Face aux néobanques, Crédit Agricole repositionne BforBank, sa banque en ligne

 |   |  776  mots
La banque en ligne du Crédit Agricole BforBank promet de proposer (enfin) du paiement mobile en 2019, de nouveaux services « relationnels » dans son application mobile et des services « à haute valeur ajoutée »  l'an prochain.
La banque en ligne du Crédit Agricole BforBank promet de proposer (enfin) du paiement mobile en 2019, de nouveaux services « relationnels » dans son application mobile et des services « à haute valeur ajoutée » l'an prochain. (Crédits : BforBank)
Lancée il y a près de dix ans sur un créneau haut de gamme, la filiale 100% numérique de la Banque verte, qui ne compte que 215.000 clients, espère élargir sa base avec une offre de cartes bancaires plus accessible. Dans un contexte plus concurrentiel, il lui faut se réinventer sans cannibaliser l'activité des caisses régionales, son actionnaire principal.

A l'heure où les néobanques effectuent une vraie percée sur le marché français, avec 4,4 millions de clients à fin 2017, le Crédit Agricole repositionne sa banque en ligne BforBank. Lancée il y a près de dix ans, en 2009, dans un paysage concurrentiel où les ex-courtiers en ligne comme Fimatex devenu Boursorama, peinaient à séduire les Français, encore frileux dans l'usage du numérique avec leur banque, BforBank s'était différenciée en se plaçant sur un créneau haut de gamme, proche de la banque privée, axée sur l'épargne. Sommée de se réinventer du fait des nouveaux standards imposés par les startups de la Fintech comme Revolut ou N26, et des nouvelles attentes des consommateurs, la discrète banque en ligne conservera ce positionnement mais en élargissant son offre de banque au quotidien, notamment de cartes bancaires.

« Face à l'élargissement de la clientèle attirée par le modèle des banques en ligne, BforBank reste fidèle à son ADN Premium d'origine » insiste Bruno Carles, le directeur général de la filiale du groupe Crédit Agricole, dans une présentation de la nouvelle signature publicitaire de la marque « la banque selon moi. »

Soulignant l'exigence de sa clientèle essentiellement « CSP+ et urbaine », il promet plus de réactivité et d'accompagnement des clients. L'objectif est de devenir « la banque en ligne de référence de la clientèle premium » fait valoir la directrice de la communication, Julia Poublan. Une campagne TV, radio et presse est lancée à partir du 4 novembre.

Si elle va proposer la carte Visa Infinite à tous les clients, y compris les nouveaux (à 200 euros par an), avec une conciergerie dédiée, elle va surtout chercher de l'ordre côté du spectre une clientèle plus regardante sur ses dépenses en proposant désormais la carte Visa Classic, à débit immédiat, gratuite sous réserve de trois opérations par trimestre (elle est également gratuite chez Boursorama et Hello bank ! de BNP Paribas). S'il n'y a pas d'obligation de domiciliation des revenus, il y a bien un minimum de revenus (1.200 euros nets mensuels pour la carte Classic).

Élargir sa base de clients et générer plus de revenus

Dans ce contexte plus concurrentiel, BforBank espère surtout élargir sa base de clientèle. Elle revendique 215.000 clients à fin octobre 2018, dont 40.000 entrées en relation en 2018, ce qui la place très loin du leader Boursorama (plus de 1,5 million) et d'ING Direct (400.000 comptes courants et et un million de clients livrets compris), derrière également Fortuneo (Crédit Mutuel Arkéa), Monabanq (Crédit Mutuel CM11). Les néobanques la rattrapent, à l'image de Revolut (375.000 clients revendiqués en France) et N26 (plus de 200.000). BforBank promet de proposer (enfin) du paiement mobile en 2019, de nouveaux services « relationnels » dans son appli et des services « à haute valeur ajoutée » (sans préciser) l'an prochain. Elle a lancé une application de gestion des finances personnelles à part, Mes Banques, qui intègre un agrégateur de comptes (celui de la startup Linxo en marque blanche).

L'an dernier, d'après les comptes publiés au Bulletin des annonces légales obligatoires, BforBank, qui emploie 250 personnes, a généré un produit net bancaire très modeste de 34 millions d'euros, en repli de 7%, et une perte nette de 20,19 millions d'euros (après celle de 17,3 millions en 2016). L'entreprise, détenue à 85% par les Caisses régionales (via Sacam Avenir) et 15% par Crédit Agricole S.A. (l'entité cotée en Bourse), a été renflouée à hauteur de 54 millions d'euros en décembre 2017. Une augmentation de capital de 120 millions d'euros, en plusieurs tranches, a été actée pour remettre à flots la banque en ligne, malgré quelques grincements de dents du côté des caisses régionales.

Première banque des particuliers en France avec plus de 21 millions de clients, le Crédit Agricole a toujours semblé craindre de cannibaliser son activité avec sa banque en ligne, la cantonnant à ce positionnement premium complémentaire. Le syndicat national de l'entreprise Crédit Agricole (Sneca), affilié CFE-CGC, s'en était d'ailleurs fait l'écho l'an dernier au moment de l'annonce de la recapitalisation, à laquelle il était opposé. A quoi sert un acteur de niche s'il n'est pas rentable, à l'heure où son autre filiale, le réseau LCL, s'affirme déjà sur son créneau des actifs urbains ?

Preuve des tâtonnements des grands acteurs du secteur dans leur approche de la banque en ligne, son concurrent BPCE (Banques Populaires Caisses d'Epargne) a finalement renoncé à lancer en France la néobanque allemande Fidor, qu'il cherche désormais à vendre, faute de complémentarités.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 31/10/2018 à 17:52 :
Ayant été très déçu par le crédit agricole à présent j'ai choisi une banque en ligne
Au crédit agricole j'étais souvent victime de piratages sur mon compte et j'ai été aussi cette année victime d'un chèque fraduleux aujourd'hui le crédit agricole me demande le remboursement de ce chèque car évidemment pour ce genre de fraude le crédit agricole n'a pas d'assurance et donc je suis contrainte à les rembourser de plus leur service de recouvrement me demander un remboursement important + de 800.Oo par mois mais grâce à la banque de France je rembourserai bcp moins par mois suivant vmon revenu mensuel
Je ne recommande pas cette agence du crédit agricole 😈👿👹👹
Réponse de le 01/11/2018 à 8:20 :
En effet le ca ne garantie pas les cheques que tu fais à des personnes X lorsque c est le client qui fait n importe quoi avec son chequier....j ai envie de te dire qu aucunes banques ne le fais....essaye au moins d expliquer clairement la betise que tu as fais au lieu de denigrer sans raison.
Réponse de le 01/11/2018 à 8:20 :
En effet le ca ne garantie pas les cheques que tu fais à des personnes X lorsque c est le client qui fait n importe quoi avec son chequier....j ai envie de te dire qu aucunes banques ne le fais....essaye au moins d expliquer clairement la betise que tu as fais au lieu de denigrer sans raison.
Réponse de le 01/11/2018 à 9:30 :
Tu n'es pas sur un site d'association de consommateurs ... tu remets un chèque factice et tu crois que la banque doit te le payer ? Bonne idée je m'empresse d'aller déposer tous mes billets de monoply ! N'importe quoi
Réponse de le 02/11/2018 à 22:46 :
Quelle banque en ligne te payes pour cracher sur un concurrent ? Dans les conditions générales tu comprendras que tout es garantis comme une banque historique
a écrit le 31/10/2018 à 13:08 :
La spoliation de ses précédents actionnaires, les paysans, lui permet désormais toutes les fantaisies
Réponse de le 01/11/2018 à 9:27 :
Ne dis pas n'importe quoi ! Qui s'est construit un empire foncier à coup de taux bonifiés, de prêts généreux ? Les mêmes pauvres paysans ... certes retraite mini mais capital foncier maxi ...
Dans les annees 80 l'effet ciseaux taux bonifiés / inflation a fait le bonheur du monde paysan !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :