Michel Aglietta « Une monnaie mondiale et privée, c’est absurde et dangereux »

Pas de monnaie sans confiance et pas d’économie sans monnaie : historiens et économistes ont montré ce lien essentiel. Le professeur émérite Michel Aglietta nous en décrypte les ressorts et livre ses réflexions sur le Bitcoin, le Libra de Facebook et les monnaies digitales de banques centrales.
Delphine Cuny

8 mn

Michel Aglietta est professeur émérite de Sciences économiques à l'Université de Paris-X Nanterre. Il est conseiller au CEPII et à France Stratégie.
Michel Aglietta est professeur émérite de Sciences économiques à l'Université de Paris-X Nanterre. Il est conseiller au CEPII et à France Stratégie. (Crédits : CEPII)

« La confiance est la matière première dans laquelle toutes les catégories de monnaie sont frappées » relève l'universitaire Yuval Noah Harari dans son best-seller « Sapiens ». Qu'il s'agisse du grain d'orge, la première « monnaie » connue de l'histoire, apparue à Sumer autour de 3.000 ans avant Jésus-Christ, des « cauris », les coquillages des sociétés primitives, des dollars ou euros d'aujourd'hui, circulant essentiellement sous la forme d'écritures électroniques, ces instruments servant de monnaie « n'ont de valeur que dans notre imagination commune » et reposent sur une convention collective, « une révolution purement mentale ». L'apparition de la monnaie a libéré les échanges de la condition dite de « double coïncidence des désirs » imposée par le troc et marqué ainsi le passage à l'économie de marché. « La monnaie est le système de confiance mutuelle le plus universel et le plus efficace qui ait jamais été imaginé » estime même l'historien israélien.

La parant de mille vertus, il lui attribue un rôle pacificateur : « la monnaie est l'apogée de la tolérance » affirme-t-il : « grâce à l'argent, même des gens qui ne se connaissent pas et ne se font pas confiance peuvent tout de même coopérer efficacement. » Dès l'Antiquité, Aristote avait défini ses trois fonctions, qui restent d'actualité : unité de compte (permettant d'établir les prix), réserve de valeur et intermédiaire des échanges (moyen de paiement ayant une valeur fiable aux yeux de tous). « La monnaie [nomisma en grec, de nomos la norme] est pour nous une sorte de gage donnant l'assurance que l'échange sera possible si jamais le besoin s'en fait sentir » écrit le philosophe dans « Éthique à Nicomaque ». Une sorte de contrat, de garantie.

La fin de la convertibilité en or de la monnaie (en 1936 pour le franc, en 1971 pour le dollar), a montré ce lien essentiel entre monnaie et confiance de façon plus évidente. Nos économies modernes sont fondées sur la monnaie « fiduciaire » (du latin fides, la confiance), c'est-à-dire émise par une banque centrale, sans valeur intrinsèque ni possibilité de la convertir en un poids fixe en or, et à 90% sous forme scripturale (le reste en pièces et billets). Cette monnaie fiduciaire est « acceptée en échange de biens et de services, car la population fait confiance à la banque centrale en ce qui concerne le maintien de la stabilité de la monnaie sur la durée » explique la Banque centrale européenne (BCE) sur son site.

La monnaie, un bien public

L'économiste Michel Aglietta a travaillé plusieurs décennies sur ce lien entre monnaie et confiance, relevant qu'il n'y a « pas de monnaie sans confiance », même l'or étant à ses yeux une monnaie fiduciaire. « La monnaie n'a pas d'utilité intrinsèque mais elle a une utilité sociale formidable, parce qu'on postule qu'elle est acceptée par tous. La monnaie fait lien social » nous confie l'auteur de « La monnaie entre violence et confiance ».

« Le paiement n'est pas un acte individuel mais un système. Pour qu'il y ait finalité des règlements, il faut une entité supérieure, ultime, qui ne peut être privée, qui est reconnue légitime par la loi. Ce qui ne veut pas dire que cette institution doit être dépendante de l'Etat, elle peut même avoir du capital privé et a intérêt à être autonome. La monnaie est un bien public par nature mais elle n'est pas une créature de l'Etat : elle est un processus d'unification de la société, légitimée par la puissance publique » analyse l'universitaire, conseiller scientifique au CEPII et à France Stratégie.

La grave crise financière mondiale de 2007-2008 a ébranlé cette confiance, dans l'ensemble du système, dans les banques centrales et commerciales, et dans les monnaies. C'est dans ce contexte qu'un certain Satoshi Nakamoto (le pseudonyme d'un collectif probablement) a créé le Bitcoin. Son livre blanc du 31 octobre 2008 n'est pas un brûlot libertarien mais un texte technique proposant la création d'un « système de pair-à-pair de cash électronique », pour pouvoir échanger de la valeur sur Internet, « sans le besoin d'un tiers de confiance » : le nouveau système se fonde sur « une preuve cryptographique au lieu de la confiance ». La foi dans le code informatique plutôt que dans l'Etat et son bras armé, la banque centrale.

« La croyance qu'un code informatique à lui seul puisse remplacer la nécessité d'une instance d'autorité légitimée par la loi et qui représente le lien collectif, et ce pour le monde entier, soit plus de 7 milliards d'habitants, cela n'a aucun sens ! C'est une croyance d'informaticiens. Elle repose sur une idée politique, l'anarchisme, selon lequel la société peut faire ordre social de manière organique » argumente Michel Aglietta.

Il se montre critique sur le Bitcoin, son absence d'instance légitime centrale, ses délais de traitement de transactions, ses coûts de pollution, sa limitation en quantité, mais il reconnaît que « la technologie Blockchain a le potentiel de réduire considérablement les coûts des paiements. »

La monnaie digitale de banque centrale comme solution ?

Très au fait du projet de cryptomonnaie de Facebook, Libra, il ne cache pas ses réserves.

« Ce projet Libra est extrêmement dangereux. Si le bien public est approprié privativement, il n'y aura plus de démocratie. La monnaie doit rester publique. C'est une plaisanterie quand Facebook parle d'une association à but non lucratif. Une Constitution ne va pas déléguer à un ensemble d'acteurs privés, qu'ils soient 100 ou un seul, ce qui est la cohésion de l'ordre social. En outre, Facebook a la prétention d'en faire une monnaie mondiale. C'est absurde ! Il n'y a pas d'ordre social mondial, or la monnaie est la représentation d'un ordre social. Il n'est pas possible que des acteurs privés non bancaires participent à un système de paiement sans être régulés comme des entités spéciales. Ce n'est pas par hasard si les banques ont des licences et sont régulées. Les gouvernements vont s'apercevoir du danger. Une des solutions est la monnaie digitale de banque centrale », fait-il valoir.

En Suède, la Riksbank a un projet très avancé d'e-krona, de couronne digitale.

« Il n'y a pas de raison que Facebook soit le seul à proclamer "je suis la monnaie ultime" ! Pour l'instant, Google et Amazon continuent de coopérer avec des acteurs bancaires pour le paiement mais Google ne peut accepter que Facebook soit le seul à créer sa monnaie digitale. On se dirige donc vers une pagaille formidable ! Le danger est que le pouvoir monétaire glisse de l'autorité légitime à des monopoles privés » met en garde l'économiste octogénaire. « Le système monétaire international ne se change pas en fonction des lubies d'Untel » insiste Michel Aglietta.

Si le géant des réseaux sociaux a assuré qu'il mettrait en place un remboursement en cas de perte des libras (smartphone volatilisé ou mot de passe oublié), il ne devrait pas bénéficier de la garantie réglementaire existant dans de nombreux pays sur les dépôts bancaires (à hauteur de 100.000 euros par personne en France par le biais du Fonds de garantie des dépôts et résolution (FGDR), tandis que les sommes déposés sur les livrets d'épargne (Livret A, LDDS, LEP), sont garanties en totalité par l'Etat. Sauf à être officiellement régulé comme une banque. Gouvernements et banques centrales ont exprimé leurs réserves, voire leur défiance, à l'égard du Libra et le G7 a mis en place une taskforce sur les stablecoins (cryptomonnaies indexées sur une devise ou un panier d'actifs pour stabiliser leur valeur). Mais Facebook inspire-t-il assez confiance à ses membres pour que ces derniers aient envie d'utiliser sa monnaie privée ? En France, selon un sondage de YouGov pour « 20 Minutes », seuls 14% des sondés ont déclaré qu'ils envisageaient d'utiliser le Libra et 12% lui faire confiance, la proportion étant plus élevée chez les 18-24 ans (20%).

Le Libra sortira-t-il de son statut de projet et pourra-t-il vraiment concurrencer les monnaies légales ? D'autres monnaies privées pourraient-elles émerger dans les années à venir ? Jusqu'ici la forte volatilité des « monnaies virtuelles » comme le Bitcoin (« cryptoactifs » disent les banques centrales préfèrent dire qui leur refusent le statut de monnaie) les a empêchées de remplir le rôle de valeur de réserve.

Delphine Cuny

8 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 3
à écrit le 17/07/2019 à 11:35
Signaler
he oui comment voulez vous ruiner les gens s'ils ont des possibilites de sortie les cryptomonnaie, ca vaut 0, mais le papier cul imprime par les banques centrales ca vaut pas plus et y a pas assez d'or pour tout le monde

à écrit le 17/07/2019 à 11:09
Signaler
C'était peut être vrai avant, mais ce qui fait la force de l'approche actuelle est le nombre d'individus qui sont prêts à utiliser le nouveau système. Et peu importe la confiance car le capitalisme ne voit que par convoitise et adoptera le nouveau sy...

à écrit le 17/07/2019 à 9:21
Signaler
Les échanges virtuelles peuvent avoir lieu mais si une monnaie est concrète c'est que les échanges sont concret!

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.