Femmes dans le capital-investissement : encore du chemin avant la parité !

 |   |  572  mots
Virginie Morgon, la directrice générale d'Eurazeo, supervise les investissements de cet acteur de référence du private equity. Elle est l'une des rares femmes ayant un rôle de premier plan dans le capital-investissement en France.
Virginie Morgon, la directrice générale d'Eurazeo, supervise les investissements de cet acteur de référence du private equity. Elle est l'une des rares femmes ayant un rôle de premier plan dans le capital-investissement en France. (Crédits : Eurazeo)
La part des femmes dans les sociétés de gestion s’élève à 40% des effectifs mais seulement 23% dans les équipes d’investissement, selon une étude du cabinet Deloitte pour l’AFIC. En haut de la hiérarchie, elle tombe à 15%. Des progrès ont cependant été faits ces dernières années.

On peut voir le verre à moitié vide ou à moitié plein. La part des femmes dans le secteur du capital-investissement, ces sociétés de gestion actionnaires d'entreprises non cotées en Bourse, s'élève à 40% en 2016, en recul d'un point par rapport à 2014, mais en hausse de trois points en sept ans. Si l'on regarde plus précisément leur place dans les équipes d'investissement, le cœur du réacteur, la proportion n'est plus que de 23% (hors stagiaires), soit même pas un quart, selon une étude effectuée par le cabinet Deloitte pour l'Association française des investisseurs pour la croissance (AFIC) qui représente la profession. Cette part a cependant progressé de deux points en un an et encore davantage sur plus longue période.

 « En sept ans, depuis le lancement de notre enquête, c'est avec une grande satisfaction que nous constatons que la féminisation des équipes d'investissement a augmenté de six points. Un autre point très encourageant est la féminisation régulière des grades les plus expérimentés puisque 24% des directeurs de participations sont des femmes, contre 22% en 2015 et 16% en 2010 », observe Claire Deguerry, associée Financial Advisory chez Deloitte.

Femmes capital investissement AFIC 2016

[Proportion des femmes dans les équipes d'investissement, chez les analystes et chargés d'affaires, chez les directeurs de participations, chez les associés et chez les membres du directoire ou du comité exécutif. Crédits : Deloitte pour l'AFIC]

Mixité faible en haut de la hiérarchie

« La proportion de femmes décroit progressivement au fur et à mesure qu'elles progressent dans la hiérarchie », relève l'étude et les postes à plus fortes responsabilités restent largement trustés par les hommes : « au-delà du poste de Chargé d'affaires, la mixité est faible. Les hommes représentent respectivement 76%, 85% et 85% des effectifs aux grades de directeur de participations, d'associé et membre du directoire/comité exécutif. »

Virginie Morgon, la directrice générale d'Eurazeo, acteur de référence du private-equity en France et cotée en Bourse, est l'une des rares femmes ayant un rôle de premier plan dans le capital-investissement en France. La société d'investissement Raise, créée par Clara Gaymard et Gonzague de Blignières, s'est constituée sur le principe de la parité totale.

femmes AFIC capital investissement

[Part des femmes dans les sociétés de capital-investissement à tous les niveaux, stagiaires, analystes et chargés d'affaires, directeurs de participations, associés, membres du directoire ou du comité exécutif, back-office, fonctions support. Crédits : Deloitte pour l'AFIC]

A l'inverse, ce sont les fonctions support et de back-office (juridique, ressources humaines, communication, etc) qui sont les plus féminisées, avec un taux de 84% et 63% respectivement.

L'étude note que les femmes sont autant promues que les hommes au niveau de directeur de participation et de chargé d'affaires/analystes, mais pas quand il s'agit de grades supérieurs (6% de femmes et 10% d'hommes au niveau d'associé, 3% de femmes et 4% d'hommes au niveau du directoire ou du ComEx). Pour autant, en matière de recrutement, la proportion de femmes a reculé (24% des nouvelles embauches des équipes d'investissement contre 30% en 2013).

« Il est encourageant de constater que près de 6 sociétés de gestion sur 10 privilégient pour leur recrutement la mixité à niveau de compétences et qualités égales. Il s'agit d'une progression spectaculaire de 18 points par rapport à 2011 », relève toutefois analyse Alexandra Dupont, présidente du Club AFIC avec Elles et associée de Raise.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :