Partech va investir 100 millions d'euros dans des startups africaines

 |   |  462  mots
Polytechnicien, né au Sénégal, Tidjane Dème (à gauche) a dirigé Google en Afrique francophone avant de rejoindre Partech en 2016 afin de créer un fonds consacré aux startups africaines, qu'il co-dirige avec Cyril Collon (à droite), qui a travaillé dans la tech et les télécoms sur les marchés africains..
Polytechnicien, né au Sénégal, Tidjane Dème (à gauche) a dirigé Google en Afrique francophone avant de rejoindre Partech en 2016 afin de créer un fonds consacré aux startups africaines, qu'il co-dirige avec Cyril Collon (à droite), qui a travaillé dans la tech et les télécoms sur les marchés africains.. (Crédits : DR)
Le fonds de capital-risque parisien lance Partech Africa, doté de 57 millions d'euros, pour investir dans des pépites africaines.

Après la French Tech, dont il est un des ardents soutiens (comme actionnaire de Lendix et SigFox entre autres), place à l'African Tech. Le fonds de capital-risque français de premier plan Partech Ventures, qui est implanté de longue date dans la Silicon Valley, et plus récemment à Berlin, lance officiellement un fonds consacré au grand continent, Partech Africa, doté initialement de 57 millions d'euros avec un objectif cible de 100 millions, "ce qui en fait le premier fonds de cette taille uniquement dédié à l'écosystème tech africain créé par un VC [venture capital] international", revendique-t-il.

L'opérateur Orange a créé en juin Orange Digital Ventures Africa doté d'une enveloppe de 50 millions d'euros, dont la moitié consacrée à l'investissement direct dans les startups africaines, le reste dans des fonds de fonds spécialisés, en partenariat précisément avec Partech et AfricInvest. Le même AfricInvest, établi en Tunisie, a créé en début d'année le Fonds Franco-Africain de 77 millions d'euros avec Bpifrance pour investir dans les PME innovantes africaines et françaises.

Outre Orange, d'autres investisseurs corporates soutiennent le fonds de Partech, notamment le géant des titres restaurants Edenred et JCDecaux Holding. Le fonds Averroès Finance (géré par Bpifrance et Proparco), la Banque européenne d'investissement (BEI) et l'IFC du groupe Banque mondiale, l'ont aussi rejoint.

De la Fintech aux services mobiles

Établi à Dakar, le fonds est co-dirigé par Tidjane Dème, polytechnicien né au Sénégal qui dirigea le bureau de Google en Afrique francophone pendant sept ans, et Cyril Collon, "élevé en Afrique et citoyen du monde" selon sa fiche Linkedin, qui a travaillé dans la tech et les télécoms sur les marchés africains.

Partech Africa investira des tickets compris entre 500.000 et 5 millions d'euros, dans des entreprises "qui utilisent la technologie pour répondre aux besoins structurels des marchés africains." Le fonds se veut généraliste, allant de l'inclusion financière (Fintech, Insurtech), aux services mobiles et en ligne, à la "digitalisation de l'économie informelle."

"Les investissements early stage [de démarrage] en Afrique, avec des tickets de 200.000 à 40 millions de dollars, ont augmenté de presque 10 fois, passant de 40 millions en 2012 à 367 millions de dollars en 2016, une croissance déjà plus rapide que les projections qui annonçaient 1 milliard de dollars en 2020", contextualise Cyril Collon.

Les jeunes Africains "disposant d'idées créatives qui peuvent améliorer la vie de millions de gens. [...] ne trouvent pas les capitaux nécessaires", selon Philippe Le Houérou, le patron de l'IFC (Banque mondiale) qui espère que Partech Africa contribuera à combler ce "déficit en financement" :

"La technologie peut avoir un impact considérable en Afrique sub-saharienne où il existe un gigantesque réservoir d'entrepreneuriat encore non exploité", souligne-t-il dans le communiqué.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :