Generali pourrait s'intéresser à la filiale AIA d'AIG

 |   |  222  mots
(Crédits : © 2010 Thomson Reuters)
Le premier assureur italien a estimé qu'il était encore trop tôt pour se déclarer intéressé par les activités d'AIA, la filiale asiatique de l'américain AIG, que son concurrent britannique Prudential a renoncé à racheter. Il a notamment démenti les informations du quotidien Corriere Della.

Après le britannique Prudential qui vient de renoncer, Generali pourrait s'intéresser à certains actifs de la filiale AIA, de l'américain AIG. Assicurazioni Generali, le premier assureur italien, a estimé qu'il était encore trop tôt pour dire s'il est intéressé par les activités asiatiques de l'américain American International Group, que son concurrent Prudential a renoncé à racheter mercredi.

"C'est totalement prématuré", a déclaré jeudi à Reuters un porte-parole du groupe, en réponse à un article du Corriere Della Sera citant des "cercles proches" de l'assureur italien selon lesquels le groupe s'intéresserait à certaines des activités d'AIA, la filiale d'assurance vie d'AIG en Asie. Pourtant, le quotidien italien croyait savoir que Generali était intéressé les actifs de AIA aux Philippines et en Chine notamment après l'échec du rachat de cette dernière par Prudential.

Generali a déclaré dans le passé vouloir développer en Europe de l'Est et en Asie mais l'échec de l'accord avec Prudential montre que les prix sont trop élevés, a dit le porte-parole. "Nous pensons qu'une acquisition pour un montant de plus d'un milliard d'euros devrait nécessiter une augmentation de capital", selon les analystes d'Equita Sim dans une note. "Nous pensons toutefois qu'AIG envisage plutôt une introduction en Bourse qu'une scission", lit-on dans la note.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :