans arguments.
a écrit le 15/10/2013 à 19:12 :
C'est très clair, les malades du troupeau comme Société Générale ses filiales Crédit du Nord Banque Rhône Alpes et Crédit Agricole ses filiales comme LCL seront rapidement emportées par le déluge, les Banques Populaires suivront avec les Caisses d'Epargne
a écrit le 15/10/2013 à 19:02 :
Ceci est la contribution par la peur , sur les nantis , pour qu ils évitent de basculer vers le ......
a écrit le 15/10/2013 à 18:30 :
Bon, quelle que soit l'opinion qu'on ait de l'IESEG, en fait, ils n'ont fait que recopier et "repackager" une étude d'HEC Lausanne. A la limite, accusez-les de plagiat plutôt que de nullité.
Mais à la limite, on s'en moque un peu. Le seul vrai problème, c'est que sur le fond, c'est vrai.
Si vous voulez rentrer dans les détails : http://www.crml.ch/index.php?id=4
Réponse de le 15/10/2013 à 22:42 :
Merci pour le lien ...
a écrit le 15/10/2013 à 17:50 :
Je ne doute pas un seul instant de la qualité et la profondeur d'analyse de vos sources....surement un étudiant en fin de parcours....
Réponse de le 15/10/2013 à 18:26 :
CFRM: (http://www.crml.ch/index.php?id=44) Chart Bloomberg:(http://www.letemps.ch/Page/Uuid/746954a2-1324-11e3-acd6-023421410140/)
a écrit le 15/10/2013 à 17:43 :
Je me demande ce que veut demontrer l'etude (que sur l'Europe? tiens y a pas les USA?)?
Les bq Francaises sont parmis les plus importantes donc elles ont plus de risques mais aussi plus de moyens pour survivre a une crise. De plus il s'agit là que du manque par rapport au montant de fonds propres demandé et non de leur solvabilité qui reste excellente. D'où ma question a quoi sert cette étude?
Réponse de le 15/10/2013 à 18:47 :
D'accord avec vous ça fait combien d'année que "c'est la crise" et combien de vrai banque on fermée? Ah oui c'est ça aucune... Et c'est pareil pour les grandes enseignes.
Réponse de le 15/10/2013 à 19:44 :
Hhmm... les banques ne peuvent PAS faire faillite. L'Avènement de Lehman a montré l'exemple. Ainsi, ce sont les banques centrales, soit, l'argent des états, qui les tient à bout de bras. Dans le même courant de pensée, un état ne peut PLUS faire défaut. Cela est devenu interdit et le fmi a été inventé pour cela. TOUT est prévu, je vous rassure. Et en cas d'imprévu, on noie de dollar, pardon, de dette, et c'est bon. Bon, sauf pour nous, bien sûr.
a écrit le 15/10/2013 à 17:32 :
Les BANQUES et les banquiers n'ont qu'à ALLER SE PENDRE!! c'est clair? !M...DE!
Réponse de le 16/10/2013 à 12:57 :
imbecile..
a écrit le 15/10/2013 à 17:27 :
Ceci n'est que du french bashing orchestré par un organisme anglo-saxon. son analyse est donc nulle et non à venue.
Réponse de le 15/10/2013 à 17:46 :
je suis certain que cet analyste a raison ce sont les banques francaises les plus exposées ..................................... affaire Kerviel et autres ce n'est pas du French Bashing ........................
Réponse de le 15/10/2013 à 18:36 :
IESEG est une école de commerce française, pourquoi feraient-ils du French Bashing?
Réponse de le 21/10/2013 à 15:55 :
Allez sur boursorama, regardez les actionnaires des grandes entreprise (AXA, TOTAL, BNP, SG...) vous verrez qu'elles sont toutes actionnaires les unes aux autres. Si l'une tombe, tout le reste tombe. agrandissez ce raisonnement à l'échelle internationales et vous comprendrez que les petits ratés de S qui ont fini a L'IESEG n'ont pas forcément tort.
a écrit le 15/10/2013 à 17:20 :
New from USA, That's normal
a écrit le 15/10/2013 à 17:14 :
Quand on connaît le niveau désespérant de cette école, on ne s'étonne plus de voir publier de telle inepties.
Réponse de le 16/10/2013 à 10:28 :
Niveau désespérant ? La première école de commerce post bac, la 7ème école de commerce française, et la 24ème école de commerce mondiale ...
Il y a plus désespérant !
Sur quoi se base votre analyse ?
Réponse de le 16/10/2013 à 12:59 :
@Coco
Parce qu'on est en France et les écoles à prépa intégrées ne sont pas aussi reconnu que les HEC et autres. L'IESEG n'a pas en core un réseau développé d'anciens élèves avec des fonctions de hauts cadres dirigeants.
Réponse de le 16/10/2013 à 13:44 :
Nous sommes d'accord, l'IESEG n'est pas reconnu par les entreprises comme les écoles après prépa en tête des classements. Cela évolue et s'améliore chaque année.
Le niveau est loin d'y être désespérant donc, je dirais même plutôt prometteur.
a écrit le 15/10/2013 à 17:01 :
Ces banques n'ont qu'à rapatrier leurs avoirs planqués dans les paradis fiscaux. Voilà, bonne soirée.
a écrit le 15/10/2013 à 16:41 :
"Seuls les petits secrets ont besoin d'être soigneusement gardés aux yeux du grand public. Les plus grands complots n'ont pas besoin: ils sont protégés par l'incrédulité de tous ceux qui en sont les victimes"...
Réponse de le 15/10/2013 à 17:08 :
Oui, cela ne peut être que l'explication !! « La force de ceux qui gouvernent n?est réellement que la faiblesse de ceux qui se laissent gouverner. » de Paul Raynal
Réponse de le 15/10/2013 à 17:10 :
@voltR: Magnifique et tellement vrai ! ;-)
Réponse de le 15/10/2013 à 18:44 :
ou, plus ancien "Cessez de consentir à votre servitude, et vous voilà libres !" La Boétie
a écrit le 15/10/2013 à 16:38 :
A mourir de rire....et ça fait combien de temps que certains le disent ??? Et ça fait combien de temps que les lobbys financiers disent le contraire ?
a écrit le 15/10/2013 à 16:10 :
217,8 Milliards pour être dans les clous de solvabilité sans compter la Deusch,cela n'est qu'une mise en jambe,quand on va réellement agrégé le hors bilan de chacune on va trouver des bricoles.
a écrit le 15/10/2013 à 16:04 :
Bien sur, comme d'habitude, un peu de "frenchbashing" ne peut faire que du bien,mais qui croit encore ces manipulations constantes ?
Réponse de le 15/10/2013 à 18:34 :
Et avant de balancer tes anathèmes, ca te dirait de regarder 5 minutes si ca semble crédible ou pas, sur le fond ?
Maintenant si tu crois aveuglément ce que te racontent les hollande, mosco, sarko, largarde et compagnie, tant mieux pour toi. J'espère que tu n'auras jamais à prendre la pillule rouge...
Réponse de le 16/10/2013 à 13:00 :
@Maduf
L'IESEG est une école française basée à Lille et à la Défense. Donc le frenshbashing....
a écrit le 15/10/2013 à 15:47 :
Au sein de la zone euro, ce sont les plus grosses banques qui auront les besoins de financement les plus importants ! L'étude a du être très complexe. Au passage on se demande ce que fait la GB dans a zone euro. Mais l'article ne dit sûrement pas tout ?
Réponse de le 15/10/2013 à 17:07 :
Personne ne parle de la zone euro, mais de l'Europe, la GB est en Europe. La France bat encore tous les records; record européen d'exposition aux risques bancaires, record de défaillance d'entreprise en aôut, en pleine période de reprise, record battu de la dernière crise en 2009! Record des radiations à pôle emploi en mois d'août, record battu de 1993 du dernier rebond vigoreux de l'économie française...
Réponse de le 15/10/2013 à 17:07 :
on ne parle pas dans cet article de la zone euro...
Au fait, il faut se rappeler que les principales banques mentionnées feraient partie du club très fermé des "primary dealers" auprès de la FED qui traite...en dollar US! (DB, BNP, SocGen, etc)
faites une recherche également sur l'ISDA; ça aide à mieux comprendre.
Réponse de le 15/10/2013 à 17:21 :
On parle de l'union européenne, pas de l'union monétaire dont la GB ne fait évidemment pas partie.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :