Nomura entre dans la saga des scandales bancaires

 |   |  518  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : Reuters)
Impliquée dans une affaire de délit d'initié, la direction de Nomura démissionne. Ces départs remettent aussi en question la stratégie d'expansion internationale de la banque dont le bénéfice net a chuté de 89% en 2011.

La réputation des banques en prend encore pour son grade? Assumant la responsabilité d?une affaire de délit d?initiés, le directeur général de Nomura, Kenichi Watanabe, a donné sa démission jeudi. Suivi par son bras droit, Takumi Shibata.

La troisième affaire de délit d'initié

Kenichi Watanabe sera remplacé par Koji Nagai, actuellement directeur de la maison de courtage pour le Japon.  Le chef de la branche américaine, Atsushi Yoshikawa, succédera quant à lui à Takumi Shibata en tant que directeur des opérations.

C?est le troisième incident du genre depuis que Kenichi Watanabe est arrivé à la tête de Nomura il y a quatre ans. La direction de la banque avait de plus des relations conflictuelles avec les organes japonais de régulation financière. Fin juin, la banque nippone avait déjà sanctionné son directeur général en réduisant son salaire de moitié pendant six mois. Cela n?aura manifestement pas suffi à blanchir le président sortant, déjà attendu au tournant au sein de l'institution financière.

Le bénéfice net chute de 89%

A l?origine du délit d?initié ? Des conseillers en investissement récupéraient depuis 2010 des informations confidentielles auprès de leurs collègues, sur de futures augmentations de capital par exemple. Ils renseignaient ensuite leurs clients sur les investissements prometteurs. Nomura a reconnu que des fuites sur le groupe pétrolier Inpex, sur la banque Mizuho Financial Group ou sur la compagnie d?électricité Tokyo Electric Power lui a échappé.

Lors d?une conférence sur les résultats trimestriels, Junko Nakagawa, directrice financière de Nomura, s?est confondue en excuses. Elle a aussi promis de renforcer les contrôles internes. « Je ne peux pas assurer que nos revenus ne seront pas affectés » déclare t-elle. « Il est difficile à ce stade de chiffrer les dommages éventuels ».

Le bénéfice net de la banque chute de 89% par rapport à l?an dernier, passant de 17,7 milliards à 1,89 milliards de yens. Néanmoins, l?action a gagné 5,71% dans la journée de jeudi 26 juillet. Pour les investisseurs, ce remaniement calmera les inquiétudes des régulateurs et des clients de la banque.

Quelle est la goutte d'eau qui fera déborder le vase ?

Un train peut en cacher un autre? Tout le monde se souvient de la faillite de Lehman Brothers qui avait défrayé la chronique en 2008. Sous l?égide de Kenichi Watanabe, Nomura avait acquis une stature internationale après avoir repris les activités en Asie, en Europe et au Moyen-Orient de la banque d?affaires américaine. A présent, ces deux démissions remettent sérieusement en question la stratégie d?expansion internationale de la banque.

Et si les investisseurs se réjouissent de ces départs, c?est encore un nouveau scandale qui éclate au grand jour. Après la manipulation du Libor (taux d?emprunt interbancaire) par plusieurs banques et la lourde affaire de blanchiment d?argent d?HSBC, y aura-t-il une goutte d?eau qui fera déborder le vase ?
 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :