L'app Lydia lance le crédit conso instantané avec Banque Casino

 |   |  848  mots
Le client porteur d'une carte Lydia aura une réponse immédiate à sa demande de prêt « en quelques secondes », qu'il pourra souscrire « en quelques clics » après avoir vu clairement le coût et l'échéancier, et il disposera de l'argent de façon « instantanée ».
Le client porteur d'une carte Lydia aura une réponse immédiate à sa demande de prêt « en quelques secondes », qu'il pourra souscrire « en quelques clics » après avoir vu clairement le coût et l'échéancier, et il disposera de l'argent de façon « instantanée ». (Crédits : Lydia)
La startup française, qui revendique 1,4 million d’utilisateurs de son application de paiement, s’est alliée à la filiale de Casino et Crédit Mutuel pour proposer du crédit sur trois mois, limité entre 100 et 1.000 euros, à débloquer en quelques secondes. La Fintech, qui étoffe son offre au-delà du paiement, espère réaliser plusieurs dizaines de milliers de prêts dans les douze mois.

« On ne va pas vous annoncer le rachat de Lydia par Banque Casino, ni celui de Banque Casino par Lydia », a lancé Cyril Chiche, le co-fondateur et directeur général de la startup, ce mardi 11 décembre, lors d'une présentation à la presse. Il souhaite étoffer l'offre de son application de paiement, qui revendique 1,55 million d'utilisateurs (dont 1,4 million en France) dont 82% ont moins de 30 ans, au-delà du virement entre amis, qui a fait son succès auprès des étudiants notamment. Après avoir lancé en novembre l'assurance de téléphone mobile avec son actionnaire CNP, en attendant une offre d'investissement et d'épargne, la startup de la Fintech s'est alliée à Banque Casino pour proposer du prêt personnel instantané, un crédit à la consommation non renouvelable, ouvert progressivement au public à partir de mercredi 12 décembre. Il s'agit de petites sommes, de 100 euros à 1.000 euros, empruntées sur une courte durée de trois mois.

« Cela n'a jamais été fait en Europe », a assuré le patron de Lydia.

Le client aura une réponse immédiate à sa demande de prêt « en quelques secondes », qu'il pourra souscrire « en quelques clics » après avoir vu clairement le coût et l'échéancier, et il disposera de l'argent de façon « instantanée ». Il faut pour cela avoir et utiliser la carte de paiement Lydia (la startup indique avoir environ 30.000 porteurs de sa carte Mastercard), pour un achat effectué sur « tous les sites et magasins du monde. »

« C'est le crédit le plus rapide en Europe, peut-être même au monde » a avancé Marc Lanvin, le directeur général adjoint de Banque Casino.

Il s'agit en fait d'une version accélérée d'un produit lancé en juin 2017 par banque Casino avec Cdiscount, Coup de pouce, un « mini-prêt instantané » de 100 à 1.500 euros dont les fonds étaient virés en 24 heures.

L'instantanéité a un coût non négligeable

Cette rapidité a un coût non négligeable : les frais sont de 13 euros pour 200 euros empruntés et de 51,20 euros pour 1.000 euros empruntés. « On fait payer l'instantanéité, qui est en option » explique le dirigeant de Banque Casino. Si le client attend 14 jours pour recevoir l'argent, il ne paiera que 31,30 euros d'intérêts pour 1.000 euros.

Cette offre de prêt peut s'utiliser « comme un emprunt en pré-transaction ou comme une facilité de paiement en post-transaction » explique la co-entreprise du groupe de distribution et du Crédit Mutuel Alliance Fédérale (ex CM11-CIC). Le client peut demander a posteriori, après un achat effectué en début de mois par exemple, en remontant l'historique de ses transactions, à bénéficier de ce prêt afin de pouvoir étaler le coût de sa dépense. Le montant est crédité sur le compte Lydia et non sur le compte bancaire (il faudrait alors attendre 24 à 48 heures).

« Lydia apporte sa base d'utilisateurs, son interface et l'instantanéité. Banque Casino, qui prend en charge le scoring, la prise de risque, et apporte les fonds propres, nous rétrocède une part significative de la rémunération de ce produit », a expliqué Cyril Chiche, qui dit avoir discuté avec « beaucoup d'acteurs du Consumer Finance [crédit à la consommation, ndlr], qui voulaient tous faire du crédit renouvelable. »

L'évaluation de la capacité de remboursement de l'emprunteur est effectuée par Banque Casino, avec un outil auto-apprenant, d'après les données historiques transférées par Lydia. La banque du groupe de distribution fait valoir qu'elle a « six ans d'expérience du paiement fractionné », notamment avec son offre de paiement en quatre fois par carte bancaire, et qu'elle a réalisé « plusieurs milliards d'euros de transactions en fractionné ». Elle affirme être leader avec une part de 25% du marché français du paiement fractionné, estimé à 5 milliards d'euros en 2018.

« Ce prêt instantané a vocation à nous rapporter un peu d'argent et à nous aider à toucher une population plus jeune, au-delà de nos 550.000 porteurs de cartes et plus de 2 millions d'utilisateurs par an », essentiellement au travers du site Cdiscount, a expliqué Marc Lanvin.

Banque Casino emploie plus de 200 personnes et a réalisé un produit net bancaire de 118 millions d'euros en 2017.

Lydia n'a pas communiqué d'objectifs mais le dirigeant de la startup espère que le nombre de prêts instantanés « se comptera en dizaines de milliers » dans un an. Banque Casino s'est dit également « confiant » au vu des 100.000 prêts "Coup de pouce" réalisés sur un an pour un montant moyen de 570 euros.

« Nous pensons qu'il s'agit d'un gros marché, qui est mal adressé. Dans 45% des cas d'usage du prêt personnel, le prêt instantané pourrait fonctionner », a estimé Cyril Chiche.

Dans les pays anglo-saxons, le crédit conso pour étaler le coût d'un achat est très développé et de nombreuses Fintech se sont spécialisées dans les "installments" (mensualités), à l'image de l'américaine Affirm, créée par l'un des cofondateurs de PayPal, Max Levchin, qui avait annoncé avoir accordé plus d'un million de prêts entre 2015 et 2017.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 12/12/2018 à 7:10 :
On croit rêver. Cela fait plus de 20 ans que les banques proposent des facilités de caisse preattribuees dont le montant est même supérieur à 1000€. Pas besoin d’avoir son application mobile pour savoir qu’on a sa réserve
De même, il y a des cartes de paiement revolving.
En quoi l’instantanéité évoquée est elle une nouveauté ?
Ce qui est nouveau c’est la propension de ces starts up à prétendre qu’elles réinventent le monde au prétexte d’application mobile. Encore une fausse bonne idée.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :