Coach en gestion de patrimoine, le nouveau créneau des banques françaises

 |   |  1140  mots
Le Crédit Agricole a développé l'application Trajectoires Patrimoine et ambitionne de dresse un bilan patrimonial pour 14 millions de ses clients d'ici trois ans.
Le Crédit Agricole a développé l'application "Trajectoires Patrimoine" et ambitionne de dresse un bilan patrimonial pour 14 millions de ses clients d'ici trois ans. (Crédits : Crédit Agricole)
Deux banques françaises, BPCE et le Crédit Agricole, ont dévoilé cette semaine de nouveaux outils de gestion de patrimoine. La première vise une clientèle disposant d’un patrimoine d’au moins un million d’euros, la seconde propose de dresser un bilan patrimonial à tous les particuliers.

Choyer une clientèle qui rapporte et potentiellement plus fidèle : les établissements financiers sont de plus en plus nombreux à développer de nouveaux outils permettant à leurs clients de mieux gérer leur patrimoine. En avril dernier, le groupe d'assurance et de gestion de patrimoine Swiss Life injectait 10 millions d'euros dans l'application LaFinBox, qui propose aux clients de l'établissement helvétique d'agréger l'ensemble de leurs avoirs détenus auprès d'établissements financiers. Cette semaine, deux banques françaises ont dévoilé de nouvelles offres dans ce domaine.

BPCE veut doper son fonds de commerce de banque privée

Lundi 14 janvier, BPCE a dévoilé MoneyPitch. Disponible sous la forme d'une application mobile iOS et Android et d'un service web, le nouvel outil s'adresse aux clients banque privée des Banques Populaires et des Caisses d'Epargne, c'est-à-dire les entrepreneurs et les familles disposant d'un patrimoine d'au moins un million d'euros, soit un total de 60.000 clients potentiels.

MoneyPitch

L'appli, embarquant un agrégateur, permet au client de visualiser l'ensemble de ses comptes (comptes courants, épargne réglementée, comptes titres, portefeuille de valeurs mobilières, PEA, assurance vie, épargne salariale, épargne retraite) auprès des différents établissements financiers. MoneyPitch envoie des notifications et des alertes sur la variation d'un cours par exemple, mesure le niveau de risque et de performance. Une messagerie donne la possibilité d'échanger directement avec son banquier privé, de mettre à disposition de nouvelles informations et d'en recevoir.

« MoneyPitch a été développée par Harvest, un éditeur de logiciels avec qui nous travaillons depuis plus de 20 ans. Cette nouvelle solution s'inscrit dans un écosystème d'outils », nous explique Didier Orens, directeur de la gestion privée des Caisses d'Epargne. « En miroir de MoneyPitch, nos banquiers privés utilisent l'outil O2S, développé en collaboration avec Harvest. Il permet de suivre et de conseiller le client et sa famille en matière d'investissements financiers. MoneyPitch communiquera aussi avec Scan Patrimoine, un logiciel d'étude patrimoniale ».

Les Caisses d'Epargne comptent s'appuyer sur MoneyPitch pour séduire de nouveaux clients.

« Nous avons la volonté d'accélérer fortement notre croissance et d'augmenter notre fonds de commerce de clients banque privée de 10% par an », confie Didier Orens.

Cible grand public pour le Crédit Agricole

Première banque des particuliers en France avec plus de 21 millions de clients, le Crédit Agricole a adopté une toute autre approche avec "Trajectoires Patrimoine". Cette nouvelle offre dévoilée ce mercredi 16 janvier, présentée comme « l'accès au conseil patrimonial, dès le 1er euro »,  se distingue d'abord par la cible convoitée : ce sont tous les clients particuliers ou presque.

« Deux tiers des clients des caisses régionales sont concernés. Cela représente environ 14 millions de personnes, que nous voulons toucher d'ici trois ans », nous indique Karine Bourguignon, directrice des parcours clients du Crédit Agricole.

Outre la clientèle banque privée disposant déjà d'un accompagnement spécifique, les clients dits "fragiles" financièrement et les mineurs sont exclus de ce dispositif.

Autre spécificité : cet outil numérique a été développé pour que le client l'utilise en agence avec l'aide d'un conseiller et non pas seul sur son canapé. « Le conseil s'effectue à partir de la tablette que le client manipule. Le conseiller, lui, fait figure de coach en apportant son expertise et sa pédagogie. L'application permet de faire un bilan de son patrimoine mobilier et immobilier et de préparer ses projets futurs. Elle embarque un certain nombre d'outils de simulation et calculateurs. Le client peut ainsi connaître la valeur de son bien immobilier acheté il y a cinq ans. D'autres outils permettent d'analyser comment le patrimoine peut évoluer », commente Karine Bourguignon. « Le client devient actif. Nous lui permettons d'avoir tous les choix », ajoute-t-elle. Il reçoit une synthèse « gratuite et personnalisée » à l'issue de cet entretien, lui proposant différentes solutions.

D'ici au mois de mars, ce dispositif en agence sera complété par un outil en ligne que le client pourra utiliser seul. « Le dispositif sera adapté pour une utilisation en totale autonomie. Le client pourra avoir une vision globale de son patrimoine mais aussi avoir des éléments d'analyse. Par exemple, s'il souhaite devenir propriétaire, il pourra connaître sa capacité d'emprunt et découvrir à quel type de bien immobilier il peut prétendre selon la localisation désirée », détaille Karine Bourguignon.

Produit développé en interne

Le logiciel a été développé en interne (pour un coût resté confidentiel), sur une période de 18 mois, et 70 collaborateurs y ont participé, dont 40 via une approche agile. « Toutes les compétences nécessaires du groupe ont été réunies au sein de notre Digital Lab de Lille », précise Karine Bourguignon. La conception s'est faite en collaboration avec 90 clients, qui ont partagé leurs impressions.

Les 39 caisses régionales proposent dès aujourd'hui cette nouvelle offre de conseil en agence. Pour ce faire, 10.000 conseillers ont suivi une formation et 25.000 autres en bénéficieront d'ici à la fin du premier trimestre. Cette formation d'une journée porte sur l'utilisation de l'appli et la nouvelle approche de conseil. Un second volet de formation est prévu sur plusieurs années afin de faire monter en compétence les conseillers bancaires, qui seront amenés à vendre plus de produits financiers et autrement. Le Crédit Agricole assure vouloir avant tout fidéliser ses clients dans un univers qui devient de plus en plus concurrentiel.

La startup Grisbee sollicitée par les banques

BPCE et le Crédit Agricole ne sont pas les seules banques à vouloir mettre l'accent sur le coaching financier pour doper leurs activités commerciales. En novembre dernier, Société Générale Private Banking a lancé Synoé, une interface en ligne qui permet à ses clients les plus aisés d'avoir une vue complète de leurs avoirs et de recevoir des recommandations personnalisées grâce à des algorithmes d'apprentissage automatique. Une offre qui s'apparente davantage à l'application MoneyPitch qu'à la démarche du Crédit Agricole. En 2017, BNP Paribas Asset Management a, quant à elle, racheté la startup belge Gambit Financial Solutions éditrice d'un robot conseiller qu'elle entend intégrer à son offre.

De son côté, la jeune pousse tricolore Grisbee, pionnière dans la démocratisation de la gestion de patrimoine a choisi de s'orienter vers une piste B2B2C. « Plusieurs partenariats avec des établissements bancaires et des assureurs devraient être annoncés dans les mois à venir», nous confie Maxime Camus, cofondateur et directeur général de l'entreprise. Créée il y a plus de deux ans, la startup, soutenue par Crédit Mutuel Arkéa, a développé une application mobile dotée d'une architecture ouverte et une activité de conseil en gestion de patrimoine. Elle revendique aujourd'hui plus de 160.000 utilisateurs.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 20/01/2019 à 22:53 :
https://www.linkedin.com/pulse/le-bac-%C3%A0-sable-des-robo-advisors-et-autres-fran%C3%A7ais-fourni%C3%A9-taillant
a écrit le 17/01/2019 à 10:00 :
Le coach Credit Agricole se présente comme « l'accès au conseil patrimonial, dès le 1er euro ». Ça tombe bien, il ne me reste que 1 euro sur mon compte.
a écrit le 17/01/2019 à 9:43 :
J’ai utilisé cette application avec un conseiller. Je n’y connaissais rien en gestion de patrimoine. J’ai tout de suite tout compris .
Si même moi je comprends, c’est que tout le monde y arrivera.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :