Kyriba, première licorne Fintech franco-américaine

 |   |  591  mots
(Crédits : DR)
SUCCÈS L'écosystème fintech français est foisonnant mais peine à faire émerger des entreprises valorisées plus d'un milliard. A l'exception de Kyriba, une américaine aux liens très étroits avec la France.

« Ça y est ! On a notre première licorne : Kyriba ! » Alain Clot, le président de France Fintech, ne cachait pas sa fierté lors de la soirée d'été de l'association professionnelles des startups de la finance, mercredi 19 juin. Editrice de logiciels de gestion de trésorerie, la discrète Kyriba a annoncé fin mars un tour de table de 160 millions de dollars qui la valorise à 1,2 milliard de dollars, la faisant ainsi entrer dans le club des « licornes ». Mais Kyriba n'est pas tout à fait française : son siège social se trouve à San Diego, en Californie, et elle possède « des bureaux à New York, Paris, Londres, Tokyo, Dubaï », précise-t-elle dans sa communication.

Ses liens avec l'Hexagone sont multiples : elle est née en France en 2004 comme un spin off de l'éditeur de logiciels financiers XRT racheté par le britannique Sage. Son principal centre de R&D est à Saint-Cloud, près de Paris, où elle emploie environ un tiers de ses 650 collaborateurs. Son PDG, Jean-Luc Robert, et une partie des dirigeants sont français, tout comme certains grands clients (Auchan, LVMH, Yoplait). Le fonds français Iris Capital fait partie de ses actionnaires (Bpifrance vient de sortir), et c'est l'équipe française du fonds de private equity Bridgepoint qui a mené l'opération de mars dernier. En incluant Kyriba, France Fintech fait valoir que l'écosystème français a levé « plus de 500 millions d'euros au premier semestre 2019 », soit plus que les 354 millions estimés par KPMG.

Pas de méga-levées de fonds pour les startups françaises

Sur la quarantaine de licornes fintech recensée par CB Insights, cabinet de référence sur les levées de fonds de startups, à la fin du premier trimestre 2019, on trouve une dizaine d'européennes, essentiellement des britanniques comme OakNorth (prêts aux PME) ou les néobanques Revolut et Monzo, une allemande (N26) et une suédoise (Klarna) mais aucune française. Kyriba n'y figure pas encore mais CB Insights ne la classe pas comme une fintech française. Si les tickets moyens ont augmenté, et les tours de table de plusieurs dizaines de millions d'euros se font plus fréquents, les startups françaises de la finance n'ont pas décroché de méga-levée à neuf chiffres qui va généralement de pair avec une valorisation milliardaire.

« La fintech française va mieux, en termes de montants de levées de fonds, mais quand on regarde la course à l'armement au niveau mondial, ce que lèvent les Chinois et les Américains, elle reste petite », a constaté Ben Marrel, associé-fondateur du fonds de capital-risque Breega Capital, actionnaire du français Lemon Way et du belge iBanFirst, lors d'une table ronde de Fin & Tech Community le 19 juin.

Rien qu'au premier trimestre, l'ensemble des startups de la finance ont levé 6,3 milliards de dollars dans le monde, dont 1,7 milliard en Europe selon CB Insights.

« L'écart sur la taille des tours de table s'explique par un décalage du marché de la fintech française de deux ou trois ans par rapport au marché britannique. Outre-Manche, les pépites de la finance se sont créées plus tôt, vers 2012, tandis qu'une startup comme Alan est née en 2016 », analyse Mikaël Ptachek, du cabinet KPMG.

Il est convaincu que l'écosystème français peut engendrer une « licorne », soulignant le potentiel des cinq entreprises ayant levé plus de 30 millions. Certaines sont déjà des « demi-licornes » (valorisées plus de 500 millions) selon plusieurs sources du secteur.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 08/07/2019 à 18:58 :
hahaha
' le siege est en californie'
ben oui, vous ne voulez quand meme pas que les socialistes vous vendangent le projet a la dailymotion, si?
vous croyez vraiment que quand ca bouge vite, il faut une autorisation administrative de montebourg? he, cette boite n'est pas francaise, point
plus personne ne veut avoir affaire aux amis du politburo de citoyen blase, matin calme et gsrgsfmx
ils n'ont qu'a creer des emplois avec leur temps et leur argent
comme ca ils decouvriront la loi florange avant de perdre la maison qu'ils auront mise en caution

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :