Crédit Mutuel : les salariés d'Arkéa déterminés à divorcer

 |   |  377  mots
Les salariés d'Arkéa, lors de la manifestation du 17 mai.
Les salariés d'Arkéa, lors de la manifestation du 17 mai. (Crédits : Sipa)
Le collectif de salariés du Crédit mutuel Arkéa (CMA), favorables à une scission entre leur groupe et la Confédération nationale du Crédit mutuel (CNCM), a dénoncé vendredi de "nouvelles manipulations" de l'organe central, rappelant la détermination des salariés à obtenir l'indépendance.

Le collectif Indépendance pour Arkéa dénonce dans un communiqué "les nouvelles manipulations" de la CNCM et rappelle "que les 6.000 salariés présents le 17 mai à Bercy sont déterminés à conserver l'indépendance de leur groupe, leurs emplois et le maintien des centres de décision sur leurs territoires". Des milliers de banquiers en tenue rouge, pour l'essentiel Bretons, s'étaient rassemblés en mai devant le ministère de l'Économie et des Finances pour soutenir le CMA dans son projet d'indépendance.

Le groupe bancaire, dont le siège se situe près de Brest, réunit entre ses fédérations Bretagne, Sud-Ouest, Massif Central et ses filiales (Fortuneo, Suravenir, Financo, Monex...) quelque 10.000 salariés. "Les multiples manœuvres et manipulations, observées en cette rentrée, de la part des dirigeants de la CNCM indiquent qu'ils méprisent cette forte mobilisation", poursuit le collectif.

L'envoi de messages sponsorisés

Il dénonce notamment l'existence de l'association "Restons mutualistes" pilotée depuis la CNCM et présidée par l'ancienne ministre Marylise Lebranchu, déplorant notamment l'envoi aux salariés d'Arkéa de messages sponsorisés via le réseau Linkedin. Le collectif dénonce aussi "une intersyndicale, cornaquée par la CNCM, agitant des peurs en cas d'indépendance", ainsi que des "pressions exercées sur les salariés du Crédit mutuel Sud-Ouest".

La CFDT a souhaité réagir. "On a été surpris et désolés de voir le collectif mettre en cause l'intégrité des instances du personnel et de l'ensemble des organisations syndicales représentatives" dans un courriel adressé ce jour à l'ensemble des salariés, a indiqué à l'AFP dans la soirée un représentant du syndicat du CMA, accusant le collectif d'être "dirigé par la direction d'Arkéa".

Après des années de conflit ouvert, le CMA a annoncé en janvier avoir engagé une procédure de désaffiliation du groupe Crédit Mutuel, chapeauté par la CNCM. Ce projet de scission a recueilli un large assentiment des caisses locales du CMA en mars-avril lors d'un "vote d'orientation". Une nouvelle consultation de ces mêmes caisses locales sur le projet de scission est prévue d'ici la fin de l'année.

(avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 24/09/2018 à 17:14 :
L'indépendance c'est la résistance, bravo à vous.
a écrit le 24/09/2018 à 13:46 :
Tout a fait d'accord avec Soukenn.
Je suis salarié Arkea depuis 10 ans. Avec mes collègues, on avait des demandes non satisfaites de moyens supplémentaires pour qu'on puisse faire notre job, alors on est allé à la manif, parce que c'est comme ça qu'on obtient le soutien des hiérarchies. A vous de voir si vous appelez ça de la pression.
Non je ne suis pas inféodé, ou syndiqué ou marié à un strasbourgeois ou je sais pas quoi d'autre.
Moi cette séparation, je n'en veux pas, et la communication de la Direction Générale, je la trouve insultante, mais à la fin du mois, faut que je remplisse le frigo, donc je me tais, comme beaucoup. Attendons le rapport Syndex et ses conclusions le 17/10.
a écrit le 24/09/2018 à 12:13 :
Un peu de respect pour la Bretagne et les Bretons, s'il vous plaît messieurs-dames du "collectif", et un peu d'honnêteté intellectuelle, si ce n'est trop demander :
1 - on peut être Breton et ne pas souscrire au principe de la sécession de Arkéa ;
2 - on peut être né à Quimper et avoir dissous sa "bretonnitude" dans une parfaite assimilation énarco-parisienne ;
3 - on peut être Breton et ne pas apprécier l'usage qui est fait de la fibre régionaliste dans cette affaire, un usage malsain qui sollicite davantage la dimension primaire de l'esprit de clocher que l'intelligence des Bretons, et qui, de ce fait, dégage une désagréable odeur de mépris à l’égard des Bretons authentiques ;
4 - parce qu'on est Breton, on peut refuser d'apparaître naïf et dénoncer le faux nez qu'est ce collectif majoritairement constitué de salariés de la SA Arkéa SCD, parasite du mutualisme ;
5 - parce qu'on est Breton, on peut refuser d'être dupe et de se laisser manipuler par la communication d'Arkéa, conduite par la même grande prêtresse de la discipline qui a si talentueusement accompagné François Fillon dans le décor ;
5 - la Confédération Nationale du Crédit Mutuel n'est pas, par nature, l'adversaire des dirigeants d'Arkéa : l'article L-512-56 du Code Monétaire et Financier (issu de l'Ordonnance du 16 octobre 1948) en fait la gardienne du temple Crédit Mutuel depuis 70 ans, avec les devoirs qui s'attachent à cette fonction ;
6 - Madame Lebranchu ne se pose en aucun cas en arbitre : elle affiche sa position en toute transparence ;
7 - son association s'inscrit dans une dimension nationale et non locale ; dès lors, le choix de la domicilier près de la CNCM apparaît parfaitement cohérent et constitue une garantie de visibilité et de crédit pour celle-ci.
Bien à vous.
a écrit le 23/09/2018 à 21:00 :
Je suis au crédit mutuel depuis de nombreuses années’ c’est une banque proche du peuple et de ces besoins, c’est une sorte de mutuel mutualiste que j’apprecie, si aujourd’hui elle veut ressemble à une autre banque .....adieu la banque que je connais, ce sera donc les gros actionnaires qui la dirigerons à leurs profits ce que je refuse... déjà que les intérêts bancaires d’état ne ressemble plus à grand chose, le peuple feras comme autrefois mettre le bas de laine sous le lit ....
a écrit le 23/09/2018 à 18:49 :
J'ai plusieurs comptes chez Fortunéo. Je songe sérieusement à changer de banque si cette agitation, que je ne comprends pas, continue.
Réponse de le 24/09/2018 à 13:51 :
J'avais plusieurs comptes et livrets chez Fortuneo et au vu de la pagaille qui s'annonce ,j'ai clôturé tous mes comptes
Avec Hello Bank ING et Boursorama Banque les alternatives ne manquent pas.
Réponse de le 24/09/2018 à 13:51 :
J'avais plusieurs comptes et livrets chez Fortuneo et au vu de la pagaille qui s'annonce ,j'ai clôturé tous mes comptes
Avec Hello Bank ING et Boursorama Banque les alternatives ne manquent pas.
a écrit le 23/09/2018 à 13:01 :
Je ne sais pas si les gens d'Arkéa mesurent la totalité des risques encourus avec cette scission. Le CM n'hésitera pas à ouvrir de nouvelles agences en Bretagne. La direction de ces agences ne fera sans doute pas à partir de Brest, mais de Rennes ou même de Nantes et comme Arkéa souffrira de cette concurrence, par la confusion de la clientèle entre les 2 enseignes. Je prédis aux personnels du siège de Brest beaucoup d'incertitudes pour la préservation de leurs emplois.
a écrit le 23/09/2018 à 12:46 :
Le titre n'est pas juste : Il faudrait plutôt mentionner DES salariés et non pas LES car il ne s'agit pas de l'ensemble des salariés d' ARKEA mais essentiellement des cadres de la SA ARKEA SCD (siren 518768676) qui sont à l'initiative de ce collectif et gérer au quotidien par le service de la communication d' ARKEA !!!
A noter que 80% des 3500/4000 salariés (selon la police, soit 40% des effectifs salariés du groupe), sont allés manifester à Paris sous la pression exercée quotidiennement par le management intermédiaire ("ta présence serait un + pour ta carrière"...)
Réponse de le 23/09/2018 à 22:56 :
Je suis salarié du CM Arkéa depuis des années, je ne suis pas allé manifester à Paris; à aucun moment je n'ai subi de pression de la part de mon manager ou de personne plus haut placée.
Mes collègues qui y sont allées l'ont fait en leur âme et conscience. Je n'ai jamais entendu de personne se plaindre de pression et encore moins s'étant vu dire "ce serait un plus pour ta carrière".
Je ne sais d'où vous tenez ces informations, mais une chose est sûre, vous êtes mal informé, probablement influencé et certainement pas objectif
a écrit le 23/09/2018 à 11:51 :
que arkea se casse et que le cm11 œuvre ses agences sur la zone...

un sociétaire cm qui en a marre des exceptions bretonnes
a écrit le 23/09/2018 à 8:56 :
Quelle est la vraie raison? Garder des emplois au siège, imaginer une autre économie, conserver les juteux postes de direction??? Par respect pour vos clients, il serait temps de sortir du flou qui baigne cette affaire.
a écrit le 23/09/2018 à 8:52 :
L'hypocrisie du dirigeant de Arkéa, Jean-Pierre Denis l'organisateur et manipulateur des salariés du CMA. Pour ceux qui ne le savent toujours pas, celui-ci gagne le double du dirigeant de CM11 et cela ne finira pas, s'ils aboutissent à leur veinal plan. Les salaires des employés de Arkéa aigle tétons, mais au final les frais de gestion de compte, oui seront ceux qui dans l'obligeance ferons des courbettes dans le plus grand intérêt des dirigeants de Arkéa. Un client du groupe Crédit Mutuel Océan mécontent de ce plan de division.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :