« Les Français épargnent comme s'ils avaient 60 ans »

 |   |  848  mots
Selon l'étude d'Axa IM, un Français de 31 à 39 ans affiche en moyenne une performance de +3,23% par an sur dix ans de son portefeuille, à peine mieux que celle des plus de 55 ans (+2,89%).
Selon l'étude d'Axa IM, un Français de 31 à 39 ans affiche en moyenne une performance de +3,23% par an sur dix ans de son portefeuille, à peine mieux que celle des plus de 55 ans (+2,89%). (Crédits : Axa IM)
Le France reste championne de la prudence. Une nouvelle étude d'Axa Investment Managers a montré que 75% des Français préféraient ne rien gagner plutôt que de prendre le risque de perdre de l'argent. Un comportement qui ne concorde pas avec leurs projets ambitieux et objectifs de rendement élevés.

Les Français et leur bas de laine, c'est une longue histoire marquée surtout par une grande aversion au risque. Trois quarts d'entre eux préfèrent ne rien gagner du tout plutôt que de prendre le risque de perdre de l'argent lorsqu'ils investissent. C'est ce qu'a révélé une étude d'Axa Investment Managers (IM), publiée ce mardi 20 novembre, sur le comportement des Français en matière d'épargne et d'investissement. Cette prudence serait perceptible dès l'âge de 30 ans, selon l'enquête (*).

« La prudence des Français en matière d'investissement freine l'atteinte de leurs objectifs ambitieux sur le long terme. De plus, leur portefeuille type évolue peu au fil des années », détaille la filiale de gestion d'actifs du groupe Axa, qui ajoute : « Prudents dès l'âge de 30 ans, les Français investissent comme s'ils en avaient 60. »

Une très grande majorité, quelle que soit la génération, choisit des produits d'épargne très peu risqués. Les placements préférés des Français restent le compte courant (pour 94% des personnes interrogées), qui ne rapporte aucun intérêt et s'apparente aux liasses sous le matelas, le compte d'épargne (79%), incluant le livret A (dont la rémunération est à son plus bas historique, 0,75%), et le PEL (au taux de 1%), suivi de l'assurance vie en fonds euros (36%), au rendement moyen de 1,80%.

Inversement, les titres détenus en direct comme les actions (9%), l'assurance vie en unités de comptes (6%) ou encore le bitcoin et les autres crypto-monnaies (3% tout de même), tous perçus comme des placements trop risqués, sont délaissés.

--

Axa IM produits d'épargne préférés des Français

[Les Français privilégient les produits peu risqués. Crédits : Axa IM.]

--

Des objectifs de rendement ambitieux

Ce choix de la prudence n'est pas forcément cohérent avec les objectifs que se fixent les Français. Selon l'étude, 29% des Français affirment épargner en vue de préparer leur retraite, il s'agit donc d'argent qui pourrait être immobilisé sur des placements plus rémunérateurs à long terme. Toutefois, 30% des personnes interrogées ont pour priorité la constitution d'un filet de sécurité pour faire face aux imprévus de la vie, 24% veulent mettre de côté pour leurs vacances et 20% en vue d'un projet d'achat immobilier.

--

Axa IM les français, l'épargne et l'investissement

[30% des Français ont pour priorité de se constituer un filet de sécurité pour les imprévus. Crédits : Axa IM.]

--

« Il est tout à fait compréhensible que les Français soient prudents avec leur argent. Mais la façon dont ils le gèrent aujourd'hui n'est pas alignée avec leurs objectifs de long terme », a commenté Bettina Ducat, responsable du développement et de l'offre chez Axa IM, citée dans un communiqué.

Même chose pour les objectifs de rendement : 70% d'entre eux espèrent obtenir une performance annuelle moyenne de leurs placements d'au moins 5%. Ils sont même 30% à vouloir attendre un gain annuel de 10% ou plus. Mais selon l'étude, l'allocation moyenne des Français ne leur permettrait pas d'atteindre ces objectifs, « la part des actifs considérés comme risqués, tels que les actions, restant faible quelles que soient les générations ». Axa IM observe d'ailleurs que l'allocation du portefeuille type n'évolue « pas beaucoup en fonction de l'horizon d'investissement » : un Français de 31 à 39 ans affiche en moyenne une performance de +3,23% par an sur dix ans de son portefeuille, à peine mieux que celle des plus de 55 ans (+2,89%).

Une autre étude, réalisée par Air Liquide avec le salon Actionaria, montre également que les Millenials (25 à 34 ans) et les "Xennials" (35 à 41 ans) épargnent pour des projets de moyen ou long terme, tels que la constitution d'un patrimoine ou en vue de la retraite, tout en privilégiant des placements de court terme à la faible rentabilité. Un comportement paradoxal que les auteurs de l'étude expliquent par le manque d'informations et de conseils.

--

Axa IM épargne investissement

[Les Français, toutes générations confondues, affirment manquer de connaissances financières. Crédits : Axa IM.]

--

Méfiance envers les robots-conseillers

En matière d'information justement, les Français privilégieraient largement encore le professionnalisme des conseillers financiers, plutôt que le recours à un robot-conseiller (robo-advisor), à un algorithme : 84% d'entre eux sollicitent les conseils d'un expert selon l'enquête d'Axa IM.

« Le rôle du conseiller financier devrait rester prépondérant dans les années à venir, puisque même chez les 16-24 ans, pourtant plus familiers aux usages d'Internet, il demeure la source d'information privilégiée », prédit l'étude.

Seulement 13% des Français interrogés, de tout âge, disent souscrire à des produits financiers via une plateforme d'investissement en ligne, sur laquelle ils effectuent leurs propres placements sans être conseillés. Ils sont 19% à vouloir le faire à l'avenir.

--

(*) L'enquête a été réalisée par le cabinet Gfk en juin dernier, auprès d'un échantillon représentatif de 1.009 personnes âgées de 16 à 55 ans et plus (50% de femmes et 50% d'hommes). Axa IM a également interrogé 120 enfants, âgés de 8 à 15 ans, des personnes sondées.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 23/11/2018 à 9:09 :
Avec un pays qui repousse et ne trouve pas les solutions pour améliorer sa situation économique, qui est incapable de réduire son déficit, son train de vie, donner aux affaires un environnement favorable, bref favoriser le business autrement qu'avec des taxes a géométrie variable, endiguer le chômage, la situation restera ainsi.
a écrit le 22/11/2018 à 23:00 :
Les français ont raison. Prendre de gros risques pour gagner 5% au lieu de 2,5% sur quelques économies, ça ne vaut pas le coup du tout.

La bourse soit on a du temps et des capacités, et on gère soit même ses placements de A à Z. Soit il vaut mieux s'abstenir. Car on ne peut pas avoir confiance dans son conseiller financier ou les gestionnaires de fonds pour préserver ses intérêts.

A chaque crise financière (et il y en a une tous les 10 ans environ) c'est toujours la même histoire. Des millions de petits épargnants perdent des années d'économies.
Quand c'est pas leur retraite comme on peut le voir dans certains pays. Puis les banques centrales ouvrent les vannes et on est reparti pour un tour.
a écrit le 22/11/2018 à 17:38 :
si les jeunes actifs épargnent comme ceux proches de la retraite , c'est qu'ils ne font aucune confiance au pouvoir politique et son action en matière économique , fiscale et sociale . la macronie en marche ferait bien de s'en inquiéter .
a écrit le 22/11/2018 à 14:00 :
Taxo-Man baisse les retraites ( Désindexation ) et puis, au 1er juillet prochain, fin des 25 Meilleures années : donc Chute, Point de retraite qui sera Désindexé, à Perpet : donc Chute. L'Etat-Cigale-Glouton gaspille sur le dos de nous, Pauvres Demeurés, alors dépensons toujours moins ou malin, et épargnons !!!!!!! quand nous le pouvons. Taxo-Man c'est l'Insécurité Financière, pour nous, bas peuple demeuré.
a écrit le 22/11/2018 à 11:34 :
Avoir un matelas sur son compte-courant vous met à l'abri des agios usuraires en cas de découvert. En les évitant, vous regagnez facilement les clopinettes que rapportent les placements non risqués (surtout après avoir payé la CSG).
a écrit le 22/11/2018 à 9:00 :
Les français épargnent pour leur avenir pas pour les bonus des traders quoi de choquant!
a écrit le 22/11/2018 à 6:52 :
Beaucoup de valeurs attractives grace a la baisse:c'est le moment de jouer le rebond en étant sélectif.Sur 10 ans on est toujours gagnant a la bourse,il suffit d'etre patient
Réponse de le 22/11/2018 à 11:35 :
C'est faux. C'est ce que dit votre "conseiller" pour toucher sa prime.
a écrit le 21/11/2018 à 21:56 :
Ben, la presse -et la presse économique également, surtout Les ECHOS que l'on ne saurait qualifier de gauchistes- est pleine d'articles parlant de la nouvelle crise qui va venir, du prochain crach des bourses, etc

Donc, la prudence est de mise.
Car les banquiers n'ont rien perdu lors de la crise financière précédente ce sont les épargnants qui ont souffert...
les golden boys des banques en faillite continuaient à percevoir des bonus...
a écrit le 21/11/2018 à 20:02 :
Information intéressante qui montre le décalage entre un discours de l'exécutif sur la France de demain et la réalité. Il est tout aussi intéressant de voir le mouvement des gilets jaunes qui sont la France qui souffrent et la aussi le discours qui comme tous ses prédécesseurs n'investit pas dans l'écologie mais dans la mauvaise gestion des finances publiques. La aussi dans cette France politique qui a un discours et une action tout à fait contraire. En fait le discours politique est comme l'action des citoyens un système qui ne bougent pas. Autre point l'action Air liquide est souvent considérée comme une action de sécurité une action qui est peu ou pas sujette aux soubresauts d'un discours, d'une tempête mais d'une politique industrielle forte dirigée par des PDG, 4 en 100 ans, venant du sérail. Elle est l'action idéale pour ceux qui veulent commencer à se lancer avec pas ou peu de risque dans l'actionnariat sur le long terme.
Réponse de le 22/11/2018 à 11:37 :
Mais même elle, elle pourrait décevoir si elle se met à reculer en chiffre d'affaires... ou commet des erreurs stratégiques. Pour un petit porteur, tout est risqué.
a écrit le 21/11/2018 à 18:33 :
C'est un compliment jeune fille , car si vous saviez toutes les c......es que l'on peut faire avant 60 ans vous changeriez de job .
a écrit le 21/11/2018 à 17:01 :
Faire confiance aux Bankster? Que nenni. Sont-ce les riches qui les font vivre. Certainement pas. Ce qui les fait vivre, les banquiers et la clique qui gravite autour ce sont les déposants, les petits épargnants qu'ils peuvent rincer au gré des crises, bien aidés par des lois scélérates. Pour restaurer un peu de confiance dans les banques cela passe par une claire séparation entre les banques de dépôt et les banques d'investissement.
a écrit le 21/11/2018 à 13:22 :
Les français épargnent comme s'ils avaient 60 ans...

La bonne blague, mais ils ont 60 ans ! et c'est cette catégorie d'age qui a le plus fort pouvoir d'épargne. Ils sont à leur maximum de rémunération, les gosses sont partis et la maison est payée.

D'autre part, l'actionnariat populaire, les français ont donné sous Balladur. Ils ont acheté en masse du "tunnel sous la manche" et du "france telecom".

Et ils se sont fait baiser comme des bleus dans le premier cas par les banques et les gros actionnaires, et ils ont appris ce que c'était qu'une bulle avec le second.
Et depuis ils sont plus que méfiants.
Réponse de le 22/11/2018 à 11:38 :
Ma tante a perdu une petite fortune à ce jeu...
a écrit le 21/11/2018 à 12:18 :
L'épargne ? En france ou même en zone euro ? Quelle rigolade ! Il faut être complètement fou pour encore se lancer dans une quelconque forme d'épargne en france, vu que les "dirigeants" et les banquiers changent sans cesse les règles du jeu en leur faveur. Mais il y a une bonne nouvelle malgré tout : il est encore possible d'épargner et d'investir sans prendre des risques inconsidérés... hors france et hors zone euro. Les possibilités sont même assez nombreuses, assez intéressantes (certaines plus que d'autres), stables et fiables, rentables aussi. L'essentiel, comme toute personne responsable, est de sortir le plus possible d'argent de france et de la zone euro pour l'investir ailleurs, dans des pays et organismes privés souvent, qui ont de la crédibilité et de la fiabilité sur le moyen terme au moins. Laisser son argent en france ? Faut être complètement débile pour ça !
Réponse de le 21/11/2018 à 13:29 :
Pas faux, ce que vous racontez dans votre commentaire ! Il est en effet totalement inutile de vouloir placer de l'argent ou économiser en france et dans l'immense majorité (pour ne pas dire tous) des pays de la zone euro. A moins, bien sûr, de vouloir absolument perdre de l'argent en frais divers, taxes diverses etc etc. Et c'est encore plus grave lorsque l'on se rend compte que, comme vous le soulignez, les responsables politiques et les financiers changent allègrement les règles du jeu en cours de partie, sans en avertir les épargnants-gogos. Et toujours à leur seul profit. Mais vous avez raison : à condition de sortir intelligemment son argent de france, ce qui reste tout à fait possible en toute discrétion..., il est encore possible - sous d'autre cieux - d'investir de manière rentable et/ou d'épargner sans y perdre un peu plus d'argent chaque mois. Certes, il faut impérativement sortir de france (mais ça, c'est une simple mesure de bon sens, de réalisme et même de véritable civisme !!) et même de la zone euro, mais cela en vaut très largement la peine... d'expérience personnelle; Et si, en plus, les fiscards français ne viennent pas racketter...
Réponse de le 21/11/2018 à 15:09 :
Tout à fait juste ! A l'heure actuelle, les soi-disant "conseillers" des banques françaises sont avant tout des incompétents, des ignares et des rigolos. Ils sont juste bons à essayer de vous arnaquer en vous "proposant" (quitte à essayer de vous forcer la main et à vous mentir sciemment) exclusivement des produits de leur banque. Ils ne sont pas foutus de faire autre chose. ce ne sont pas avec ces gens-là qu'il faut traiter, car ils ne sont bons à rien. Même si les coûts sont plus élevés (quoiqu'avec les frais indécents que comptent les banques, ce n'est pas nécessairement vrai), il est plus sage et plus rentable de traiter avec des vrais courtiers qui ont de vraies connaissances et un vrai savoir-faire. Pas comme les employés de banque de base. Encore mieux, d'expérience personnelle : traider avec une plate-forme sérieuse. Perso, cela fait quelques années que je me prête à ce jeu... au point d'en avoir arrêté toute autre activité professionnelle; bien m'en a pris : je gagne beaucoup plus que lorsque je travaillais comme cadre sup' dans une entreprise privée et je peux réinvestir l'argent gagné... qui me rapporte encore plus. certes, il y a parfois des pertes, mais l'un dans l'autre, les gains peuvent être très intéressants et tout aussi élevés. A condition, bien entendu, de ne rien prester en france, c'est une évidence. Pouquoi se faire racketter par des fiscards qui sont à la solde de politiciens aussi incompétents que les "conseillers" bancaires, et encore plus escrocs... si possible ?
a écrit le 21/11/2018 à 10:13 :
Comment voulez vous qu'ils investissent quand on leur offre un tel environnement instable a moins de "jouer au casino"? On ne peut leur reprocher leur prudence face a l'arnaque que l'on leur propose!
Réponse de le 21/11/2018 à 21:59 :
le casino est un "investissement" qui s'avère bien de fois plus fiable et bien plus reglementé que d'autres réputés "sérieux"
a écrit le 21/11/2018 à 9:05 :
la prudence semble de mise en ce moment.
BNP Paribas écrivait en 2015 que les Allemands sont plus prudents, avec beaucoup plus de numéraire/dépôts que les Français et moins d'actions ("Boom immobilier en Allemagne", Recherche Economique BNP Paribas, Eco-Flash N° 15-24, 11/06/2015).
a écrit le 21/11/2018 à 8:34 :
Ne pas oublier le fort impact d'une fiscalité qui est modifiée sans arrêt, ce qui n'incite pas à placer à moyen/long terme dans du plus ou moins risqué
Réponse de le 22/11/2018 à 11:44 :
Quand on perd, c'est pour le pigeon, quand on gagne et qu'on est un petit, c'est pour le fisc.
a écrit le 21/11/2018 à 6:25 :
En janvier 2018 j'ai investi (dans une grande banque française) 300 euros sur un contrat d'assurance vie en unités de compte.
Aujourd'hui 21 novembre 2018 mon capital est de 284 euros.
Soit une perte sèche de 16 euros
Conclusion :
Je me suis fait avoir.
Réponse de le 21/11/2018 à 7:20 :
La performance négative ne choque pas, un placement en fond action à une durée minimale de 3 à 5 ans en fonction de la volatilité choisi . Votre placement est donc trop récent pour faire une telle conclusion . Des droit d entrée ont ils été prit lors de ce versement ce qui peut aussi rentrer en ligne de compte .
Réponse de le 21/11/2018 à 9:25 :
raisonnement debile. un placement a long terme ne se juge pas sur des perf a 6 mois. Surtout qu apparement votre placement est pas si mauvais car malgre la chute des actions vous etes quasiment a l equilibre (les 16 € de perte doivent etre aussi les frais qu a preleve votre banque)
Réponse de le 21/11/2018 à 12:44 :
Les frais d'entrée sont de combien ? Vous ne les avez pas regardés avant ? A La SocGen c'était 6 ou 8% ma conseillère m'a fait 4%, généreusement. Ca fait autant à "récupérer" via la progression de valeur en 2-3 ans minimum pour arriver à 0%. Celles que j'ai en ligne ont O% de frais, hors ceux annuels de gestion, différentes sur chaque type de produit (les risquées qui rapportent plus, faut mixer, pas avoir un seul truc, en moyenne ça peut s'améliorer (j'ai eu une fois +53% mais sur une petite somme et ça s'est calmé par la suite, dommage :-) ) )
Réponse de le 22/11/2018 à 17:07 :
Vous avez du choisir une assurance vie investie en bitcoin.Fallait pas!
a écrit le 20/11/2018 à 21:08 :
C’est à dire que... La bourse n’a pas bonne presse. Le trading haute fréquence, la manipulation de cours boursier et d’indices par les banques et les flux de liquidités émis par les banques centrales, vers les banques qui le remettent à la banque centrale font que le quidam moyen n’investit pas. Toutes les bonnes affaires boursières reposent sur le délit d’initié ou sur la panique. Elles se font au détriment des « pigeons ». Il est permis de penser que les pigeons, c’est nous.
Réponse de le 21/11/2018 à 1:26 :
A Math.
Je pense que vous stigmatisez un peu trop.
J'ai achete depuis pas mal d'annees des actions Samsung et LG. Dividendes reguliers et remunerateurs.
Certes, ca baisse, puis ca remonte, mais c'est du solide. Essayez.
Réponse de le 22/11/2018 à 11:41 :
Bien raisonné.
a écrit le 20/11/2018 à 20:50 :
Il semblerait que ce soit en partie culturel et en partie structurel, puisque le système de retraite par répartition ne nécessite pas de placements financiers, contrairement à celui par capitalisation. (http://www.cor-retraites.fr/IMG/pdf/doc-4158.pdf).
Autres éléments relèves dans le même rapport :
« Le taux d’épargne est plus élevé dans les pays où l’État se finance davantage par les impôts indirects ». En France la TVA est l’impôt indirect qui rapporte le plus. Pour 2017 : TVA = 150 Milliards net, les impôts = 78 Milliards net et la CSG 97 Milliards en 2016. (http://www.senat.fr/rap/l17-108-1/l17-108-19.html)
Les niches fiscales et autres avantages représentent 100 Milliards.
En ce qui concerne les préconisations : https://www.agefi.fr/financements-marches/actualites/etude-texte-reference/20180417/l-ocde-se-prononce-fiscalite-l-epargne-plus-245395
L’Etat gère aussi une grande part des dépenses, sinon, comme dans d’autres pays, les ménages paieraient directement les servies, en économisant ou en s’endettant.
Parmi les dépenses ; Education : 50 Milliards, Défense : 32,4 Milliards, Recherche : 26,7 Milliards, Territoires : 18,2 Milliards…

Malgré les économies dont disposent les Français (en moyenne) cela le contexte ne parait jamais rassurant, ou bien c’est une impression ?
On ne sait si ce sont les gouvernants ou la population ou une quelconque malédiction climatique. Les Français semblent timorés vis-à-vis des investissements dans l’économie réelle, celle des actions d’entreprises, l’habitude de l’Etat qui gère tout ? Certes ces placements sont fluctuants, parfois victimes d’impondérables difficilement compréhensibles pour le commun des mortels, on le constate tous les jours dans les infos. Pourtant il y a des actions dites fond de portefeuille, dont certaines avec des rendements intéressants. Quand aux fonds proposés par les banques, la crise de 2008 a du en dissuader beaucoup, souvent les banques n’ayant elles mêmes rien vu venir. Pour empêcher trop de fluctuations il existe beaucoup de combinaisons, mais les marchés financiers étant eux-mêmes victimes d’un manque de régulation, rien n’est garanti. D’ailleurs plus on lit les journaux économiques plus on voit le mot « crise »… statistiquement.

Au gré du web :
178200 € par ménage - https://www.lemonde.fr/argent/article/2018/05/07/les-menages-francais-n-ont-jamais-ete-aussi-riches_5295560_1657007.html
5000 Milliards - https://www.latribune.fr/entreprises-finance/banques-finance/les-menages-francais-ont-plus-de-5-000-milliards-d-euros-de-patrimoine-financier-783173.html
15 e position - http://www.lefigaro.fr/conjoncture/2017/09/28/20002-20170928ARTFIG00005-patrimoine-financier-des-menages-la-france-arrive-en-15eme-position.php
a écrit le 20/11/2018 à 20:00 :
Quels français ? Les smicards, les gilets jaunes ? En tout cas, je n'épargne rien, pour la simple bonne raison, au 20 du mois, je suis à sec. Je mange des fruits sur place ds les magasins Pdt mes pauvres achats. Et j'ai plein de petites combines..
a écrit le 20/11/2018 à 19:12 :
J'ai eu un PEA qui a perdu 19% sur 9 ans et l'ai clos. Peut-être eût-ce été rattrapé au bout de 30 ans ? Parait que la (très) longue durée le Bourse monte en "tendance".
Des actions demandent un peu de savoir faire, suivi, quand vendre, quand acheter, quoi ... Si on fait comme moi un choix 'diversifié' et on garde, on subit, n'y connaissant rien. C'est donc fini. Ai dépassé 60 ans donc suis devenu prudent, échaudé.
Réponse de le 22/11/2018 à 11:51 :
J'avais fait comme vous et j'ai récemment clos un PEA qui ne m'a rapporté que des clopinettes et la conseillère m'a carrément dit : "Mais vous ne vous en occupiez pas ? Vous avez eu de la chance." Bonjour, la rentabilité de long terme. Pour que ça rapporte, il faut "s'en occuper".
a écrit le 20/11/2018 à 18:53 :
Les conseillers grand public des banques sont essentiellement des vendeurs de fond de placement concoctés par leurs banques. Ils sont généralement assez ignares des mécanismes boursiers et économiques.Ils sont incapables de faire une analyse qui tienne la route.J'en ai vu qui ne savent même pas ce que veut dire un PER (price earning ratio) la base minimum et indispensable pour jauger de la valeur d'une action. Fuyez les conseillers des banques.
Réponse de le 21/11/2018 à 7:26 :
Votre conseiller n est pas un trader .... son métier est de proposer une diversification ou une alternative au fond € des contrats d assurance vie dans une recherche de rentabilité sur le long terme .
Ne voyez pas le mal partout , vous avez sûrement dans votre banque un service d expert qui viennent compléter les informations de votre conseiller . C est un généraliste pas un spécialiste comme vous le soulignez .
Réponse de le 21/11/2018 à 9:20 :
Un conseiller ne vous vendra jamais un produit qu'il n'a pas dans le portfolio de son employeur.... Ca suffit a comprendre qu'il n'est qu'un vendeur d'aspirateurs comme un autre... Aucun conseil, juste du baratin de marchand de tapis... a fuir impérativement.
a écrit le 20/11/2018 à 18:52 :
Deux solutions se proposent a nous, soit thésauriser, soit jouer au casino... le reste n'est pas crédible sur une moyenne ou longue échéance!
a écrit le 20/11/2018 à 18:31 :
Le CAC est aujourd'hui a 4924 en 2018, le 2 avril 2007 c'était 6062, et le 1 aout 2000 6582.
On a fait croire et on continue de faire croire que la bourse est gagnante sur le long terme.
C' est totalement faux. En cas d' achat au plus haut et de vente (souvent contrainte aux plus bas) vous avez perdu 25% sur 18 ans. Les seuls qui sont gagnants sont les gestionnaires qui touchent à l' achat et la vente Pas étonnant qu' ils soit pour....Vive livret A.
Réponse de le 20/11/2018 à 19:10 :
Vous faites erreur, vous ne prenez pas en compte les dividendes.
Recherchez les chiffres avec le CAC40 NR!
Réponse de le 20/11/2018 à 20:35 :
dividende peut être, mais beaucoup d entreprises du CAC ne sont pas très généreuse et avec 10% d 'inflation en 18 ans ?.
Il doit pas rester grand chose.
Réponse de le 21/11/2018 à 7:30 :
Vous ne mentionnez pas les dividendes dans votre analyse .
La bourse est cyclique , vous ne parlez pas non plus du gain entre une bourse à 2000 et 6000 points ... à force de voir les baisses vous ne voyez pas les hausses .
Réponse de le 21/11/2018 à 9:05 :
il a tout a fait raison, vu que si vous comparez dividendes reinvestis, il faut comparer les sommes que vous auriez laisse 18 ans sur votre contrat d'assurance vie a 3- 4% !!!
vu que les dividendes sont inferieurs a ca sur la periode, la messe est vite dite!
a écrit le 20/11/2018 à 18:29 :
Quand on fait des sacrifices pour épargner, on a pas envie de voir son argent fondre à cause des cours de bourse.
Sans oublier qu'il s'agit souvent d'une épargne de précaution, utilisée en cas de coup dur ou pour faire face à la pression fiscale qui ne cesse d'augmenter
a écrit le 20/11/2018 à 17:37 :
1°) avoir en face de soi un conseiller en chair et en os est un luxe. S'il reste en place suffisamment longtemps pour avoir le loisir de le croiser deux fois, c'est qu'il est mort.

2°) Avoir un conseiller financier qui ne soit pas un vendeur de produits est une rareté, ceux qui jouent à ça sont en effet virés très rapidement.

3°) Il y a des crises financières tous les 5 ans et les banques ont plus joué leur intérêts propres que ceux des clients.

4°) Tout fait l'objet de frais...

Résultat: faute de confiance on bétonne les placements, où on va les mettre ailleurs.
Réponse de le 21/11/2018 à 9:21 :
Voila
Réponse de le 21/11/2018 à 18:21 :
Ben voyons...
Si ke vous écoute.
Avoir un conseiller en chair et en os, oui mais je bien rien payer.

La banques sont fautives de preter à 1,5% c est trop cher.

Les banques ont joué leurs interets tous les jours. C est pas normal. Elle devraient être altruiste et ouvrir encore plus d agences, et je paie rien.

Faites ce que je dis pas ce que je fais.

Regardez plutôt le montant des prêts immobiliers et professionnels accordés par ces banques .
A taux cassés.
Au lieu de gémir

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :