Afflelou attaque les mutuelles qui "poussent à la consommation" de lunettes chères

 |   |  775  mots
Alain Afflelou, , fondateur d'une chaîne de magasins d'optique, critique les remboursements des mutuelles santé qui incitent à acheter des lunettes plus chères.
Alain Afflelou, , fondateur d'une chaîne de magasins d'optique, critique les remboursements des mutuelles santé qui incitent à acheter des lunettes plus chères.
Alors que la mutualité française publie un sondage qui montre qu'une majorité de Français accepterait d'être orientée par leur complémentaire santé vers des opticiens agréés pratiquant des tarifs contrôlés, Alain Afflelou critique le système de remboursements des mutuelles qui inciterait les assurés à acheter des lunettes à des prix plus élevés.

La guerre de l'optique est-elle déclarée entre opticiens et assureurs? Une nouvelle bataille médiatique est en tout cas en train de se jouer. A l'occasion du Salon mondial de l'Optique, les déclarations se succèdent. Dernière en date, celle du célèbre opticien Alain Afflelou affirmant mercredi 3 octobre que les remboursements des mutuelles et assurances complémentaires santé "poussent à la consommation". "A partir du moment où on vous dit que vous avez droit à 300 euros pour acheter une paire de lunettes, vous achetez une paire de lunettes à 300 euros", constate-t-il avant d'ajouter "comme tout le monde fait ça, les mutuelles, les assurances augmentent!"

Les assureurs complémentaires font pression sur les prix

Une affirmation qui vient s'ajouter aux propos de la Fédération nationale des opticiens de France (FNOF), dont Alain Afflelou est membre, selon laquelle les complémentaires santé par le biais de leurs réseaux de professionnels de santé agréés font pression pour contrôler les prix.  "Il n'est pas normal que les organismes complémentaires d'assurance maladie préconisent le choix de l'opticien et mettent en place des remboursements différenciés, selon qu'il fait ou non partie de son réseau de partenaires", a ainsi déclaré le président de la Fédération nationale des opticiens de France, Alain Gerbel dans Le Figaro qui constate une "pression constante des mutuelles".

"Des produits de qualité à un coût raisonnable"

De son côté Etienne Caniard, président de la Mutualité française réplique qu'"en conventionnant certains opticiens, nous garantissons un volume en échange d'une baisse des prix, et aux assurés des produits de qualité à un coût raisonnable". Et d'ajouter "ce sont les opticiens qui disent: 'combien vous rembourse votre mutuelle?' et qui vont au maximum". 
La mutualité française a d'ailleurs publié le 3 octobre un sondage Ipsos qui montre que 60% des complémentaires santé accepterait d'être oreintée par leur complémentaire vers des opticiens agréés. De fait, grâce aux 6 réseaux de santé agréés déjà existants (voir encadré), près de 30 millions de Français peuvent déjà bénéficier d'une réduction de leur reste à charge de 20 à 40% selon les cas.

29% en moyenne du coût des lunettes est payé par le client

Actuellement, les ménages assument en effet 29% des dépenses d'optique en moyenne. Les complémentaires santé (mutuelles, assureurs et institutions de prévoyance) en prennent en charge 66% et la Sécurité sociale 4% (reste 1% couvert au titre de la CMUC), selon l'étude annuelle de la DREES, la direction recherche, études, évaluation et statistiques du ministère de la Santé.
Sachant que le prix moyen d'une paire de lunettes est de 277 euros pour des verres unifocaux et de 591 euros pour des verres progressifs. Selon l'exemple donné par la Mutualité française pour des lunettes de 500 euros, la Sécu rembourse 15 euros, la mutuelle 275 euros et le client paie le solde, soit 210 euros.

 

Qu'est-ce qu'un réseau de professionnels de santé agréés par les assureurs complémentaires ?

Six réseaux de santé ont été constitués par les assureurs complémentaires santé. Ils passent un contrat avec des professionnels de santé (en majorité des opticiens et des dentistes) qui prennent des engagements en matière de tarifs et de qualité des prestations pour les assurés et adhérents d'une ou plusieurs complémentaires affiliées au réseau.

Le réseau peut aussi fournir des informations et guider les assurés au sein du système de santé. Dans certains cas, quand les contrats d'assurance santé le prévoient, il fournit des services de prévention, de dépistage ou d'accompagnement des assurés (aide à la recherche d'un établissement, d'un spécialiste, etc).

Les six réseaux existants sont: Carte Blanche (principal actionnaire: Swiss Life) qui couvre 2,5 millions de personnes; Itelis (principal actionnaire Axa et les Mutuelles Mieux Etre) qui couvre 4,4 millions de personnes; Kalivia (Malakoff Médéric et Harmonie Mutuelle) qui couvre 6 millions de personnes; le réseau de la MGEN, mutuelle générale de l'éducation nationale qui couvre 3,3 millions de bénéficiaires; Santéclair (Covéa, Allianz France et Ipeca) qui couvre 6 millions de bénéficiaires; Seveane (Groupama, Pro BTP) qui couvre également 6 millions de personnes.

D'autres grands acteurs de la complémentaire santé, comme le groupe de prévoyance Humanis qui couvre 4,3 millions de personnes dont 1 million de personnes par des contrats individuels et plus de 3 millions par par des contrats santé collectifs d'entreprise, sont actuellement en pleine réflexion sur le fait de rejoindre l'un de ces réseau.

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 04/10/2012 à 17:30 :
Je suis allé chez un opticien agréé par Groupama et j'ai payé 50 ? pour des lunettes anti-reflets à verres progressifs + la même chose en monture soleil... Dans la plupart des pays l'optique n'est pas couverte. Même chose pour les soins dentaires.
a écrit le 04/10/2012 à 17:04 :
« À partir du moment où on vous dit que vous avez droit à 300 euros pour acheter une paire de lunettes, vous achetez une paire de lunettes à 300 euros ». C'est vrai mais en ce qui concerne la monture uniquement, pas les verres. Il faut bien faire la distinction. Les remboursements des mutuelles sont effectivement trop élevés pour les montures, poussant les gens non seulement à choisir les plus chères mais aussi à les remplacer alors qu'il n'y a pas besoin. Proposons cet argent économisé à mieux rembourser les verres (les progressifs, en particulier, sont rarement complètement remboursés par la plupart des contrats).
Réponse de le 25/04/2013 à 14:39 :
Personne ne parle des augmentations de chiffres d'affaires des mutuelles.... Augmentation des cotisations, moins bon remboursement, pression sur les prix des professionnels de santé. Les tarifs en optique n'ont pour ainsi dire pas évoluer depuis 10 ans, la qualité des verres s'est considérablement amélioré (verres progressifs). C'est un peu la même chose qu'en informatique, un ordinateur acheté 1500? il y a 10 ans, n'a rien a voir avec un ordi acheté le même prix aujourd'hui.
Concernant les marges de 300% dénoncé par ufc, il faudrait qu'ils mettent à jour leur calculette.... une marge c'est maximum 100% !!!! J'achète 10? je revends 1000?, ça fait toujours 99% de marge, alors avant d'écrire des anneries, commencez par savoir compter!
Pour finir, le renouvellement des lunettes en progressifs c'est tout les 3 ans en moyenne, faites le calcul, prenons un super équipement à 900?, ça vous revienta 300?/an, même pas le prix d'une baguette de pain par jour. Je n'ai bien évidemment pas parlé de remboursement sécu+mutuelle.....
Par ailleurs, pour tout ceux qui liront ce message, demandez a votre mutuelle ce qu'elle vous prend par mois pour un forfait optique, faites le calcul de savoir si c'est intéressant.... 2 FOIS SUR 3 ça ne l'est pas pour les contrats de mutuelles individuels, c'est moins vrai pour les contrats de groupe, mais de toute façon vous n'avez pas le choix...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :