La City se convertit à la finance islamique : Londres émet une obligation "charia-compatible"

 |  | 418 mots
Londres lance les obligations hallal pour faire de la City un haut lieu de la finance islamique
Londres lance les obligations "hallal" pour faire de la City un haut lieu de la finance islamique (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2012. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Le gouvernement britannique doit annoncer ce mardi l'émission prochaine de sukuk, des titres de dette conformes aux préceptes du Coran. Une décision visant à faire de la City la capitale occidentale de la finance islamique.

Les plus fortes secousses de la crise financière passées, le secteur financier britannique peut de nouveau penser à élargir son horizon. Notamment en tentant de séduire des investisseurs, grâce aux obligations islamiques. George Osborne, le ministre britannique des Finances devrait justement profiter du "Davos islamique", le Forum économique islamique mondial qui se tient à Londres pour annoncer l'émission l'an prochain de ces titres pour un montant de 200 millions de livres. 

Ces obligations islamiques - ou sukuk - sont des titres adossés sur des dettes certifiés conformes aux préceptes du coran. En effet, ils ne prévoient pas, autres intérêts,  le versement d'intérêts  - interdit - mais uniquement de sommes correspondants à une part des profits attendus des projets ainsi financés. 

Londres veut devenir la championne de la finance islamique à l'Ouest

L'objectif? Georges Osborne l'a clairement annoncé dans une tribune publiée le 28 octobre dans le Financial Times:

"Nous nous sommes fixés cette ambition: être le premier centre occidental de la finance islamique". 

Pour appuyer ses propos, le ministre souligne la croissance fulgurante du secteur, "50% plus rapide que le secteur bancaire traditionnel", et, tandis qu' "un quart de la population mondiale est musulmane seul 1% des actifs financiers mondiaux respectent la charia". 

Londres use d'ailleurs de tous ses charmes pour tenter de capter la manne espérée. Le Premier ministre David Cameron devrait ainsi annoncer la création d'un indice des valeurs "islamiques" à la Bourse de Londres qui identifiera les entreprises dont les activités sont jugées respectueux des préceptes de l'islam. Rien n'est laissé au hasard puisque même l'université s'y met: un programme spécial pour les cadres dirigeants a été créé à Cambridge au cours du mois d'octobre. 

Londres, la pionnière, bientôt suivie par Paris?

Parmi les pays occidentaux, Le Royaume-Uni fait figure de pionnier en matière de finance islamique. Il a été le premier pays occidental à accueillir une banque islamique en 2004. L'émission de sukuk était à l'étude depuis 2007  mais certains hauts fonctionnaires au Trésor notamment s'étaient montrés sceptiques à propos de la rentabilité de telles obligations. Les derniers obstacles levés, le pays sera donc le premier hors du monde arabe à proposer ces titres de dette. Et il pourrait être rapidement suivi. En France, par exemple, certains professionnels du secteur militent pour leur création depuis plusieurs années

- - - -

Pour aller plus loin:

>> Les banques islamique à la conquête de l'Ouest

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 14/01/2014 à 15:55 :
enfin un systéme plus sùr et éfficace et surtout plus humain par apport a cette économie capitaliste sauvage sans morale.
lrbmohamed@yahoo.fr
a écrit le 14/01/2014 à 15:44 :
enfin un systeme qui protége l'économie mondial d'un éventuelle crache boursier
en plus c'est un systéme économique humain qui défond avant tous les clients de la banque pas aux inconcients de golden boy
a écrit le 29/10/2013 à 15:03 :
C'est une bonne chose, pas la charia mais le fonds spécialisé. L'Angleterre est dans un état lamentable et a besoin d'argent. Or l'argent islamique réclame un taux de retour sur investissement faible voire inexistant : Une bonne occasion pour se mettre l'effet de levier induit dans la poche.
a écrit le 29/10/2013 à 13:55 :
Commercialement, ça peut marcher. A quand des actions bénies..??
a écrit le 29/10/2013 à 13:32 :
Quid du financement du djihad?
a écrit le 29/10/2013 à 13:24 :
avec un tel systeme,la crise des subprimes n'aurait pas eut lieu.
puisque le prix d'achat et de vente et boucler et ficeler d'avance.
alors que la somme a rembourser restante de certains et plus importante apres plusieurs années de rembousement qu'au depart du pret.??!!
et puis les anglais ne sont pas fou ,si les clients pieux musulmans refuse les interets et benefice des depots .la banque elle qui n'a aucune religion ,et veut bien les accepter,quitte a donner quelques miette restants a ses derniers par d'autres artifices..!!
que cela s'appelle interet ..benefice..participation ..remuneration ect...
et puis qui irat verifier si les depots n'ont pas ete investies dans la fabriquation d'armes ,les societes de maison de prostitution comme il en existe en espagne ou en belgique,alcoole ..ou drogue...ect..
en tout cas la moralisation des banquesters et une bonne chose.
obligeant ses dernier a ne preter que ce qu'ils possede en fond propre et non plus a speculer et preter
de l'argent virtuel.et ainsi eviter les faillite de banque qui ruine certain epargnants et les spolies de leurs
economies qu'ils avaient eut tant de mal a mettre de cote pour leurs retraites.
* ainsi capter et puiser dans les depots des clients sans leurs consentement et interdit...
(chypre avec une taxation de 45% des depots) c'est du gangsterisme pur et simple...
a écrit le 29/10/2013 à 12:38 :
La finance islamique est à l'image de l'Islam: hypocrite. Les taux d'intérêt sont interdits alors on les appelle autrement. Mais qu'ont-ils donc le crane pour se plier à de telles aberrations ? Moi je dis qu'un produit financier qui cache sa vraie nature comporte un risque d'arnaque, et donc serait favorable à l'interdiction de la finance islamique.
Réponse de le 31/12/2013 à 21:46 :
Vos raisonnements sont hystériques et confus.
Renseignez vous donc sur le fonctionnement subtil de la finance islamique et s'il vous plait n'insultez pas l'Islam - ceci n'a aucun sens dans un édito de LaTribune.
a écrit le 29/10/2013 à 12:16 :
c'est ce qu'on appelle un compte coran
a écrit le 29/10/2013 à 11:23 :
Abstraction faite du nom qui est mal choisi, le principe (pas d'intérêt autre que une participation aux résultats du projet) est sain. mais comme d'habitude, il doit bien y avoir un moyen de satisfaire le principe théorique et de s'en mettre plein les poches en pratique.Sinon les anglais n'en voudraient pas...
a écrit le 29/10/2013 à 11:22 :
la finance islamique c'est du pipo : par exemple vous voulez acheter une maison, dans la finance classique vous empruntez 100 000 euros et vous remboursez 100 000 euros plus par exemple 30 000 euros d'intérêts.
Dans la finance islamiste, la banque achète elle-même la maison 100 000 euros et vous la revend 130 000 euros et vous fait un crédit sans intérêts.

Au final, la maison vous coûte pareil, il y a juste eu un subterfuge pour transformer les intérêts en bénéfice commercial.
Réponse de le 14/01/2014 à 15:47 :
ce systeme est plus sure est humain que la banque traditionnel
a écrit le 29/10/2013 à 10:54 :
Tiens ? Ils se plient volontairement à une réglementation, les pourfendeurs de l'économie régulée. D'un coté ils nous disent que la réglementation c'est le mal, et de l'autre ils pactisent avec une dictature...
a écrit le 29/10/2013 à 10:30 :
l'argent n'a pas d'odeur. Cochon qui s'en dédit!
Réponse de le 31/12/2013 à 21:53 :
Père Mougeon sans argent sentait l'odeur de celui qui s'en dédit (:>)
a écrit le 29/10/2013 à 10:27 :
Et ça ne fait que commencer ! C'est la revanche sur un monde de judéo-chrétiens capitalistes qui ont fait la pluie et le beau temps sans se soucier de ceux qu'ils spoliaient.
Réponse de le 29/10/2013 à 10:51 :
On en rediscute dès que la production de pétrole se sera effondrée, et quoi qu'il arrive elle s'effondrera, les ressources fociles n'étant pas éternelle, par définition.
a écrit le 29/10/2013 à 10:23 :
Heureusement que le ridicule ne tue pas sinon ça serait une hécatombe ...pauvre monde pauvre humanité ...
a écrit le 29/10/2013 à 10:09 :
ils ne savent plus quoi faire pour avoir des fonds..... le dibut de la fin . !
Réponse de le 14/01/2014 à 15:50 :
non dit plutot c le début du début
dans le bonne sens bien sur

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :