La "bad bank" irlandaise rembourse sa dernière dette

 |   |  316  mots
L'agence irlandaise chargée de gérer les prêts toxiques des banques du pays a accompli sa mission, et avec de l'avance.
L'agence irlandaise chargée de gérer les prêts toxiques des banques du pays a accompli sa mission, et avec de l'avance. (Crédits : NAMA)
Créée après la crise financière pour éponger les emprunts toxiques des banques irlandaises, l'agence NAMA va verser la dernière échéance de 500 millions d'euros sur les 30 milliards garantis par le gouvernement. Avec trois ans d'avance.

C'est un tournant symbolique pour l'Irlande : la structure créée en 2009, après la crise financière, pour éponger les emprunts toxiques, notamment immobiliers, de ses banques, sauvées de la faillite avec l'aide de l'Europe et du FMI, va s'acquitter de sa dernière échéance. La National Asset Management Agency (NAMA) a annoncé vendredi qu'elle allait rembourser d'ici à la fin du mois la dernière tranche de 500 millions d'euros d'obligations sur les 30,2 milliards d'euros de dettes garanties par le gouvernement. Et ce avec trois ans d'avance. Une façon de tourner définitivement la page de la crise financière qui avait plongé le pays dans une sévère récession.

"Aujourd'hui, nous avons atteint le principal objectif de la NAMA, un objectif que beaucoup de gens pensaient inaccessible au départ", s'est félicité Frank Daly, le président de l'agence.

Sortie de crise

Cette "bad bank" avait racheté pour 74 milliards d'euros de prêts aux établissements irlandais plombés par l'éclatement de a bulle immobilière, à une valeur dépréciée de 31,8 milliards. Il lui reste encore un portefeuille de 4 milliards d'euros d'actifs à céder "en maximisant le retour sur investissement" et une dette obligataire privée de 1,6 milliard d'euros à rembourser d'ici à mars 2020. L'agence a réaffirmé son objectif de générer "un bénéfice de 3 milliards d'euros pour les contribuables irlandais."

Le ministre irlandais des Finances, Paschal Donohoe, s'est lui aussi réjoui de la nouvelle:

"C'est un accomplissement remarquable et un jour historique pour l'Irlande et sa reprise économique après la crise financière dont nous nous éloignons un peu plus chaque jour", a-t-il déclaré.

Sortie du plan d'aide international fin 2013, l'Irlande enregistre une croissance soutenue (+5,8% sur un an). Elle a même annoncé début septembre qu'elle remboursait par anticipation le solde des prêts accordés par le FMI à l'époque.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 15/10/2017 à 12:19 :
La dette c est du credit et le credit renouvele c est un don. Pourquoi se priver de dette lorsque son economie est capable de creer des actifs tangibles et probants ? Une autre question est celle de l attribution de ce credit et une encore celle de la repartition des dividendes.
Un etat encore une fois n est pas un particulier.
a écrit le 14/10/2017 à 10:49 :
Et pendant ce temps, la France continue de s'endetter par simple impatience, et les intérêts de cette dette continuent d'augmenter (et ce alors que les taux restent très bas), pénalisant d'autant l'action de l'état.

Tant mieux pour les Irlandais si eux ont compris que la dette était un noeud coulant, qui se resserre toujours avec le temps. Il se peut même qu'un jour les Français le comprennent aussi, voire s'en soucient.
a écrit le 13/10/2017 à 22:24 :
Cette courbe va exactement dans la direction opposé que la courbe de la dette française.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :