Réseaux de soins des mutuelles : la liberté est au coeur du débat

Les réseaux de soins des assurances complémentaires santé et des mutuelles mettent-ils en cause la liberté des patients de choisir leurs praticiens? Interdire leur existence ne porte-t-il pas atteinte à la liberté des mutuelles de passer des conventions? Le débat continue.
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : reuters)

Les réseaux de soins des mutuelles et assureurs complémentaires continuent de susciter des réactions. Déjà en juillet 2011, à l'occasion d'une modification législative qui avait finalement été invalidée par le Conseil consitutionnel, le débat s'était enflammé, il repart de plus belle à l'occasion d'une proposition de loi dont l'examen doit se poursuivre la semaine prochaine à l'Assemblée nationale.

Face aux attaques portées contre les mutuelles santé par certains médecins et internes des hôpitaux au sujet  des réseaux de soins et de la possiblité de mieux rembourser les patients qui acceptent de passer par eux, Maurice Ronat  président de la FNMI (Fédération nationale de la Mutualité interprofessionnelle, membre de la Mutualité française) s'étonne que ceux qui se présentent comme les tenants du libéralisme médical pur et dur ne soient pas assez libéraux pour supporter l'idée que les mutuelles puissent, librement, contractualiser avec des praticiens".

Des mutuelles et des professionnels de santé libres de signer des conventions

Maurice Ronat, rappelle que «ce qui est en cause, c'est la liberté pour les mutuelles de signer des conventions, c'est aussi la liberté pour les professionnels de santé de signer ou non ces conventions, et c'est surtout la liberté pour les adhérents de choisir leurs soignants en sachant ce qui restera financièrement à leur charge. L'objectif des mutuelles est de faire en sorte que leurs adhérents puissent bénéficier de soins de la meilleure qualité quel que soit leur niveau de ressources, et les réseaux permettent justement de limiter et de contrôler le reste à charge des patients».

Les mutuelles sont-elles contre la médecine libérale ?

Nombre de médecins et d'internes des hôpitaux voient dans les réseaux de soins agréés, la volonté des mutuelles de tuer la médecine libérale. Or, «la majorité des chirurgiens dentistes ont signé des conventions avec des organismes mutualistes; ils n'en restent pas moins des professionnels libéraux", indique Maurice Ronat avant d'ajouter que "les amalgames savamment entretenus pour faire peur aux patients en leur faisant croire que les réseaux porteraient atteinte à leur liberté de choix de leur praticien sont scandaleux: la liberté de choix est intacte mais les réseaux permettent de bénéficier de soins de qualité à des prix beaucoup plus accessibles".

La liberté du patient est-elle en cause ?

Pour le syndicat UJCD-Union dentaire, les conventions signés par les praticiens pour être agréés par les réseaux de soins limitent le choix du patient. Le risque est que "les mutuelles imposent non seulement des tarifs mais aussi des techniques de soins particulières limitant la liberté de choix du praticien en tant que thérapeute et du patient la liberté de sélectionner le type d'intervention et de matériel qui lui conviennent indique-t-on dans l'entourage de l'UJCD-Union Dentaire qui reproche à la "logique tarifaire" des réseaux de placer le "patient dans une position de consommateur en oubliant la portée médicale de l'acte".

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 11
à écrit le 24/11/2012 à 10:26
Signaler
allez je vous le dis il existe des verres progressifs à cinq euro en chine (qualité execrable) et on va vous dire que la mutuelle a négocié serré et vous les vendre 150 euros çà parait moins que 250 euros pour un bon verre (sur lequel la marge est fa...

à écrit le 24/11/2012 à 10:22
Signaler
Une fois le territoire quadrille et le réseau de soins installes, le tarif sera impose aux Professionnels de santé . Les mutuelles continueront a engranger de l argent et resteront opaques sur leurs comptes. Les Praticiens auront une baisse majeure d...

le 24/11/2012 à 13:11
Signaler
Comparer un système de mutuelles et assurances privés à l'URSS ne vous semble t il pas aller a contre sens de l'ouverture actuelle ? Avec le système des mutuelles c'est la libéralisation des opérateurs de la santé qui s'installe là ou la sécu (publiq...

à écrit le 24/11/2012 à 10:22
Signaler
défendu par ta mutuelle, c'est comme être défendu par ton banquier ils ont un interêt financier quand tu perd, d'ailleurs la commission européenne les a déjà sanctionné.

à écrit le 24/11/2012 à 10:16
Signaler
Il règne depuis 50 ans une idée simple dans les milieux politico-financiers: le budget de l'assurance maladie dépasse celui de l'état et chacun a des plans pour en grignoter une grosse partie, les premiers sont les syndicats qui controlent URSSAF et ...

le 24/11/2012 à 13:05
Signaler
Comment des collectivités locales peuvent-elles "rançonner" des hôpitaux ? Quel flux financier partirait des budgets hospitaliers vers des collectivités locales ? Expliquez vous.

le 24/11/2012 à 14:18
Signaler
Tous les maires le savent depuis longtemps :Un hopital dans sa ville c'est de l'emploi avec des retombées financières locales immenses, et beaucoup de travail aussi pour les sociétés locales (on n'arrete pas de construire au lieu d'entretenir) sans p...

le 24/11/2012 à 15:20
Signaler
Ce n'est donc pas un transfert d'activité du budget des hôpitaux vers les collectivités mais une volonté des élus de conserver des hôpitaux dans leur territoire pour conserver l'emploi direct et indirect et ses conséquences en terme d'impôts locaux. ...

à écrit le 23/11/2012 à 20:13
Signaler
Les mutuelles ont signé une convention avec la cmu , car le patient paye un nouvelle taxe cmu sur ses cotisations .

à écrit le 23/11/2012 à 18:04
Signaler
Monsieur Ronat manie l'humour avec brio, parler de "contractualiser" une relation suppose qu'il puisse y avoir accord après négociation entre les deux parties et respect mutuel (c'est le cas de le dire), hors les exemples de réseaux , dont certains r...

le 23/11/2012 à 18:32
Signaler
attention à ne pas faire de confusion entre professionnels de santé(chirurgiens dentistes)et fabriquants ou adaptateurs de dispositifs médicaux(prothésistes :audio/dentaires ou opticiens)

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.