Santé : les Français ont payé 568 euros de leur poche en 2012

 |   |  624  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Selon le baromètre Sofinscope, le budget santé moyen des ménages s'est stabilisé mais les Français aux revenus les plus faibles ont réduit leurs dépenses d'un quart alors que les foyers les plus fortunés les ont augmenté d'autant. Un tiers des Français ont changé de mutuelle pour en prendre une qui rembourse mieux et un quart pour une mutuelle qui coûte moins cher.

Les Français les plus aisés et les plus âgés ont augmenté leur dépensés de santé l'an dernier. Alors que les plus jeunes et les moins fortunés ont réduit leur budget.
Le baromètre Sofinscope de Sofinco (groupe Crédit Agricole) de janvier 2013 constate en effet que le budget santé annuel s'est certes stabilisé au même niveau que l'année précédente, soit en moyenne à 568 euros. Ce montant correspond au "reste à charge" c'est-à-dire la somme qui reste intégralement à la charge du malade après le remboursement de la Sécurité sociale et celui de l'assurance complémentaire santé ou mutuelle. 

Le montant du reste à charge est beaucoup plus élevé que la moyenne pour les seniors : ils déclarent conserver à leur charge 1039 euros dans l'année contre 911 euros en janvier 2012.  A l'inverse, les 18-25 ans qui ont déjà un budget presque 5 fois moins important le réduisent encore à 222 euros contre 255 euros en 2012.

Les plus riches dépenses encore plus et les moins riches encore moins

En parallèle, les ménages les plus aisés (plus de 3500 euros de revenus par mois) déclarent une dépense de 1076 euros contre 844 en janvier 2012, soit une augmentation de 28%. Les foyers les moins fortunés (entre 1000 et 2000 euros de revenus par mois), au contraire, baissent leurs frais de santé dans la même proportion (-27%) soit 330 euros contre 455 euros. Les classes moyennes (de 2000 à 3500 euros de revenus par mois) diminuent aussi leurs dépenses mais dans une moindre mesure à 566 euros par an contre 606 euros, soit -7%, déclarés en janvier 2012.

Quel effet sur le choix d'assurance complémentaire santé ?

Une solution pour réduire le reste à charge peut être de souscrire un contrat d'assurance complémentaire santé ou une mutuelle qui rembourse mieux les frais de soins. C'est le choix qu'ont fait 32% des Français interrogés. En revanche, près d'un quart (23%) ont opté pour une réduction globale de leurs budgets assurance et donc ont choisi une mutuelle qui leur coûte moins cher.

Les Français sont plus nombreux (44%) à anticiper leur dépenses et font plus souvent réaliser des devis, sachant que beaucoup de complémentaires santé proposent désormais des services d'évaluation des devis et d'orientation de leurs assurés vers des professionnels au meilleur rapport qualité-prix, référencés par des réseaux de soins principalement pour les soins optiques et dentaires, par exemple les réseaux Santéclair, Kalivia ou Sévéane.

Les Français sont moins nombreux à renoncer aux soins

Alors qu'en 2012, 60% des Français déclaraient avoir été contraints de renoncer à des soins, ils ne sont plus de 53%. Ainsi ils ne sont plus que 42% à déclarer avoir repoussé l'achat de lunettes contre 48% en janvier 2012. Faut-il y voir l'effet positif de l'extension de ces réseaux d'opticiens agréés mis en place par les complémentaires santé et qui réduisent la dépense de 20 à 40% ? En ce qui concerne les consultations chez un spécialiste, 31% des Français interrogés déclarent avoir dû décaler ou abandonner des soins, contre 35% en janvier 2012. En revanche, la proportion de Français déclarant avoir renoncé à une consultation chez le médecin généraliste reste stable à 15%.

Les soins à l'étranger concernent moins d'1 Français sur 10

Pour les Français, les dépenses de santé restent très majoritairement "made in France". Seuls 5% des Français se sont déjà rendus à l'étranger pour acheter des lunettes, des lentilles ou des prothèses ou même des médicaments (en baisse de 2 points). Et une proportion encore plus faible (3%) a consulté un médecin spécialiste ou s'est fait hospitaliser en dehors des frontières hexagonales.
 

 

 

 

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 21/01/2013 à 17:51 :
Je suis surpris de l'affirmation suivante :
"Le baromètre Sofinscope de Sofinco (groupe Crédit Agricole) de janvier 2013 constate en effet que le budget santé annuel s'est certes stabilisé au même niveau que l'année précédente, soit en moyenne à 568 euros. Ce montant correspond au "reste à charge" c'est-à-dire la somme qui reste intégralement à la charge du malade après le remboursement de la Sécurité sociale et celui de l'assurance complémentaire santé ou mutuelle".
En effet, selon les chiffres fournis par la DREES (Comptes nationaux de la santé 2011), le reste à charge moyen du patient ressort à 9,6% par rapport à un budget de dépenses de soins annuel estimé à 2800 euros. Sur cette base incontestable, le reste à charge moyen annuel s'élève à 270 euros ; soit moins de la moitié de celui présenté par ce baromètre.
A mon sens, il a été fait une confusion entre le budget de dépenses de soins (2800 euros par an) et celui de la cotisation moyenne versée à la mutuelle complémentaire, entre 550 et 600 euros par an en moyenne).
Donat Nobilé, gérant de Transvers Consulting
a écrit le 20/01/2013 à 23:16 :
Les riches dépensent plus que les pauvres...Quel scoop!
Les mutuelles chères remboursent mieux...heureusement sinon pourquoi payer plus!
Enfin j'ai appris ce que gagnait les ménages classes moyennes: entre 2000 et 3500? par mois...Youpi j'en suis!
a écrit le 20/01/2013 à 6:37 :
le reste a charge est la partie emergee de l'iceberg,astucieuse presentation qui masque le cout reel de la sante.Pourait on avoir le cout moyen par habitant des depenses de sante;cotisations(entreprsises=salaries+independants)+mutuelles(assurances)+resta charge+csg+crds+dette de l'assurance maladie
a écrit le 19/01/2013 à 20:05 :
apres recherche sur compte assurance maladie, on constate une relative stabilite de la part des menages: 9% en 2010, 10% en 1995
a écrit le 19/01/2013 à 17:45 :
Il est vrai que très peu de français osent consulter et se soigner à l'étranger de peur de devoir débourser une fortune, ce serait le cas pour de simples vacanciers, mais lorsque vous séjourner à l'étranger pour les études ou une période relativement longue (plusieurs mois) il est important de se renseigner sur votre accès et vos droits aux soins et remboursements plutôt que de croiser les doigts pour que rien ne vous arrive et être pris au dépourvu au moment fatidique, il y a plusieurs sites très bien fait vous expliquant les démarches à suivre pour adhérer au régime d'assurance maladie local ou savoir si c'est nécessaire ou pas selon votre profil de souscrire une mutuelle complémentaire comme http://assurances1.fr/ , ou http://vosdroits.service-public.fr/particuliers/N423.xhtml (uniquement pour les pays de l'union européenne)
Réponse de le 19/01/2013 à 19:51 :
parfois il peut etre plus interressant de payer l'aller-retour(si l'etat de sante le permet)
a écrit le 19/01/2013 à 15:52 :
médicament = 13% du budget de l'assurance maladie.......... mesures d'austérités du plfss 2013 au moins 50% sur le médicament.... cherchez l'erreur (mais bon c'est un "budget de combat" enfin ... il parait). Pour en revenir à l'article et l'image des gélules par rapport au titre, je ne suis pas sur que les médicament pèsent bien lourd sur ces 568 euros (une ventilation de ces dépenses aurait été la bienvenue). Au fait les ménages français ont dépensé combien en alcool et cigarettes cette année (euh ça donne pas des maladies ça)??
Réponse de le 19/01/2013 à 21:35 :
Au delà du poids des médicament dans le total des depnses si le plffs cible le médicament c'est parce que c'est un poste ou il est possible de diminuer fortement les coûts sans conséquences autres que positives pour les patients. Les seules victimes ce sont les labos pharmaceutiques qui préfèrent sortir de nouveaux médicaments plus chers mais sans innovation par rapport aux plus anciens. C'est plus rentable que de dépenser de l'argent en recherches hypothétiques. Autrement dit le marketing plus rentable que la recherche.
a écrit le 19/01/2013 à 14:02 :
c'est du blabla, les francais dépensent 100 fois plus pour leur confort qu'il y a 30 ans, en consultations examens et medicaments(j'ai mal à la tête, je suis trop gros, trop maigre,trop fatigué, j'ai des rougeurs, je suis trop pale etc..)souvent aussi pour rien(je veux un scanner parce que j'ai peur du cancer, j'ai pas envie d'aller bosser.) et par ailleurs la moitié des dépenses réalisées au cours de leur vie le sont dans les 6 derniers mois avec le résultat que l'on sait. Alors que les riches dépensent plus que les pauvres est une sorte de lapalissade éculée indigne d'un journaliste.
a écrit le 19/01/2013 à 11:49 :
1-les pub pour les medicaments devraient etre remplacées par des pub pour apprendre à moins consulter inutilement et à éviter la surconsommation: pourquoi pas des antipub sur les effets nefastes de certains medic ou de leurs abus?
2-il faut en finir avec les certificats medicaux réclamés au medecin à tout bout de champ
3- un systeme à la suedoise serait pas mal: medicaments entierement payant jusqu'à une certaine somme(par exemple 300 euro par an) puis alors seulement prise en charge par l'assurance maladie à 100%(et fin des ald en echange: remboursement à 100% de certains malades en fait assez discriminatoire)
Réponse de le 19/01/2013 à 15:11 :
Pour les certificats médicaux, il faudrait que les associations arrêtent d'en réclamer à leurs adhérents, ça aiderait à combattre ce gaspillage !
Réponse de le 19/01/2013 à 15:55 :
les associations, les employeurs, les cantines scolaires , les universités, les services sociaux, les assureurs, les avocats, .......
Réponse de le 19/01/2013 à 18:04 :
un certificat n'a pas a etre pris en charge par la secu,n'apportant aucune amelioration de sante
Réponse de le 19/01/2013 à 19:19 :
d'accord, mais on peut vous rétorquer que c'est par prévention qu'il est demandé, d'ou l'interet pour la sante. On peut dire aussi que ce n'est pas l'unique motif de la consultation.
Réponse de le 19/01/2013 à 21:30 :
Un médecin n'a pas le droit de faire une feuille de soins pour un patient qui vient demander un certificat. Le faire c'est faire ne fausse facture...mais lesmédecins et la moralité....
a écrit le 19/01/2013 à 11:20 :
"ont changé de mutuelle pour en prendre une qui rembourse mieux et un quart pour une mutuelle qui coûte moins cher" Si celle qui rembourse mieux est plus chère, il faut faire la bilan coût/remboursement voir si c'est psychologique d'être mieux remboursé ou vraiment efficace. Si celle qui ne coûte pas cher ne rembourse "rien", à quoi bon ?
Il me semble que les complémentaires ont 15% de frais de fonctionnement (5% pour la Sécu) car elles doivent se faire connaitre pour attirer le client, faire de la pub.
J'avais cru lire que les complémentaires ne pouvaient pas distribuer de dividendes, mais accumulaient les bénéfices (sic). A savoir ce qu'elles peuvent en faire ensuite ?
Pourquoi ne pas avoir pensé (l'organisation actuelle, c'est fait pour basculer vers un système privé pur) au lieu d'avoir des complémentaires externes d'étendre les remboursements Sécu avec une option payante qui singerait les mutuelles mais en plus économique. Il y a tellement de disparités, de choix cornéliens, selon la composition de la la famille, les options à tiroir que c'est un vrai casse-tête ce marché.
Réponse de le 19/01/2013 à 12:51 :
mon premier post n'ayant pas ete publie(?)il convient de faire le calcul cout mutuelle-remborsement pour mesurer l'oportunite d'une mutuelle...
Réponse de le 19/01/2013 à 15:13 :
Une mutuelle, c'est de la prévoyance. Quand on en prend une, on espère donc que ce sera une dépense inutile. Ce n'est qu'en cas d'accident que ça se révèle un choix judicieux.
Réponse de le 19/01/2013 à 15:48 :
je pense qu'il faut prendre le minimum en mutuelle: juste de quoi couvrir un eventuel coup dur(3 mois de rea par exemple) . Ne pas prendre la mutuelle specifiquement pour la prothese dentaire ou les lunettes: les mutuelles sont alors beaucoup trop couteuses. En fait bien souvent si on a des gros problemes de sante la mutuelle ne sert pas à grand chose: grosse intervention(au dela de l'appendicite)= prise en charge à 100% et maladie grave= mise à 100% par l'assurance maladie dans le cadre de l'ALD. Par ailleurs les dépassements d'honoraires payés par la mutuelle dépassent rarement les cotisations, et si c'est le cas vous pouvez changer de medecin pour un secteur1.
Réponse de le 19/01/2013 à 18:41 :
au plus ça va, au plus on est de notre poche! l'euro pris sur la visite, 0,50c par boite etc, au moins, on est remboursé, au plus le trou s'agrandit, c'est du à quoi d'après vous? j'ai bien 1 petite idée, mais bon, ce n'est pas politiquement correct !
Réponse de le 19/01/2013 à 20:19 :
moi je vais le dire cmu
Réponse de le 19/01/2013 à 21:37 :
Votre idée c'est quoi ?
Réponse de le 20/01/2013 à 15:16 :
Si l'idée c'est la cmu alors elle est fausse car les bénéficiaires de la cmu consomment moins que les autres. Les dépenses de santé augmentent plus vite que les salairesvd'où le déficit chronique. Le vieillissement n'explique de 0,6 % d'evolution de dépenses par an, l'augmentation de la population explique a peu près autant. C'est surtout le coût des médicaments, des honoraires qui augmentent le plus....
a écrit le 19/01/2013 à 9:12 :
Si les français n'étaient pas aussi bien remboursés de leurs frais de santé, quoi qu'en dise ce article, il y a fort à parier qu'ils se gaveraient moins de consultations inutiles et de médicaments hiatrogenes , et qu'ainsi les régime de sécurité sociale et les mutuelles économiseraient quelques milliards pour mieux rembourser les vraies pathologies.
Réponse de le 19/01/2013 à 11:30 :
Entièrement d'accord avec vous...mais ce gaspillage maintien de l'emploi et enrichi les multinationales....parfois au détriment de la santé des patients (voir scandales sanitaires..) qui avalent tout de qu'on leur dit et leur donne..La Sécu est devenue une "vache à lait", qu'il faut (sur) alimenter en impôs, CSG, CRDS et j'en passe... bref un tonneau des Danaïdes...Dommage c'était une belle conquête sociale....que l'on aura bientôt plus les moyens de maintenir en l'état....
Réponse de le 19/01/2013 à 18:41 :
@ Ubu n'importe quoi !!
a écrit le 19/01/2013 à 8:49 :
Tant qu'on ne fera pas rembourser les fraudeurs, la sécu sera ce qu'elle "n'est plus".... Par ailleurs, les mutuelles qui sont sensées rembourser les soins dépensent déjà 9 000 000 000 d'euros par an de publicité !! C'est 9 milliards qui pourraient être utilisés pour nous rembourser.... de plus ... (sic!) ajoutons à ces 9 milliards les 10 ou 20% de "bénéfices" (y'a pas antagonisme là ?? Mutuelle => bénéfices) annuels.....
Réponse de le 19/01/2013 à 9:16 :
Vous avez raison, pour faire autant de pub, c'est que ça doit être juteux. Mais, je préfère le terme assurance complémentaire santé que mutuelle, car par définition, les mutuelle n'ont pas vocation de faire des bénéfices et de les redistribuer aux actionnaires.
Pour les mutuelles, la question qui se pose est plutôt de savoir si elles gèrent correctement les fonds en particulier ce qui concerne les taux des remboursements, qui sont souvent liés à des options philosophiques (pour ne pas dire politiques).
Réponse de le 19/01/2013 à 11:40 :
les mutuelles font des benefices d'une autre façon:salaire , avantages en nature,part sociale, ...Je ne suis pas certain au final qu'une assurance "classique" soit moins avantageuse
Réponse de le 31/01/2013 à 14:55 :
9Mds euros, ça me parait beaucoup, en particulier d'après les chiffres que j'ai pu voir. Vous avez des sources? C'est un sujet qui m'intéresse, mais il est très difficile de se faire une idée. De même avec les sommes payées par les complémentaires pour les honoraires de médecins. Si quelqu'un a des sources faibles, ce serait intéressant de les poster.
a écrit le 19/01/2013 à 8:42 :
Il faudrait rapporter ces statistiques par région/ville pour les rapprocher aves les pratiques tarifaires des médecins et les hausses de ces pratiques. Mais ceci vient confirmer ce que j'ai pu constater: des dépassements qui augmentent de plus de 10% shaque année
a écrit le 19/01/2013 à 2:07 :
Je rappelle à tout le monde que la sécu n'est pas un service gratuit , il suffit que vous regardiez vos bulletins de salaires (pour ceux qui bossent) quand je lis "de leur poche" ça fait doucement rigoler ...
Par ailleurs 222 euros à l'année pour un jeune de 25 ans c'est hallucinant , j'en ai 20 de plus et je dois payer 25 euros par an de frais de santé (je touche du bois) c'est quoi ces stats moisies ?
Réponse de le 19/01/2013 à 21:40 :
Une moyenne entre le jeune ou moins jeune en bonne santé et la personne qui connait a un moment donné un pépin de santé : soigner une personne atteinte d'un cancers un hémophile..c'est parfois facilement près d'un million d'euros de dépenses....
Réponse de le 19/01/2013 à 22:04 :
Soigner un diabétique c'est 4 000 euros tous les ans. Un hémophile cela peut aller à 300 000 par an. 2 700 euros Rien qu'en hospitalisation pour un insuffisant cardiaque...22 000 euros par an pour un malade atteint de la mucovisciose...
Réponse de le 21/01/2013 à 18:34 :
Pourriez-vous nous dire d?où viens ces données, sont-elles précises et de quelle année? Merci d'avance. Y a-t-il un moyen de vérifier les données tout les ans et dans les différente branches médicales?
a écrit le 18/01/2013 à 21:34 :
Coquille : "Les plus riches dépenses encore plus" dépensent
a écrit le 18/01/2013 à 21:29 :
J'aime bien ce calcul des moyennes, comme cela tout le monde est heureux. Entre celui qui n'a rien à bouffer et celui qui se gave au caviar/champagne, les restos du coeur deviennent des lieux de villégiature :-)

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :