Brexit : Londres pourrait « perdre son titre de capitale mondiale de la Fintech »

Le patron de l’emblématique startup de la finance TransferWise ne créerait pas sa startup dans la capitale britannique si c’était à refaire, du fait de la perte attendue du « passeport européen » des services financiers.
Delphine Cuny

2 mn

Estonien d'origine et employé de la première heure de Skype, Taavet Hinrikus a cofondé TransferWise à Londres. Il choisirait une autre ville européenne aujourd'hui.
Estonien d'origine et employé de la première heure de Skype, Taavet Hinrikus a cofondé TransferWise à Londres. Il choisirait une autre ville européenne aujourd'hui. (Crédits : DR)

C'est la grande réussite britannique dans les startups de la finance (Fintech) : TransferWise, une plateforme de virements internationaux à prix cassés, fondée par deux Estoniens, dont un ancien employé de la première heure de Skype. Une des toutes premières « licornes » made in London, ces entreprises non cotées en Bourse et déjà valorisées plus d'un milliard de dollars.

Invité à la grande conférence International Fintech organisée par le gouvernement britannique ce mercredi, aux côtés du Chancelier de l'Echiquier Philip Hammond et du gouverneur de la Banque d'Angleterre Mark Carney qui se réjouissaient de la place incontournable de la capitale dans ce secteur en plein essor, le cofondateur et directeur général de TransferWise, Taavet Hinrikus, a mis les pieds dans le plat :

« Si je devais créer TransferWise aujourd'hui, je ne choisirais sans doute pas Londres, a-t-il déclaré. Il y a beaucoup d'incertitude et l'incertitude n'est pas bonne pour le business. Donc pour démarrer une société de Fintech, Londres n'est plus le meilleur endroit. »

Alors qu'à l'époque ce choix était « une évidence ». En six ans, son entreprise a grandi d'une poignée d'employés à plus de 650, dont une centaine dans le quartier branché de Shoreditch, dans l'est londonien.

Le "passeport européen" sur la sellette

L'entrepreneur, qui n'envisage pas de délocaliser son siège pour l'instant, est sans illusion :

« Nous savons que le passeport européen des services financiers [le droit de proposer dans toute l'Europe ses produits en étant agréé par le seul régulateur du pays d'origine, ndlr] ne fonctionnera plus, donc la bonne chose à faire est d'envisager de s'implanter à Amsterdam ou Berlin ou toute autre ville européenne ».

Taavet Hinrikus a mis en garde sur le risque plus général pour la place :

« Toutes les villes, de Paris, Berlin, à Madrid, en passant par New York, Singapour, Séoul et Sidney, parlent de la façon dont elles vont rafler à Londres le titre de capitale mondiale de la Fintech. Après le Brexit, peut-être que Londres va céder son titre. »

Statista étude KPGM Fintech

Crédits : Statista.

Il a enjoint le gouvernement britannique de prendre les mesures nécessaires pour que les jeunes entreprises dynamiques du secteur puissent continuer à recruter les talents, y compris étrangers. Message entendu par le ministre des Finances :

« Nous devons continuer à attirer les plus brillants et les meilleurs du monde entier sur nos rives - et nous le ferons », a assuré Philip Hammond devant un parterre d'entrepreneurs et d'investisseurs.

Delphine Cuny

2 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 17
à écrit le 14/04/2017 à 13:23
Signaler
Je suis pour, en tant que gaulliste, la souveraineté nationale : je suis donc pour le FREXIT

à écrit le 13/04/2017 à 22:17
Signaler
Vous avez toujours une très haute estime de vos propres réflexions ! cette suffisance est elle aussi fatigante...

à écrit le 13/04/2017 à 14:27
Signaler
À Jason 13 Il y a déjà près de 60 ans mon instituteur disait :" L'orthographe est la science des ânes". Pour une ou deux fautes d'orthographe ,il n'y a pas de quoi fouetter un chat.... Donc un peu d'indulgence s'il vous plaît car les arguments...

à écrit le 13/04/2017 à 13:59
Signaler
A propos de FinTech, à lire absolument le livre "La Business blockchain - Pratiques et applications professionnelles". L'auteur y explique l'apport des FinTech aux transactions monétaires, avant même l'avènement des blockchains.

à écrit le 13/04/2017 à 13:06
Signaler
Si vous êtes retraités , votez François Fillon, en effet votre retraite sera financée en poussant les actifs à travailler plus et plus longtemps que vous, en supprimant 500 000 postes de fonctionnaires. Fillon vous comprend et est bien placé pour sav...

le 13/04/2017 à 13:40
Signaler
@johnmckagan: fais déjà tes 42 ans et tu verras si tu travailles plus. Je te signale en outre que ceux rémunérés par l'argent public ne sont pas les retraités qui ont payé leurs cotisations, mais les gens qui bénéficient des allocations diverses et v...

à écrit le 13/04/2017 à 11:36
Signaler
Et ma tante pourrait devenir mon oncle, mais encore faudrait-il...quoi que de nos jours ! Ce que je veux dire, c'est qu'on voit de plus en plus d'artciles de presse fiction, fondé sur des fantasmes plus fous les uns que les autres :-)

à écrit le 13/04/2017 à 11:35
Signaler
Mêmes causes, mêmes effets au carré. Avec leur Frexit, les populistes Mélenchon et Le Pen au pouvoir feraient fuir les startupers français (et pas qu'eux) sous d'autres cieux ! Remarquez c'est pas grave, on n'a presque pas de chômage en France !

à écrit le 13/04/2017 à 10:56
Signaler
Le passeport délivré par cette zone administrative qu'est l'UE de Bruxelles va bientôt disparaitre par le retour des frontières intérieures de l'Europe, ce n'est, en fait, qu'une raison temporaire!

le 13/04/2017 à 15:39
Signaler
@citoyen blasé: "se débarrasser du fléaux financier" - ce n'est pas un fond à discuter, c'est de la démagogie pure, et encore, votre amour du prochain permanent est tuant.

à écrit le 13/04/2017 à 9:53
Signaler
"Brexit : Londres pourrait « perdre son titre de capitale mondiale de la Fintech »" Ils n'en espéraient pas temps et j’espère avec eux que cela se produira mais c'est très difficile de se débarrasser du fléaux financier vous savez, c'est loin d'ê...

le 13/04/2017 à 11:39
Signaler
Et vous monsieur, combien d'emplois avez-vous créés ?

le 13/04/2017 à 12:22
Signaler
L'emploi n'est pas le sujet de l'article ni de mon commentaire, vous me répondez sans arrêt cette stupidité permanente qui prouve que vous n'avez aucun argument à m'opposer vous êtes donc seulement là pour essayer de m'empêcher d'écrire ce que je veu...

le 13/04/2017 à 12:42
Signaler
"ils n'en espéraient pas tant" "quant à ses priorités" Le respect de l'orthographe est une forme de politesse.

le 13/04/2017 à 13:16
Signaler
jason13: ya ceux qui n'ont que ça à faire, qui passent leurs journées à trainer sur internet qui trop gâtés s'ennuient à mourir et ceux qui sont d'abord intéressés par le fond, par ce qui est concret, par les idées et qui n'ont pas forcément le temps...

le 13/04/2017 à 22:25
Signaler
@ Citoyen blasé + 1000 à vos trois commentaires ou réponses

à écrit le 13/04/2017 à 9:26
Signaler
Si Londres garde sa position actuelle, c'est que les négociateurs européens auront été vraiment mauvais! Les anglais ont su maximiser les avantages nés de leur situation particulière (qu'ils ont su faire perdurer avec habileté): ni dedans ni dehors...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.