La Caisse des dépôts poursuit son redressement

 |   |  282  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : © 2010 Thomson Reuters)
La Caisse retrouve ses niveaux de fonds propres d'avant la crise.

La Caisse des dépôts et consignations a confirmé jeudi la poursuite du redressement de ses comptes en 2010 après des pertes historiques deux ans plus tôt.
La CDC, bras financier de l'Etat français, avait accusé une perte nette de 1,47 milliard d'euros en 2008 en raison de la crise financière qui avait entraîné de lourdes dépréciations dans son portefeuille de participations et d'actions.

En 2010, elle affiche une progression de 8,6% de son bénéfice net à 2,151 milliards d'euros. La CDC va verser 839 millions d'euros à l'Etat d'équivalent dividende en 2010, soit 39% du résultat. Traditionnellement, la Caisse attribuait environ un tiers de son résultat à l'Etat, mais le régime a été revu en 2010.

Le groupe public estime ainsi avoir définitivement tourné la page de la crise avec des fonds propres qui ont retrouvé leur niveau d'avant-crise à 20,2 milliards d'euros. "Un niveau supérieur à celui constaté lors de l'année 'faste' 2007, année du pic boursier", a indiqué le groupe. "Le groupe Caisse des Dépôts a ainsi effacé les effets de la crise des années 2008-2009", estime encore l'institution financière dirigée par Augustin de Romanet (photo).

La CDC a été au coeur des politiques économiques du gouvernement depuis la crise financière et a par exemple participé en 2008 au sauvetage de la banque franco-belge Dexia. Elle a aussi lancé le Fonds stratégique d'investissement (FSI), fonds souverain à la française voulu par Nicolas Sarkozy, et elle est entrée récemment dans le capital de La Poste.

La CDC qui vise une amélioration de son résultat pour 2011, est également au coeur des "investissement d'avenir" du grand emprunt lancé par le gouvernement.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :