Proche des 70.000 dollars, le bitcoin s'affirme comme une valeur refuge face à l'inflation

La star des cryptomonnaies s'approche des 70.000 dollars l'unité, soit près du double de sa valeur il y a trois mois. De plus en plus, en pleine poussée inflationniste, elle apparaît comme une valeur anti-crise. Dès lors, après avoir fait preuve de prudence vis-à-vis de cet actif volatil, l'industrie financière continue de placer ses pions.

5 mn

« Les gens font plus confiance à l'algorithme du bitcoin et aux mathématiques qu'aux décisions des banques centrales »
« Les gens font plus confiance à l'algorithme du bitcoin et aux mathématiques qu'aux décisions des banques centrales » (Crédits : DADO RUVIC)

Le bitcoin s'est-il définitivement émancipé des vents contraires ? Toujours aussi volatile depuis sa création en 2009, au lendemain de la crise financière, la cryptomonnaie star, s'achemine cette semaine vers le cours symbolique de 70.000 dollars, bien plus désormais que le prix d'un kilo d'or (près de 59.000 dollars). Son cours a grimpé de 21% en un mois, selon le site Bitstamp et la cryptomonnaie a même gagné 450% depuis le début de l'année.

Rien ne semble arrêter son envolée, pas même la récente décision de la Chine d'interdire de produire cette monnaie sur son sol (alors et qu'elle représentait jusqu'ici deux tiers du « minage ») et même d'en échanger. Ni les volontés réaffirmées aux Etats-Unis ou en Europe de réguler les cryptomonnaies, bitcoin en tête, dont la substance même est pourtant de s'extraire de toute autorité centrale. Au contraire, les cryptomonnaies s'installent dans le patrimoine financier des ménages, irriguent les allocations d'actifs des portefeuilles des investisseurs institutionnels et attirent tous les acteurs de l'industrie financière, y compris des géants des paiements, comme Visa ou Mastercard.

Plusieurs facteurs peuvent expliquer cette étonnante conversion d'une monnaie pour « geek » et spéculateurs à une valeur refuge, dans laquelle nombre d'épargnants, y compris les « family offices » des plus riches, placent une partie de leurs actifs.

L'arme contre l'inflation

« Les gens font plus confiance à l'algorithme du bitcoin et aux mathématiques qu'aux décisions des banques centrales », résume un ardent partisan de la monnaie cryptée. D'autant que, contrairement au dollar ou à l'euro, le volume d'émission du bitcoin est fixé, dés le départ, à 21 millions d'unités, sans aucune possibilité d'y déroger.

D'où cette idée qui commence à faire son chemin que le bitcoin constitue une excellente protection contre l'inflation, l'ennemi juré d'un patrimoine financier.

C'est pourquoi aussi le bitcoin est largement privilégié dans les patrimoines par rapport aux autres cryptomonnaies, qui n'ont pas de limite à l'émission. Le bitcoin représente en effet plus de 40% de l'ensemble des actifs numériques en circulation, soit un total de 1.200 milliards de dollars de « capitalisation ». L'ether reste le second actif numérique le plus valorisé, soit 18% de la capitalisation totale, avec plus de 560 milliards de dollars en circulation. Sa promesse est différente de celle du bitcoin, c'est-à-dire d'accompagner le développement des NFT, les jetons non fongibles qui opèrent des transactions ou des actions de manière sécurisée et automatisée.

Mieux, comme le bitcoin n'a jamais réussi à s'imposer comme une monnaie de transaction, le phénomène de thésaurisation accroît mécaniquement sa valeur. En clair, alors qu'il se créé de moins en moins de bitcoins, l'afflux de cash ne peut que faire monter les cours. Une raison de plus pour spéculer à la hausse.

Car, et c'est le grand tournant observé ces derniers mois, l'appétit des particuliers pour le bitcoin gagne désormais les investisseurs institutionnels et obligent les grands intermédiaires - banques, courtiers, hedge funds- à s'y intéresser. Ainsi, en octobre dernier, pour la première fois, un fonds indiciel adossé au bitcoin et coté à Wall Street.a été lancé. Succès garanti auprès des investisseurs et cet ETF est en passe de pulvériser tous les records de collecte pour un ETF lancé cette année. Un ETF est un tout un symbole : il consacre l'institutionnalisation du bitcoin. Il ne manque plus à la panoplie que des produits dérivés pour couvrir les aléas des cours...

De New York au Salvador

Le succès du bitcoin entraîne celui des autres cryptomonnaies, à l'exception de celles trop exotiques, comme le Dogecoin, présenté dès le départ comme une farce. Plus de 10.000 alternatives coins (altcoins) se bousculent ainsi sur un marché actuellement valorisée à 3.000 milliards de dollars, selon le site CoinGecko. De nombreux projets liés à la technologie Blochchain suscitent également l'enthousiasme des investisseurs pour la finance décentralisée ou les NFT, qui y voient la finance de demain.

Même les politiques s'en mêlent ! Le maire démocrate pro-bitcoin de New York a annoncé le lancement d'une cryptomonnaie locale adossée au protocole Bitcoin pour positionner sa ville sur le sujet et tenter de pallier la décroissance du secteur financier. A l'échelon national, le Salvador a même récemment entièrement adoubé le bitcoin comme monnaie légale, surtout pour faciliter les transferts d'argent de la diaspora salvadorienne.

Les stablecoins des GAFA

Enfin, l'accélération du bitcoin fait aussi écho à l'atermoiement des banques centrales, moins rapides à élaborer une alternative numérique de monnaie banque centrale (CBDC, central bank digital currency). Les principales banques centrales avancent sur le sujet mais en ordre dispersé et avec un calendrier encore incertain. La banque des règlements internationaux (BRI), qui regroupe les banques centrales, tente cependant d'établir un langage commun.

La question qui préoccupe le plus les banques centrales est celle des stablecoins, ces cryptomonnaies convertibles en devises (au taux d'un pour un) et qui sont un rouage essentiel du marché des bitcoins, comme contrepartie utilisée par les plateformes d'échange (telle Coinbase). Les échanges ont également explosé et les stablecoins peuvent avoir, selon les banquiers centraux, avoir un impact sur la stabilité financière (même si leur capitalisation ne représente que 150 milliards de dollars). Ces monnaies sont dans l'œil des régulateurs qui multiplient avertissements et amendes aux Etats-Unis. Seule la Banque d'Angleterre se montre plus ouverte sur le sujet. Les grandes banques commerciales se montrent également très intéressées sur le potentiel des stablecoins, sans parler des GAFA qui, comme Facebook, pourraient lancer leur propre stablecoins (Libra devenue Diem).

Au total, il règne un enthousiasme autour des cryptomonnaies, qui n'est pas sans rappeler la bulle internet des années 2000. A l'époque, le seul tort des investisseurs et des entrepreneurs est d'avoir eu raison trop tôt.

Lire aussi 4 mnBitcoin: le verrou du fonds indiciel indexé sur la cryptomonnaie va sauter aux Etats-Unis

5 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 13
à écrit le 14/11/2021 à 13:51
Signaler
C'est une pure bulle spéculative, arrêtez de faire bêtement la promotion de l'arnaque de sont les cryptomonnaies et les NFT.

à écrit le 11/11/2021 à 15:35
Signaler
le gouvernement souhaite baisser les taux des PEL signés avant 2011, de 4,5% annuel a 1% mais la tribune n'etant pas un journal d'economie, aucun pseudo journaliste y officiant ne daigne en parler, car il ne faut pas mettre en colere la princesse ma...

le 12/11/2021 à 10:05
Signaler
Normal ils ont tous les mêmes patrons or les PEL n’intéressent plus du tout les banquiers, la conseillère me l'a clairement exprimé, leur serviteur donc s'exécute.

à écrit le 11/11/2021 à 14:18
Signaler
Prudence ne tombons pas dans le piège du bitcoin, il y aura de graves désillusions

à écrit le 11/11/2021 à 12:53
Signaler
Çà fait rêver! Avouons le! Mais plus "terre a terre" je préfère participer a une récolte de haricot en contre parti d'une "cote part" que de me fiais a ceux qui en veulent toujours plus!

le 11/11/2021 à 14:04
Signaler
@Bah. Certes un bon plat de haricots, vaut son pesant d'or. Tout comme un verre d'eau alors que l'on creve de soif. L'avidite de l'homme le tuera.

à écrit le 11/11/2021 à 9:35
Signaler
Ah je repense à tout ces spécialistes aux salaires à 5 chiffres venant nous affirmer que le bit coin était une valeur non crédible, ils avaient raison sauf que la pathologique cupidité de ceux qui possèdent les capitaux et outils de production fait q...

le 11/11/2021 à 13:03
Signaler
La question est qu'il est toujours plus crédible que l'euro ou le dollar.

à écrit le 10/11/2021 à 20:40
Signaler
Cette montée des crypto-monnaies est la conséquence directe du "quantitative easing" de la FED et de la BCE, autrement dit, la planche à billets. Les gens ont de moins en moins confiance dans le tandem Dollar-Euro, qui sont de plus en plus ponctionné...

le 11/11/2021 à 12:40
Signaler
Non il est maintenant autant produit avec de l'électricité renouvelable que du non renouvelable justement grâce à l'interdiction de la Chine qui a fait se déplacer les mineurs vers des lieux de production où celle-ci peut provenir de sources renouvel...

le 11/11/2021 à 13:06
Signaler
Les USA n'interdiront jamais les cryptomonnaies, il y aura au contraire une course à accueillir le plus d'investissements dans la token-economy. Sur le quantitative easing vous avez raison, c'est une raison pour ne plus avoir confiance en l'euro et ...

à écrit le 10/11/2021 à 18:12
Signaler
en economie, on appelle ca ' la fuite devant la monnaie', on apprend ca en premiere annee macroeconomie......certes, etre temps, tous les economistes de gauche sont venu expliquer qu'il y a une nouvelle theorie monetaire, que les banques centrales ne...

le 11/11/2021 à 13:10
Signaler
Oui, cette sorte de socialisme monétaire qui est devenu une pratique dominante finira sur le long terme par produire les effets opposés de ce qu'il prétend obtenir (avec il est vrai une certaine réussite à court terme, puisque il dépense le capital c...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.