Fraudes bancaires : 1,2 million de ménages touchés

 |   |  431  mots
Plus d'un ménage sur deux victimes d'escroquerie bancaire (58%) déclarent qu'il a été effectué sous forme d'achat réglé par carte bancaire sur un site de commerce en ligne.
Plus d'un ménage sur deux victimes d'escroquerie bancaire (58%) déclarent qu'il a été effectué sous forme d'achat réglé par carte bancaire sur un site de commerce en ligne. (Crédits : DR)
Le nombre de ménages touchés par les débits frauduleux sur leur compte bancaire a plus que doublé en six ans, avec un préjudice souvent inférieur à 300 euros, selon une étude de l'Observatoire national de la délinquance et des réponses pénales publiée ce mercredi. Le commerce en ligne est pointé du doigt.

Plus de 1,2 million de ménages se sont déclarés victimes d'au moins une escroquerie bancaire en 2016, un nombre qui a plus que doublé en six ans (500.000 ménages en 2010). Ce sont les conclusions de l'enquête "Cadre de vie et sécurité" publiée ce mercredi par l'Observatoire national de la délinquance et des réponses pénales (ONDRP), au cours de laquelle près de 16.000 ménages représentatifs de la population française ont été interrogés par les enquêteurs de l'Insee.

Au niveau du préjudice, "64% des ménages victimes ont déclaré un préjudice d'un montant inférieur ou égal à 300 euros" tandis que "les escroqueries supérieures à 1.000 euros représentent une part bien moins importante (13% des ménages)".

L'essentiel des fraudes liés aux achats en ligne

Le débit frauduleux peut être effectué de différentes manières. Plus d'un ménage sur deux victimes d'escroquerie bancaire (58%) déclarent qu'il a été effectué sous forme d'achat réglé par carte bancaire sur un site de commerce en ligne, tandis que 10% ont eu lieu dans un commerce traditionnel et 7% par un retrait au distributeur automatique de billets.

Près des deux tiers des victimes ignorent totalement le mode opératoire employé par l'auteur de l'infraction et ils sont près de 70% à dire s'être aperçus de la fraude en consultant leur relevé bancaire. A contrario, l'ONDRP relève que la part des ménages ayant été alertés par leurs banques diminue au fil du temps (29% en 2014 contre 22% en 2016).

--

Statista, CB, escroqueries, carte bancaire,

[Cliquez sur l'infographie pour l'agrandir. Le nombre de ménages victimes d'au moins une escroquerie bancaire en 2016 a plus que doublé en six ans. Crédit : Statista*]

La fraude a coûté 800 millions d'euros en 2016

Dans son rapport annuel de 2016, l'Observatoire de la sécurité des moyens de paiement avait estimé le coût de la fraude sur l'ensemble des moyens de paiement (carte bancaire, chèque, virement, prélèvement) émis en France à 800 millions d'euros en 2016. Bonne nouvelle néanmoins, le montant de la fraude à la carte a légèrement baissé en 2016 (-4,1%) par rapport à 2015, pour la première fois depuis plus de dix ans : il s'élevait à 399,1 millions d'euros. Elle concernait 0,064% des paiements réalisés par carte, contre 0,070% en 2015.

Après la carte bancaire, c'est le chèque qui est le deuxième moyen de paiement le plus fraudé, alors qu'il est le quatrième moyen en termes d'utilisation. Le montant moyen d'un chèque fraudé est de 2.300 euros.

___

(*) Une infographie de notre partenaire Statista.

 (Avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 18/05/2018 à 13:26 :
"Près des deux tiers des victimes ignorent totalement le mode opératoire employé par l'auteur de l'infraction ..." : tiens, c'est marrant, c'est exactement ce qu'on pourrait dire si la faille se révélait être au niveau du paiement sans contact ... !
Réponse de le 18/05/2018 à 15:28 :
ça existe déjà , il est possible de
re- paramètrer une machine ( exemple pour affranchir à la poste et payement CB)
à distance , comme des ordinateurs à distance , d’écouter les radios et ordinateurs au bord des véhicules ,
je pense qu’il faudrait permettre à tous d’utiliser «  des brouilleurs » sur les véhicules et caméras embarqués qui n’est pas plus illégal que les «  activités des datasciences » sur les usagers et population.
par le wifi , tout est possible , et les opérateurs n’ont pas leur mot à dire sur ce sujet.
a écrit le 17/05/2018 à 8:48 :
"la part des ménages ayant été alertés par leurs banques diminue au fil du temps (29% en 2014 contre 22% en 2016)"

Les établissements financiers sont tellement repus aux compromissions et autres magouilles que finalement ils valident tacitement ces escroqueries.

Bah entre voleurs on se comprend hein...

"Même les brandis de grands chemins ont disparu, certains sont devenus voleurs de grands chemins les autres s'adonnent à la haute banque." A. Allais.
a écrit le 16/05/2018 à 19:53 :
les dépôts de plainte sont obligatoires( réclamé par les banques)
rare sont ceux qui vont plus loins pour faire coincer «  les groupes , réseaux de voleurs »
transmission du email, coordonnées et carte identité ( piraté et volé sur les sites web en général )
les retraits sont fait dans l’UE ( Bulgarie, Roumanie...)
et dès fois les auteurs des actes de piratage par hamçonage de mail vide ( surtout ne pas ouvrir)se situent en Afrique.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :